Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Comment jouer avec la vie    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Abominable Delta    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Les élections locales en novembre    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Enseignements tunisiens    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    "Le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump"    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    Des mesures pour stabiliser le marché    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    C'est plus pire !    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Litige international
L'ANB face à un groupement italien
Publié dans El Watan le 30 - 01 - 2005

Le Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), basé à Washington DC (USA), s'est déclaré incompétent pour un litige entre l'Agence nationale des barrages (ANB) et un groupement d'entreprises italiennes dénommé Lesi-Dipenta.
Selon des sources bien informées, une sentence rendue, le 27 décembre 2004, par le CIRDI a donné droit aux moyens soutenus par la partie algérienne. On précise que le groupement italien réclamait comme indemnisation un montant de 115 millions d'euros avec « réserves de quantification plus précise et mise à jour des charges financières ». Pour suivre cette affaire, indique-t-on, un groupe de travail interministériel avait été constitué et comprenait les représentants des ministères des Affaires étrangères, des Finances, de la Justice et des Ressources en eau. Nos sources tiennent à rappeler que le groupement italien avait introduit auprès du CIRDI une requête, en date du 3 février 2003, à l'encontre du ministre algérien des Ressources en eau. En fait, le litige remonte au 14 avril 2001. A cette date, l'ANB avait procédé à la résiliation unilatérale d'un contrat conclu le 20 décembre 1993 avec Lesi-Dipenta et portant sur la construction du barrage de Koudiat Acerdoune. Cette affaire constitue, selon nos sources, une première en matière d'arbitrage international où une administration algérienne a dû faire face à un groupement d'entreprises internationales suffisamment préparées pour ce genre de litige. Les intérêts de l'Etat algérien ont été défendus par deux avocats algériens et un conseil de nationalité française. Mais, ajoute-t-on, le litige entre l'ANB et Lesi-Dipenta doit conduire à fournir un effort considérable pour s'adapter aux nouvelles règles de procédures imposées par l'arbitrage international en vue d'une meilleure sauvegarde des intérêts de l'Etat et la protection des biens publics. Cela est d'autant plus vrai que l'Algérie a conclu un accord d'association avec l'Union européenne et s'apprête à adhérer à l'OMC. A noter que le CIRDI est chargé de résoudre, par voie de médiation et d'arbitrage, les litiges entre Etats et investisseurs étrangers. Il permet aux Etats et aux investisseurs étrangers de comparaître sur un pied d'égalité en vue de résoudre leurs litiges dans le cadre d'une instance à caractère véritablement international. L'arbitrage sous l'égide du CIRDI protège tout Etat contractant partie à un différend relatif à un investissement contre toutes démarches diplomatiques ou autres revendications émanant de l'Etat dont l'investisseur est le ressortissant. Plusieurs Etats ont instauré des régimes juridiques définis par leurs législations nationales et dénommés « Codes d'investissements » qui attribuent une compétence automatique au CIRDI.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.