Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    La semaine en bref…    Italie : Saipem condamnée pour corruption en Algérie    Boumerdès : des habitants s'opposent à un projet touristique    A Ouargla, les jeunes diplômés font annuler le concours de Sonatrach    Oran : Peine capitale à l'encontre du meurtrier de la petite Salsabil et son complice    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    C'est important d'avoir des partis maghrébins à la Fête de l'Humanité    Ligue des Champions : L'ESS croit en ses chances    JSK : Tout pour garder la première place    Championnat algérien : La Fifa enquête sur la corruption dans le football, selon BBC Arabic    La présidentielle 2019 au menu    Assises sociales ce samedi    350 travailleurs de l'ECT/SOPATI sans salaires depuis 14 mois    Dakar accueillera la cérémonie le 8 janvier 2019    Benalla, ex-collaborateur de Macron, s'explique devant le Sénat    Instruction ignorée    Le niet de Hasbellaoui    La Chine ne dévaluera «jamais» le yuan    Des sujets sensibles à l'ordre du jour    ACTUCULT    Tous ont combattu ! Qui a trahi ?    Ministres sortants, leur vie loin des ors de la République !    Ligue 2: Une aubaine pour l'ESM, le MCEE et l'USB    En perspective des Jeux méditerranéens de 2021: Plus de 1 milliard DA pour la réhabilitation des infrastructures sportives    Inter-régions: Les choses sérieuses commencent    Alger: Une nouvelle marche de retraités de l'ANP empêchée    Boomerang    Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre    Procès Salsabile à Oran: Peine capitale requise contre les deux accusés    Vers l'éradication du site de stockage de «la jumenterie»: Plus de 100 tonnes de déchets hospitaliers du CHUO traitées    Bousfer: 17 constructions et extensions démolies    Plaidoyer pour la paix et lettre ouverte à monsieur donald trump président des etats-unis    La gouvernance de l'Université en Algérie, propositions de réforme    Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins    Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»    Quand une ville coule, c'est Dieu qui est responsable    L'événement Maurice Audin : Macron ouvre des brèches en Algérie    Eric Zemmour et sa philosophie du prenom gallicisé    Scandaleux !    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    La "France veut aider l'Algérie à sécuriser ses frontières"    Belmadi prépare déjà le Bénin    Premières tendances des élections législatives et locales    Pari difficile pour Benghabrit    Un policier tue deux personnes à Oran    Ould Kablia brise le silence    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commune de Aït Naoual M'zada : Vingt cinq ans de marginalisation
Publié dans El Watan le 14 - 09 - 2009

Depuis 1984, les trois grandes agglomérations de la municipalité n'ont pas bénéficié de projets importants.
La commune d'Aït Naoual M'zada, distante de 82 km du chef-lieu de la wilaya de Sétif et regroupant plus de 5 600 habitants est une région laissée-pour-compte. Promue au rang de municipalité en 1984, la commune rappelle imparfaitement le titre d'un des best-sellers de littérature : 25 ans de solitude. Avec une superficie qui avoisine les 34 km2, un relief montagneux à la vue superbe et de la bonne terre arable, la commune dispose de grandes potentialités pour s'épanouir. Pourtant la précarité demeure le seul maître des lieux. A Aït Noual M'zada, tout le monde, citoyens et administrateurs, est unanime à dire que la roue du développement peine à se mouvoir et que les bilans sont toujours « maigres ». La municipalité qui compte 3 grandes agglomérations, Aït Khelad, M'zada et Aït Naoual, ne dispose que de deux centres de santé qui « ne servent qu'aux injections », selon les propos d'un citoyen. On n'y trouve ni corps médical ni équipements adéquats. Dans le secteur des travaux publics, les citoyens sollicitent l'achèvement des travaux au niveau de la RN 75 dans sa tranche reliant Bouandas à Barbacha et la promotion du CC 100 et 101 en chemins de wilaya et ce afin de faire sortir la municipalité de son enclavement. Egalement, les responsables locaux émettent le souhait de voir, un jour, leur commune équipée en matériels adéquats. « Vu l'état piteux des routes, surtout en période hivernale et l'inexistence d'un centre de santé approprié, nos femmes se trouvent parfois contraintes d'accoucher à mi-chemin ; c'est à la fois pénible et dangereux pour les patientes », lance le P/APC M. Ikassoulane Pour ce qui est du logement rural, beaucoup de bâtisses vétustes nécessitent la rénovation dans les plus brefs délais, parce que la région est une zone à haut risque en raison des glissements de terrain.
A cet effet, les services de l'APC ont recensé quelques 400 familles qui doivent être relogées. Le même nombre de foyers demeure sans électricité et les nombreuses promesses des services de Sonelgaz sont toujours non tenues. Quant au secteur de l'éducation, la localité affiche un manque flagrant en matière de cantines et transport scolaires. « L'aménagement de 3 bus et de 4 cantines provisoires ne répond nullement aux besoins de nos nombreux élèves », déclare un autre responsable. Les agriculteurs d'Aït Noual M'zada espèrent percevoir des subventions pour relancer leurs activités, auparavant florissantes, comme ils ne désespèrent pas de voir leur commune dotée d'une chambre froide, d'une huilerie, de retenues d'eau et de sentiers menant à leurs champs. Par ailleurs, les jeunes souffrent, en plus du chômage endémique (estimé à 80%) de l'absence d'aire de jeu et de divertissement. En effet, mis à part une bibliothèque non encore équipée et deux espaces de jeux qui n'ont que le nom, la localité ressemble à un mouroir terrifiant. Enfin à Aït Noual M'zada, les responsables locaux se disent armés d'une grande volonté afin de promouvoir et de propulser la commune vers l'avant, et les citoyens se considèrent victimes d'une centralisation à la peau dure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.