L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les contrebandiers veulent imposer leur loi à l'est du pays
Ils n'hésitent plus à s'attaquer aux forces de sécurité
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2009

Le renforcement du dispositif de lutte contre la contrebande dans les zones frontalières, mis en œuvre par la gendarmerie et les Douanes, gêne considérablement les trafiquants de tous bords. Cependant, ces derniers n'ont plus peur de rien, puisque depuis quelque temps, à la moindre saisie, ils s'attaquent aux forces de l'ordre. Ils imposent leur loi dans la région et recourent même aux armes.
« Nous sommes des morts-vivants et je suis prêt à mourir pour gagner le pain de mes six enfants », nous dira un contrebandier rencontré dans une pompe à essence à Bir El Ater. Vrai, le pouvoir ne fait rien en matière de développement de cette région difficile et déshéritée, mais de là à se rebeller contre l'Etat… Les attaques nocturnes et les affrontements avec les corps de la gendarmerie et des Douanes sont devenus fréquents dans la région. Elle est sous l'emprise de ce fléau depuis bien longtemps et le préjudice subi par ces institutions est souvent considérable. Citons l'attaque perpétrée contre un barrage fixe de la gendarmerie au carrefour entre Bekkaria et Tébessa ; cet énième événement du genre fait parler de lui, devenu un sujet d'actualité pour les uns, mais banalisé par d'autres. « L'enquête suit son cours et les gens qui ont commis cet acte vont être jugés », nous a déclaré par téléphone le préposé de la cellule de communication au groupement de gendarmerie de Tébessa.
Une vingtaine de personnes ont attaqué, en fin de semaine dernière, avec des jets de pierres et de bouteilles, un barrage fixe de la gendarmerie, dressé sur le tronçon reliant Tébessa à la commune de Bekkaria. Cet incident survient à la suite de l'arrestation d'un contrebandier par les services de la gendarmerie. Aussitôt, des affrontements entre les éléments de la gendarmerie, les membres de la famille et les amis du trafiquant ont éclaté peu après l'interception d'une voiture de marque Peugeot, à bord de laquelle il y avait des produits de contrebande. La voiture saisie a été récupérée de force par ces derniers qui, en signe de victoire, sont rentrés, en faisant un boucan avec les klaxons et les feux de détresse. Au mois de mars dernier, le parc des Douanes de Bekkaria a failli être complètement incendié à la suite d'une attaque au cocktail molotov par une vingtaine de contrebandiers.
L'offensive survenait à la suite de l'interception d'une voiture appartenant à un trafiquant par les services des Douanes de la région. Ce qui a déclenché une riposte des trafiquants par des jets de pierres sur le convoi des services des Douanes avant de s'attaquer au parc de cette institution avec des bouteilles de cocktail Molotov, ce qui a provoqué un incendie, qui heureusement, sera vite maîtrisé par les éléments de la Protection civile. Le 24 septembre 2008, des contrebandiers de Tébessa ont bloqué la route par des barricades au groupement des gardes frontaliers (GGF) d'El Ouinet suite à une communication téléphonique faisant état qu'un des leurs s'était fait saisir la voiture par des gendarmes. De peur que la situation ne dégénère, un gendarme de la brigade conduisant la voiture mise en cause, a essayé de rebrousser chemin en empruntant une piste.
Aussitôt, une course poursuite s'était engagée derrière lui par une dizaine de véhicules roulant à vive allure, la voiture saisie finira dans un ravin et le gendarme sera grièvement blessé. Des cas pareils, on peut en citer plusieurs. Relevons juste le fait qu'il y a deux ou trois ans, des contrebandiers à Bir El Ater ont utilisé des armes contre des douaniers. Cette situation, où la violence est déclarée contre ces hommes en uniforme, censés protéger nos frontières, a atteint son comble. Face à cela, est-il besoin de dire ce qu'il faut faire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.