A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une commune sans transport
Publié dans El Watan le 21 - 11 - 2010

La commune de Bourouba (ex-La Montagne) est privée de transport de voyageurs. Aucun bus, ni de ligne directe ne dessert cette municipalité, située hors carte du transport urbain de la wilaya d'Alger. Les usagers sont contraints de se déplacer jusqu'aux arrêts des communes limitrophes pour vaquer à leurs occupations. Les différents points de la commune sont, quant à eux, reliés par des taxis clandestins, dont le commerce est des plus florissants.
Selon les habitants, cette situation dure depuis près de deux décennies. Quotidiennement, les citoyens de la commune de Bourouba doivent faire preuve de beaucoup d'ingéniosité et de débrouillardise pour échapper au problème de transport. La station urbaine la plus proche du chef-lieu de la commune est située à l'entrée de Bachedjerrah. Elle est distante de près de 600m du centre-ville de La Montagne, un trajet que les habitants parcourent à pied. «La grande majorité des citoyens font plus de 1 km pour prendre un bus, notamment ceux dont les demeures sont loin du centre-ville», confie un résidant. «Les personnes âgées ou malades attendent le passage d'un voisin ou d'un ami véhiculé pour les déposer à la station de Bachedjerrah», ajoute notre interlocuteur.
Les dizaines de taxis clandestins, qui assurent le service de transport public à Bourouba, travaillent, notamment, sur la ligne allant du centre-ville vers El Harrach, en passant par le quartier de Boubsila. Les véhicules utilisés sont souvent en mauvais état, exigus et inadaptés. «Le prix appliqué est de 10 DA, il est relativement acceptable et renseigne sur la qualité discutable du service proposé», fait remarquer un usager. Ces taxis clandestins ne prennent jamais le risque d'assurer le transport des voyageurs vers la commune de Bachedjerrah, par crainte des services de la police. Ils préfèrent, plutôt, assurer des navettes sur la route menant vers El Harrach, une destination, «importante et très rentable», explique-t-on. Les citoyens relèvent néanmoins, l'irrégularité de ce moyen de transport, qualifié par un homme d'un certain âge «de provisoirequi dure». «La commune de Bourouba est la seule, à l'échelle nationale, qui ne dispose pas de bus de transport des voyageurs», relève-t-il, ajoutant qu'il est «inconcevable de ne mobiliser ni bus privé ni public dans une municipalité à forte densité populaire».
Notre interlocuteur indique que jusqu'au début des années 1990, l'Entreprise de transport urbain et sur urbain d'Alger, l'Etusa, (ex-RSTA) était présente sur cette ligne. «La desserte a été supprimée, sans que l'on sache pourquoi ! Au lieu de renforcer la ligne, les responsables ont retiré le seul bus en circulation», s'étonne un autre citoyen. Il estime que la gestion des transports au niveau de la capitale ne répond à aucune logique. «Alors que certaines lignes desservant des communes de moindre importance sont saturées, d'autres lignes, pourtant indispensables, sont carrément supprimées», se désole-t-il. Les habitants affirment que les autorités locales et la direction des transports de la wilaya d'Alger sont au courant de ce problème qui constitue l'une des principales doléances des citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.