La présentation du programme prévue prochainement    Conférence sur les technologies de traitement de l'eau à Tipasa: l'exploitation des eaux traitées dans l'irrigation une "nécessité vitale"    Syrie: le gouvernement envoie ses forces dans le nord pour stopper l'offensive turque    Le projet de loi sur les hydrocarbures, fruit d'expertises nationales à 100%, ne représente aucune crainte    Présidentielle en Tunisie: Kais Saied élu président avec 72,71% des voix    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Wilayas de l'Est: suivi partiel du mouvement de débrayage des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le changement ne peut être que radical
Publié dans El Watan le 06 - 04 - 2012

-Pourquoi prendre la parole* presque sept ans après votre retraite des rangs de l'ANP ? Et quelle est la part de l'ancien général et celle du citoyen dans votre démarche rendue publique ?
Mon grade de général est l'aboutissement d'une carrière linéaire et de formations militaires qui m'ont permis d'acquérir le processus d'évaluation d'une situation donnée et de prise de décision dans un environnement aussi complexe et difficile que lors d'un conflit armé. Un général ne se contente pas de dresser un état des lieux, son esprit est formé pour chercher des solutions et pour agir en vue d'atteindre l'objectif final : le succès, la victoire. S'il réfléchit sans agir, c'est la défaite ! Mais le citoyen actif et patriote, pour sa part, existe avant le général et avant le militaire. Il est animé par l'amour de la patrie et est disposé à mettre toute son énergie pour contribuer à son apaisement, sa sécurité et son développement. Pourquoi ai-je attendu tout ce temps avant de parler ?
Après la retraite, il m'a fallu des années de lectures, d'études, de recherches historiques et de contacts pour évaluer l'état des lieux et mesurer l'écart entre la situation du pays et ce que l'Algérie aurait pu devenir compte tenu de son magnifique potentiel. Et surtout, pour appréhender la solution politique et étudier sa faisabilité et son opportunité. J'en suis arrivé à la conclusion, que la citoyenneté est la seule idéologie pouvant faire de l'Algérie un pays puissant et prospère. Au début de ma retraite, je ne pouvais pas prendre la parole, tenu par mon devoir de réserve et parce que je n'avais pas encore de solution à proposer. Il est vrai qu'au cours de ma carrière, j'ai eu la chance de participer à plusieurs travaux de réflexion, de 1986 à 1992, à l'Institut des études de stratégie globale, qui m'ont permis, au contact d'éminents universitaires, d'élargir mon champ de vision sur les défis de notre nation, mais c'est surtout après mon départ à la retraite que j'ai beaucoup appris.
-Quel a été l'élément déclencheur de votre prise de parole ?
Plusieurs éléments, dès 2006, m'ont fait ressentir tout le mal que vivait mon pays : des jeunes candidats à l'émigration clandestine qui risquent leur vie dans des traversées périlleuses, au suicide d'une petite écolière parce que son père n'a pas les moyens de lui acheter les fournitures scolaires et préfère privilégier son jeune frère qui, lui, est un garçon ! A mes yeux, il ne s'agissait pas là de drames personnels ou familiaux, mais à chaque fois d'un drame national.
-A partir de quel moment avez-vous senti que la situation du pays devenait périlleuse ?
Il faut se placer dans un contexte régional et international. D'abord, il y a eu le morcellement du Soudan «un pays trop grand pour les Soudanais», selon certains états-majors politiques. Nous avons des raisons de croire que certains de nos «partenaires» pensent également que «l'Algérie est trop grande pour les Algériens» ! Ensuite, les révolutions arabes n'ont touché, comme par hasard, que des républiques (quid du Bahreïn et de l'Arabie Saoudite ?). J'ai alors fait le parallèle avec les révolutions dans les pays de l'ancien Pacte de Varsovie dans les années 1989-1990 et l'exemple de la Yougoslavie, un pays où on pensait avoir déjà fait sa propre révolution, et qui a fini morcelé après une terrible guerre civile. Tous ces éléments ont provoqué notre mobilisation intellectuelle dans le but de trouver et de proposer une solution pouvant éviter au pays un prix trop fort à payer.

