Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'Etat doit enquêter sur les disparus en mer »
Le Porte-parole des familles de harraga de Annaba
Publié dans El Watan le 14 - 08 - 2009

Le drame, qui eut lieu le 7 août dernier au large des côtes bônoises quand un harrag, en l'occurrence le jeune Ikram Hamza, a trouvé la mort dans des conditions tragiques, continue de susciter de vives indignations.
Contacté par nos soins, Kamel Belabed, porte-parole des familles de disparus en mer de la wilaya de Annaba, a tenu d'abord à souligner que « ce n'est pas la première fois que des harraga se voient percutés par les gardes-côtes : cela s'est déjà passé en 2007, trois jours après que Gaïd Salah (chef d'état-major de l'ANP, ndlr) eut déclaré la guerre aux harraga. Les gardes-côtes avaient alors coulé une embarcation. C'était un sardinier qui transportait un jeune harrag algérois. Son corps n'a jamais été repêché. Sa sœur a passé trois mois avec nous à courir pour récupérer la dépouille de son frère, en vain. Ensuite, il y eut une autre affaire de même nature, et puis il y a celle-là. » Pour lui, ce qui vient de se passer au large de Annaba est le résultat d'une manœuvre malheureuse de la part des forces du groupement territorial des garde-côtes. « J'ai rencontré les familles pour leur présenter mes condoléances et elles soutiennent que c'est un meurtre avec préméditation. Tout le monde est unanime là-dessus : on imagine mal un rafiot se mesurer à un bateau de guerre », appuie-t-il, en précisant que le frère du jeune Ikram Hamza qui a trouvé la mort observe une grève de la faim pour exiger une nouvelle autopsie. Les témoignages des rescapés abondent dans le même sens, précise notre interlocuteur. « Je suis en train justement de recueillir ces témoignages et de les enregistrer », indique K. Belabed, avant d'ajouter : « J'ai vu l'un de ces jeunes : il s'est sauvé de l'hôpital de peur d'être inculpé après son hospitalisation. Deux ou trois autres rescapés ont fui l'hôpital, également pour les mêmes raisons. » En effet, la criminalisation de la harga est venue compliquer les choses, estiment les spécialistes. Pour Kamel Belabed, la société civile doit s'impliquer davantage pour soutenir les jeunes harraga comparaissant devant la justice. « Il faut que les ligues des droits de l'homme accompagnent les harraga lors de leur inculpation. Il faut leur porter une assistance juridique dès leur comparution devant le procureur. » Le porte-parole des familles de harraga disparus en mer déplore à ce propos le manque de solidarité exprimée par la société vis-à-vis des harraga : « Au moment où le drame prend des proportions tragiques, il faut manifester un peu plus de solidarité citoyenne. » Et d'accabler à nouveau l'Etat dans sa gestion « catastrophique » du dossier des harraga disparus en mer. « On veut systématiser les enquêtes quand il y a doute. Il est du devoir de l'Etat d'ouvrir des enquêtes systématiquement dès qu'un disparu en mer est signalé. On souffre du mépris de l'Etat », insiste-t-il. « Il est anormal que nous alertions les gardes-côtes sur nos enfants disparus en mer et qu'ils ne réagissent pas », dénonce M. Belabed. L'homme demeure convaincu que nombre de harraga dont aucune trace n'a été retrouvée « sont détenus quelque part ». « Nous avons suivi tous les naufrages, fait toutes les morgues, il n'y a aucune trace d'eux. Ce n'est pas normal. » Kamel Belabed n'a plus de nouvelles de son fils Marwan depuis le 17 avril 2007 ; il avait pris le large à destination de l'Italie, en compagnie d'une dizaine de personnes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.