30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'or bleu du Sahara
Publié dans El Watan le 12 - 08 - 2011

C'est cette eau miraculeuse qui a permis l'exploitation d'oasis luxuriantes. Que se cache-t-il sous les dunes arides du désert ? Ni plus ni moins des réserves aquifères souterraines qui permettraient d'avoir, au rythme actuel de la consommation algérienne, des réserves pour des milliers d'années. Des études ont montré que le bassin aquifère du Sahara est l'un des plus grands au monde, partagé entre l'Algérie et la Tunisie. Ils sont répartis dans deux immenses aquifères, le continental intercalaire et le complexe terminal. Le volume des eaux contenues dans les nappes phréatiques du Sahara est estimé à 60 000 milliards de mètres cubes, dont 40 000 milliards de mètres cubes dans le sous-sol algérien, a indiqué le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal.
L'exploitation de ce précieux liquide, à hauteur de 1,7 milliard de mètres cubes d'eau puisés dans les nappes souterraines du Sahara, sert principalement à l'acheminement d'eau vers les régions en déficit hydrauliques plus au nord. Ces eaux souterraines sont déjà exploitées par la Libye, dont on connaît le projet pharaonique de rivière artificielle qui pompe directement l'eau dans l'aquifère saharien pour l'acheminer vers les villes du nord. En Algérie, les projets de pompage d'eau s'inscrivent dans la politique algérienne d'aménagement du territoire, comme c'est le cas pour le projet de canalisation de l'eau de la nappe phréatique d'In Salah pour être acheminée jusqu'à Tamanrasset, inauguré en avril dernier. Un autre projet en cours concerne l'acheminement de ces ressources aux régions steppiques du nord. Ces ressources ne seraient pas renouvelables en cas de fort pompage. En 2006, un système permettant de contrôler les prélèvements excessifs a été mis en place par les trois pays riverains de ce grand océan d'eau douce.
Le Système aquifère du Sahara septentrional (SAS), basé à Tunis, a aussi pour objectif de créer une base de données complètes afin d'améliorer à long terme l'entretien et l'actualisation des modèles servant à l'extraction de l'eau. On ne peut que se réjouir de ce mouvement de coopération transnational sur un thème aussi important que les ressources en eau. En revanche, on peut s'interroger sur la pertinence de l'utilisation de ces eaux, qui acheminées au nord, ne servent plus le développement local des régions sahariennes. Ajouter à cela des pertes d'eau pouvant aller jusqu'à 70% par l'utilisation intensive des agriculteurs. Les fougaras du Touat sont peu à peu abandonnées faute d'eau. La réelle question est de savoir comment utiliser l'eau de la nappe albienne du Sud algérien sans porter préjudice à l'environnement, apportant ainsi une alternative possible aux usines de dessalement d'eau, très coûteux en énergie fossile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.