Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'à quand ?
Accidents ferroviaires mortels à Sidi Djillai et Sidi Amer
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2009

« Ces accidents sont, d'une part, imputables à l'imprudence des victimes et de l'autre, à la lenteur accusée par la SNTF dans la réalisation d'ouvrages de protection ». L'autorail assurant la liaison Oran-Tlemcen continue de faire des victimes sur le tronçon meurtrier longeant les quartiers de Sidi Djillai et de Sidi Amer, au nord de la ville de Sidi Bel Abbès.
La dernière victime en date est un septuagénaire anonyme fauché, samedi dernier, par l'autorail alors qu'il tentait de traverser la voie ferrée. Gravement blessée, le septuagénaire est décédé peu de temps après son admission à l'hôpital de la ville. Ce décès, qui allonge considérablement la liste des victimes des accidents survenus le long de ce tronçon de la mort, ne semble pourtant pas inquiéter, outre mesure, les responsables locaux. Sinon comment expliquer l'absence de mesures préventives à même de préserver des vies humaines alors qu'il s'agit d'un phénomène qui prend de l'ampleur d'une année à l'autre. Décembre 2007, un enfant de 9 ans est fauché, à hauteur du faubourg Sidi Djilali, par le train de voyageurs assurant la liaison Oran - Tlemcen. Selon des témoins oculaires, le jeune garçon aurait été happé par la locomotive alors qu'il tentait de traverser la voie ferrée à sa sortie de l'école. L'innocente victime a été tuée sur le coup. Avril 2008, un homme de 60 ans est tué au même endroit, lui aussi percuté mortellement par le train. Le 16 juillet 2008, un jeune homme de 26 ans trouve la mort après avoir été heurté par le train reliant Oran à Sidi Bel Abbès. Le drame s'est produit sur la voie de chemin de fer jouxtant le populeux quartier de Sidi Amar. Quatre jours auparavant, un quinquagénaire, heurté par un train de marchandises au même endroit, a dû être amputé de ses deux jambes après son admission à l'hôpital. Presque à la même période, mais toujours au même endroit, l'on signale le décès d'un sexagénaire, mort déchiqueté. A peine quelques mois après, un adolescent de 17, heurté par l'autorail, se voit amputé des deux jambes. Sérieusement touché, il décède 24 heures plus tard des suites de ses blessures. Sévissant sans répit, la grande faucheuse moissonne, quelques jours après, un homme de 57 ans. Percuté de plein fouet par le train, il décédera une semaine après son accident. Ce ne sont là que quelques cas seulement rapportés par les journaux.
Situation insoutenable
Apparemment, ni la Protection civile ni la Société de transport ferroviaire (SNTF) n'ont pu établir un bilan chiffré concernant le nombre de morts et de blessés durant ces trois dernières années. Les seules données disponibles sont, en réalité, celles restituées par la presse. « La situation est devenue insoutenable ; chaque jour que Dieu fait, la mort guette sournoisement de nouvelles victimes sur ce maudit tronçon », rage une vieille dame du bidonville de Sidi Ameur. Cette semaine encore, l'un de ses voisins a failli être écrasé par l'autorail qui ne ralentit que rarement à l'approche de ces quartiers populeux. Une situation que ne cessent de décrier les habitants de ces quartiers défavorisés tout en exigeant plus de sécurité mais surtout « plus d'égards à la vie humaine », considère un jeune universitaire de Sidi Ameur. « Ces accidents sont, d'une part, imputables à l'imprudence des victimes et de l'autre, à la lenteur accusée par la SNTF dans la réalisation d'ouvrages de protection », estime un habitant du même quartier. Du côté de la direction des Transports, il est prévu la réalisation d'un mur de protection d'une hauteur de plus de trois mètres pour séparer la voie ferrée des lieux d'habitation qui la longent. L'étude de ce projet a été achevée, ajoute-t-on, mais sans préciser la date de lancement des travaux de réalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.