Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'Etat doit enquêter sur les disparus en mer »
Le Porte-parole des familles de harraga de Annaba
Publié dans El Watan le 14 - 08 - 2009

Le drame, qui eut lieu le 7 août dernier au large des côtes bônoises quand un harrag, en l'occurrence le jeune Ikram Hamza, a trouvé la mort dans des conditions tragiques, continue de susciter de vives indignations.
Contacté par nos soins, Kamel Belabed, porte-parole des familles de disparus en mer de la wilaya de Annaba, a tenu d'abord à souligner que « ce n'est pas la première fois que des harraga se voient percutés par les gardes-côtes : cela s'est déjà passé en 2007, trois jours après que Gaïd Salah (chef d'état-major de l'ANP, ndlr) eut déclaré la guerre aux harraga. Les gardes-côtes avaient alors coulé une embarcation. C'était un sardinier qui transportait un jeune harrag algérois. Son corps n'a jamais été repêché. Sa sœur a passé trois mois avec nous à courir pour récupérer la dépouille de son frère, en vain. Ensuite, il y eut une autre affaire de même nature, et puis il y a celle-là. » Pour lui, ce qui vient de se passer au large de Annaba est le résultat d'une manœuvre malheureuse de la part des forces du groupement territorial des garde-côtes. « J'ai rencontré les familles pour leur présenter mes condoléances et elles soutiennent que c'est un meurtre avec préméditation. Tout le monde est unanime là-dessus : on imagine mal un rafiot se mesurer à un bateau de guerre », appuie-t-il, en précisant que le frère du jeune Ikram Hamza qui a trouvé la mort observe une grève de la faim pour exiger une nouvelle autopsie. Les témoignages des rescapés abondent dans le même sens, précise notre interlocuteur. « Je suis en train justement de recueillir ces témoignages et de les enregistrer », indique K. Belabed, avant d'ajouter : « J'ai vu l'un de ces jeunes : il s'est sauvé de l'hôpital de peur d'être inculpé après son hospitalisation. Deux ou trois autres rescapés ont fui l'hôpital, également pour les mêmes raisons. » En effet, la criminalisation de la harga est venue compliquer les choses, estiment les spécialistes. Pour Kamel Belabed, la société civile doit s'impliquer davantage pour soutenir les jeunes harraga comparaissant devant la justice. « Il faut que les ligues des droits de l'homme accompagnent les harraga lors de leur inculpation. Il faut leur porter une assistance juridique dès leur comparution devant le procureur. » Le porte-parole des familles de harraga disparus en mer déplore à ce propos le manque de solidarité exprimée par la société vis-à-vis des harraga : « Au moment où le drame prend des proportions tragiques, il faut manifester un peu plus de solidarité citoyenne. » Et d'accabler à nouveau l'Etat dans sa gestion « catastrophique » du dossier des harraga disparus en mer. « On veut systématiser les enquêtes quand il y a doute. Il est du devoir de l'Etat d'ouvrir des enquêtes systématiquement dès qu'un disparu en mer est signalé. On souffre du mépris de l'Etat », insiste-t-il. « Il est anormal que nous alertions les gardes-côtes sur nos enfants disparus en mer et qu'ils ne réagissent pas », dénonce M. Belabed. L'homme demeure convaincu que nombre de harraga dont aucune trace n'a été retrouvée « sont détenus quelque part ». « Nous avons suivi tous les naufrages, fait toutes les morgues, il n'y a aucune trace d'eux. Ce n'est pas normal. » Kamel Belabed n'a plus de nouvelles de son fils Marwan depuis le 17 avril 2007 ; il avait pris le large à destination de l'Italie, en compagnie d'une dizaine de personnes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.