Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    DEBAT TELEVISE POUR LA PRESIDENTIELLE 2019 : Un premier face à face équidistant entre candidats    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    «Je connais parfaitement vos problèmes»    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    Ali Bongo prépare son fils pour lui succéder    Une quinzaine de morts dans un nouveau massacre    Le Premier ministre désigné de plus en plus isolé    Nouvelle mobilisation exceptionnelle    Les producteurs sous forte pression    Vers un Algérie-Belgique en mars prochain    Favorable au Chabab, le Doyen sur le gril    13 ateliers d'accompagnement organisés    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    Création de plus de 22 000 postes d'emploi    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    Histoire d'une ville, côté oued, côté jardin    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Port d'Oran: Près de 2 kilos de cocaïne découverts sur un bananier    Selon des sources sécuritaires: Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie    La nouvelle loi des hydrocarbures à l'épreuve du terrain    Sebdou: Une bonbonne de gaz chargée d'explosifs découverte dans une station Naftal    Gaid Salah: L'Algérie forteresse impénétrable    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    Chaïb Maâchi n'est plus    Arrestation d'activistes présumés du PNP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'à quand ?
Accidents ferroviaires mortels à Sidi Djillai et Sidi Amer
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2009

« Ces accidents sont, d'une part, imputables à l'imprudence des victimes et de l'autre, à la lenteur accusée par la SNTF dans la réalisation d'ouvrages de protection ». L'autorail assurant la liaison Oran-Tlemcen continue de faire des victimes sur le tronçon meurtrier longeant les quartiers de Sidi Djillai et de Sidi Amer, au nord de la ville de Sidi Bel Abbès.
La dernière victime en date est un septuagénaire anonyme fauché, samedi dernier, par l'autorail alors qu'il tentait de traverser la voie ferrée. Gravement blessée, le septuagénaire est décédé peu de temps après son admission à l'hôpital de la ville. Ce décès, qui allonge considérablement la liste des victimes des accidents survenus le long de ce tronçon de la mort, ne semble pourtant pas inquiéter, outre mesure, les responsables locaux. Sinon comment expliquer l'absence de mesures préventives à même de préserver des vies humaines alors qu'il s'agit d'un phénomène qui prend de l'ampleur d'une année à l'autre. Décembre 2007, un enfant de 9 ans est fauché, à hauteur du faubourg Sidi Djilali, par le train de voyageurs assurant la liaison Oran - Tlemcen. Selon des témoins oculaires, le jeune garçon aurait été happé par la locomotive alors qu'il tentait de traverser la voie ferrée à sa sortie de l'école. L'innocente victime a été tuée sur le coup. Avril 2008, un homme de 60 ans est tué au même endroit, lui aussi percuté mortellement par le train. Le 16 juillet 2008, un jeune homme de 26 ans trouve la mort après avoir été heurté par le train reliant Oran à Sidi Bel Abbès. Le drame s'est produit sur la voie de chemin de fer jouxtant le populeux quartier de Sidi Amar. Quatre jours auparavant, un quinquagénaire, heurté par un train de marchandises au même endroit, a dû être amputé de ses deux jambes après son admission à l'hôpital. Presque à la même période, mais toujours au même endroit, l'on signale le décès d'un sexagénaire, mort déchiqueté. A peine quelques mois après, un adolescent de 17, heurté par l'autorail, se voit amputé des deux jambes. Sérieusement touché, il décède 24 heures plus tard des suites de ses blessures. Sévissant sans répit, la grande faucheuse moissonne, quelques jours après, un homme de 57 ans. Percuté de plein fouet par le train, il décédera une semaine après son accident. Ce ne sont là que quelques cas seulement rapportés par les journaux.
Situation insoutenable
Apparemment, ni la Protection civile ni la Société de transport ferroviaire (SNTF) n'ont pu établir un bilan chiffré concernant le nombre de morts et de blessés durant ces trois dernières années. Les seules données disponibles sont, en réalité, celles restituées par la presse. « La situation est devenue insoutenable ; chaque jour que Dieu fait, la mort guette sournoisement de nouvelles victimes sur ce maudit tronçon », rage une vieille dame du bidonville de Sidi Ameur. Cette semaine encore, l'un de ses voisins a failli être écrasé par l'autorail qui ne ralentit que rarement à l'approche de ces quartiers populeux. Une situation que ne cessent de décrier les habitants de ces quartiers défavorisés tout en exigeant plus de sécurité mais surtout « plus d'égards à la vie humaine », considère un jeune universitaire de Sidi Ameur. « Ces accidents sont, d'une part, imputables à l'imprudence des victimes et de l'autre, à la lenteur accusée par la SNTF dans la réalisation d'ouvrages de protection », estime un habitant du même quartier. Du côté de la direction des Transports, il est prévu la réalisation d'un mur de protection d'une hauteur de plus de trois mètres pour séparer la voie ferrée des lieux d'habitation qui la longent. L'étude de ce projet a été achevée, ajoute-t-on, mais sans préciser la date de lancement des travaux de réalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.