CNDH: accompagner les efforts de l'Etat pour éradiquer la discrimination contre la femme    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Un texte d'un «autre temps»    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Froger poussé vers la sortie ?    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN dans une zone de turbulences
Préparation du 9e congrès du parti
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2009

Le FLN n'est pas sorti de la zone de turbulences. L'opération de préparation de son 9e congrès, entamée avec l'installation des commissions préparatoires de wilayas, suscite déjà des inquiétudes des uns et aiguise les appétits des autres.
Certains craignent leur exclusion qui est, à leurs yeux, programmée et les autres ne songent qu'à se placer avant de s'emparer des meilleurs postes dans la prochaine direction de l'ex-parti unique. En effet, de nombreux militants manifestent, depuis le début de la semaine en cours, leur colère contre ce qu'ils appellent « une volonté de l'instance exécutive du FLN, à sa tête le secrétaire général Abdelaziz Belkhadem, de favoriser l'accession de nouveaux militants à des postes de responsabilité ». Les séquelles de la violente crise qui avait déstabilisé le parti en 2004 sont encore visibles. Et pour cause, la rivalité entre les pro-Ali Benflis (ancien secrétaire général du FLN) et les « redresseurs » qui ont réussi à le destituer est toujours de mise. « La direction du parti veut faire du 9e congrès une dernière étape pour l'exclusion de tous les anciens militants. Il y a un malaise au niveau de la base », soutient Abbas Mekhalif, ancien président du groupe parlementaire du FLN et proche de Ali Benflis. Quelles sont les raisons d'un tel malaise ? Notre interlocuteur en cite plusieurs. « Il y a une volonté de propulser aux postes clés du parti des personnes qui ne sont militants du FLN que depuis 2004. Ce sont des opportunistes qui ont participé avant cette date à la création d'autres partis. Les anciens militants craignent d'être exclus », dit-il. Selon lui, le lancement de l'opération de préparation du congrès avant d'assainir la situation organique du parti consacrera l'illégitimité.
« Avant d'installer les commissions préparatoires du congrès, il fallait d'abord procéder à la restructuration des instances locales. Plusieurs mouhafadh sont désignés par la direction. Aller vers un congrès sans organiser des élections pour élire de nouveaux mouhafadh serait synonyme d'illégitimité », lance-t-il. Après le 8e congrès bis, ajoute-t-il, plusieurs personnes ont été élues au conseil national et au niveau de l'instance exécutive alors qu'ils ne remplissaient pas les conditions légales exigées dans les statuts du parti. « Un tiers des personnes élues au niveau de l'instance exécutive n'a pas 10 ans de militantisme au sein du FLN, alors que près de 200 membres du conseil national n'ont pas milité pendant 7 ans dans le parti, comme exigé par les statuts », explique-t-il. Pour notre interlocuteur, la direction du parti est appelée à résoudre tous ces problèmes avant d'entamer la préparation du congrès, prévu en mars 2010. « Nous sommes en contact avec les militants au niveau national et nous n'allons pas nous taire sur toute tentative d'exclusion », avertit-il. En tout cas, la protestation a déjà commencé dans plusieurs wilayas. Interrogé à ce sujet, Saïd Bouhedja, chargé de communication du FLN, estime que cette situation n'a aucune relation avec le congrès. Pour lui, les protestations des militants dans certaines wilayas sont relatives à l'opération de renouvellement des structures locales. « Pour la préparation du congrès, le travail se fait dans la sérénité. Nous n'avons l'intention d'exclure personne, sauf celui qui s'exclue lui-même », précise-t-il. Le mécontentement des militants dans certaines wilayas a une relation avec le renouvellement des instances locales (les kasmas et la mouhafadhas). « Neuf wilayas sont concernées par cette opération. Notre but est de démocratiser les structures en y organisant des élections libres avec la participation de tous les militants », indique-t-il. Selon Saïd Bouhedja, même l'installation des commissions préparatoires est gelée dans les neuf wilayas en question, en attendant l'élection de nouveaux responsables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.