Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    4 établissements fermés !    Imposante marche populaire à Béjaia    Le projet approuvé par le CNI    Accord de pêche UE/Maroc : Le Polisario "consterné" par la décision du Conseil de l'UE    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    Chine-USA : Le négociateur américain n'entend pas prolonger la trêve de 90 jours    Coupe arabe (1/8 de finale - retour) : Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    Mondial-2018 en petit bassin: Nos espoirs reposent sur Sahnoune    La coordination syndicale hausse le ton!    Manifestations du 11 décembre 1960: "Attachement indéfectible du peuple algérien à sa révolution armée"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Six syndicats se retirent de la «charte d'éthique» de l'éducation: Le retour à la protesta se profile à l'horizon    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Réunion des ministres africains du Commerce: Djellab au Caire    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    Bedoui expose la position de l'Algérie    Un taux de 80% d'approvisionnement quotidien en eau potable    Affluence de visiteurs au Salon de l'automobile    Un dealer arrêté en possession de comprimés psychotropes    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    BRAS DE FER ENTRE LA COORDINATION DES IMAMS ET LE MINISTRE : Hedjimi menace de paralyser les mosquées    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Ouyahia contrarié ?    Benghabrit hausse le ton et menace…    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Fort Turc ou Bordj Hamza (Bouira)
Publié dans El Watan le 17 - 06 - 2009

Construit vers le XVIe siècle par les turcs, le Bordj de Bouira est d'une superficie de 1640 m2. Il est protégé par une muraille avec un mur de ronde d'environ 40/40 m. Les fouilles entreprises récemment par le bureau d'études Atrium en charge de la restauration ont permis de découvrir une citerne de 6 m de long et de 4 m de profondeur.
Cette dernière servait de réservoir d'eau aux occupants du fort. Des chéneaux étaient également prévus pour récupérer les eaux pluviales. L'état dans lequel se trouve le fort truc est épouvantable, déplore Mme Safia Messikh, architecte qualifié et enseignante à l'université de Blida, chargé de ce site. La légende qui courrait à Bouira sur l'existence d'un tunnel au niveau du fort est battue en brèche par cette architecte. « Je n'ai trouvé aucune trace d'un éventuel tunnel », a-t-elle déclaré dans son intervention lors de la journée d'étude devant un public médusé. Cette dernière a affirmé avoir été jusqu'en France consulter les archives de Vincennes à propos du fort. En 1838, au cours de l'avancée des Français en Kabylie, ils l'occupèrent. Le peintre Adrien Douzat en fit des croquis. Avant d'être transformé en caserne après une légère restauration par les Français en 1848, il fut d'abord, en 1847 le siège des bureaux arabes dirigé par le caïd Bouzid qui gérait les indigènes. En 1910, il devint un dispensaire puis l'armée le loue à la mairie qui en fait un lieu d'élevage de chevaux en 1920. En 1934, le bordj fut vendu aux domaines. Classé site historique le 12 septembre 2006, son étude et suivi sont estimés à 3 397 250 DA. Selon Mme Messikh, la réparation est estimée à 3200 DA le m2.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.