Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une formation pour une meilleure prise en charge
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2008

Vu l'ampleur de sa fréquence et la gravité de ses complications, le diabète sucré devient un grand problème de santé publique en Algérie. De ce fait, une formation continue du personnel de la santé s'avère indispensable pour une meilleure prise en charge de cette maladie chronique. C'est dans cet ordre d'idées que l'association des diabétiques de la wilaya de Tizi Ouzou a organisé le mercredi 14-05-2008 au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou une journée de formation médicale au profit des médecins qui assurent le traitement et le suivi des malades atteints de cette affection aux lourdes conséquences. Au cours de cette rencontre parrainée par les laboratoires Sanofi Aventis, les différents intervenants estiment que le dépistage précoce, le traitement correct, l'éducation et la discipline du malade ainsi que le suivi régulier sont les éléments essentiels pour prévenir les complications redoutables de cette maladie métabolique.
L'Algérie compte environ 1 million de diabétiques connus, soit 2,5 % de la population générale. Dans la wilaya de Tizi Ouzou, 20 000 à 30 000 habitants seraient affectés par le diabète sucré. Selon Dr Tribiche, épidémiologiste, une étude récente a toutefois montré que la proportion des diabétiques non dépistés est largement supérieure à celle des diabétiques connus et traités. Compte tenu des cas non dépistés, le nombre réel des diabétiques dans notre pays s'élèverait à 2 ou 3 millions de personnes, d'où l'intérêt du dépistage qui permettra une prise en charge précoce de la maladie et donc d'éviter son évolution vers des complications graves et irréversibles. En effet, plus le diabète est précocement traité, plus rare est la survenue des complications. Certains communicants ont précisé que le dépistage du diabète est recommandé chez toute personne d'âge supérieur à 45 ans mais bien avant si le sujet présente des facteurs de risque (hérédité, obésité, hypertension artérielle, sédentarité, tabagisme, etc.).
Faute d'un dépistage systématique, le diagnostic du diabète se fait le plus souvent au stade des complications après une évolution de plusieurs années de la maladie. Un certain nombre de communications portant justement sur ces complications ont été d'ailleurs présentées par des spécialistes qui ont conclu que la prévention restera le meilleur moyen pour lutter contre le diabète et ses complications invalidantes voire mortelles. Aussi, la lutte contre l'obésité, l'hypertension artérielle, la sédentarité, le tabagisme, etc. contribue grandement à la réduction de l'incidence de cette pathologie. Ainsi, la perte de poids et l'activité physique permettent de réduire de 60 % le risque de développer un diabète mais aussi de prévenir ses multiples complications (infarctus du myocarde, hypertension artérielle, insuffisance rénale, infections, cécité, amputation…). D'autre part, les participants n'ont pas omis de souligner l'indisponibilité de certains médicaments (glucagon…) et matériaux nécessaires à la prise en charge des diabétiques.
Ainsi, la pompe à insuline n'existe pas en Algérie pourtant d'un grand apport pour la prise en charge du diabète de l'enfant surtout chez le nourrisson. Aussi, les enfants malades scolarisés ne sont munis d'une trousse de diabétique car indisponible sur le marché algérien.
Ils ont déploré par ailleurs le manque de psychologues dans les structures de santé, un personnel indispensable pour aider l'enfant diabétique à accepter sa maladie. Au terme de cette journée de formation, des cadeaux ont été attribués aux étudiants et médecins ayant bien réussi le quiz proposé à l'occasion par l'association organisatrice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.