Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    Vu à Idlib (Syrie)    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Menace sur les forêts jijeliennes    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Un numéro spécial de 154 pages dédié au Covid-19    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Tebboune dénonce les attaques "désespérées" des lobbies contre l'Armée nationale    Ce que risquent les contrevenants    Les décès et les contaminations en baisse    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Ahmed Laraba s'explique    PLFC 2020: la hausse des prix des carburants réduira leur gaspillage    Le comité scientifique, seul "habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement"    Conseil de la nation: la préservation du caractère social de l'Etat dans le PLFC 2020 saluée    Conseil de la Nation: adoption à l'unanimité du texte de loi de finances complémentaire 2020    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'à quand ?
Accidents ferroviaires mortels à Sidi Djillai et Sidi Amer
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2009

« Ces accidents sont, d'une part, imputables à l'imprudence des victimes et de l'autre, à la lenteur accusée par la SNTF dans la réalisation d'ouvrages de protection ». L'autorail assurant la liaison Oran-Tlemcen continue de faire des victimes sur le tronçon meurtrier longeant les quartiers de Sidi Djillai et de Sidi Amer, au nord de la ville de Sidi Bel Abbès.
La dernière victime en date est un septuagénaire anonyme fauché, samedi dernier, par l'autorail alors qu'il tentait de traverser la voie ferrée. Gravement blessée, le septuagénaire est décédé peu de temps après son admission à l'hôpital de la ville. Ce décès, qui allonge considérablement la liste des victimes des accidents survenus le long de ce tronçon de la mort, ne semble pourtant pas inquiéter, outre mesure, les responsables locaux. Sinon comment expliquer l'absence de mesures préventives à même de préserver des vies humaines alors qu'il s'agit d'un phénomène qui prend de l'ampleur d'une année à l'autre. Décembre 2007, un enfant de 9 ans est fauché, à hauteur du faubourg Sidi Djilali, par le train de voyageurs assurant la liaison Oran - Tlemcen. Selon des témoins oculaires, le jeune garçon aurait été happé par la locomotive alors qu'il tentait de traverser la voie ferrée à sa sortie de l'école. L'innocente victime a été tuée sur le coup. Avril 2008, un homme de 60 ans est tué au même endroit, lui aussi percuté mortellement par le train. Le 16 juillet 2008, un jeune homme de 26 ans trouve la mort après avoir été heurté par le train reliant Oran à Sidi Bel Abbès. Le drame s'est produit sur la voie de chemin de fer jouxtant le populeux quartier de Sidi Amar. Quatre jours auparavant, un quinquagénaire, heurté par un train de marchandises au même endroit, a dû être amputé de ses deux jambes après son admission à l'hôpital. Presque à la même période, mais toujours au même endroit, l'on signale le décès d'un sexagénaire, mort déchiqueté. A peine quelques mois après, un adolescent de 17, heurté par l'autorail, se voit amputé des deux jambes. Sérieusement touché, il décède 24 heures plus tard des suites de ses blessures. Sévissant sans répit, la grande faucheuse moissonne, quelques jours après, un homme de 57 ans. Percuté de plein fouet par le train, il décédera une semaine après son accident. Ce ne sont là que quelques cas seulement rapportés par les journaux.
Situation insoutenable
Apparemment, ni la Protection civile ni la Société de transport ferroviaire (SNTF) n'ont pu établir un bilan chiffré concernant le nombre de morts et de blessés durant ces trois dernières années. Les seules données disponibles sont, en réalité, celles restituées par la presse. « La situation est devenue insoutenable ; chaque jour que Dieu fait, la mort guette sournoisement de nouvelles victimes sur ce maudit tronçon », rage une vieille dame du bidonville de Sidi Ameur. Cette semaine encore, l'un de ses voisins a failli être écrasé par l'autorail qui ne ralentit que rarement à l'approche de ces quartiers populeux. Une situation que ne cessent de décrier les habitants de ces quartiers défavorisés tout en exigeant plus de sécurité mais surtout « plus d'égards à la vie humaine », considère un jeune universitaire de Sidi Ameur. « Ces accidents sont, d'une part, imputables à l'imprudence des victimes et de l'autre, à la lenteur accusée par la SNTF dans la réalisation d'ouvrages de protection », estime un habitant du même quartier. Du côté de la direction des Transports, il est prévu la réalisation d'un mur de protection d'une hauteur de plus de trois mètres pour séparer la voie ferrée des lieux d'habitation qui la longent. L'étude de ce projet a été achevée, ajoute-t-on, mais sans préciser la date de lancement des travaux de réalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.