-Justement, pourriez-vous nous en apprendre plus sur le Collectif pour la réédification de la nation algérienne ? Ses objectifs à court et à moyen termes ?
Le collectif est constitué d'un groupe de patriotes, anciens cadres de la société civile et de l'armée, et d'universitaires attentifs aux évolutions du contexte international, aux menaces qui guettent notre pays aussi bien de l'extérieur que de l'intérieur. Des menaces qui peuvent mettre en cause l'intégrité et l'unité de l'Algérie. C'est un ensemble d'Algériens qui savent qu'ils n'ont pas d'autre pays de rechange. Nous avons tissé des relations avec toutes les composantes du peuple et toutes les tendances dans le but de cerner le plus grand dénominateur commun applicable à un projet de société viable pouvant mettre le pays dans la voie de l'unité et du développement. C'est un collectif citoyen ouvert à tous, toutes générations confondues, en relation avec toutes les composantes de notre société. Notre objectif à court terme est, une fois le travail de base effectué, de lancer un mouvement national de citoyenneté. Nous visons la convergence de tous ces Algériens qui aspirent au meilleur sort pour leur pays. Nous ne nous engageons pas dans un agenda imposé, ni ne voulons entrer dans de faux débats ou de combats entropiques. Il y a suffisamment, malheureusement, de divisions créées entre Algériens.

-Quel écho a eu votre appel pour une «démarche populaire pour un Etat de citoyenneté» au sein de vos anciens collègues du commandement militaire et au sein de la société civile ?
Tous les échos qui nous sont parvenus ont été extrêmement favorables, de la part de mes anciens collègues, mais aussi de jeunes cadres. Souvent, on nous interpelle avec la même question : votre proposition est ce à quoi nous rêvons, mais comment y aboutir ?
-Votre collectif appelle à un «changement radical». Voulez-vous nous préciser cette idée ? Quelles en seraient les étapes ? S'agit-il de changer une personne ou tout un système ?
Il ne s'agit pas d'une seule personne. Mais de tout un système, bien sûr. Le changement ne peut être que radical parce que la situation actuelle est si lointaine des principes mêmes de la citoyenneté, qui reste un programme ambitieux pour le pays, échelonné sur des étapes. Un pays comme le Singapour – car il faut bien se nourrir des expériences des autres – était à genoux il y a cinquante ans, divisé avec des ethnies différentes et plusieurs religions. Mais il a su rebondir pour devenir un des pays les plus prospères du monde malgré l'absence de toute ressource naturelle, grâce à l'application du concept de citoyenneté comme contrat social. Alors pourquoi l'Algérie, avec son homogénéité ethnique et religieuse, avec ses formidables ressources humaines et naturelles, reste aussi dépendante de la désastreuse économie de la rente et aussi peu attrayante pour ses propres jeunes qui préfèrent partir ailleurs, parfois au péril de leur vie ? Pourtant avec sa position géographique centrale, ses ressources et son histoire, l'Algérie peut constituer une véritable locomotive de la région nord-africaine. C'est là notre ambition en tant qu'Algériens.
-Vous axez votre initiative d'une «IIe République» sur le concept de «citoyenneté» : concrètement, comment voyez-vous se réaliser ce concept qui reste assez vague ?
Le concept de citoyenneté est une véritable révolution. C'est d'abord un lien juridique commun entre les citoyens, dans une parfaite égalité des droits et des devoirs, basé sur la sauvegarde de la cohésion sociale et nationale. Même notre histoire et notre culture nous aiguillent vers des modèles de citoyenneté adoptés par nos aïeux pour éviter les dissensions et pour promouvoir le vivre ensemble qui construit une société forte, un Etat fort par l'adhésion volontaire de ses citoyens. La citoyenneté se décline en deux principes : la civilité et le civisme. La civilité, c'est d'abord le respect de la dignité de tous les citoyens à tous les échelons. Du simple citoyen, au général et au juge. Tous doivent respecter la dignité du citoyen. Ensuite, il y a le respect de l'espace et du bien public (nous devons en finir avec la mentalité du baylek) et enfin et surtout, le respect du drapeau !
Quant au civisme, il s'agit du respect de la loi et des règles, une certaine idée de la solidarité déjà très ancrée dans notre société, et la liberté, la liberté des individus dans le respect de la liberté des autres citoyens. Nous souhaitons d'abord établir un pacte de la citoyenneté qui fixe les valeurs pérennes et les grands principes de l'identité algérienne. Un pacte enrichi grâce à l'apport de toutes les composantes de la nation algérienne et qu'il faudra faire voter par le peuple souverain pour le rendre immuable. Il faudra, en parallèle, peut-être envisager de dissoudre les partis actuels et réorganiser le paysage politique sur la base du dénominateur commun qui garantit l'intégrité de la nation et sa puissance. Il y aura d'autres mécanismes à mettre en place, qui seront précisés ultérieurement. Notre objectif est un Etat fort et des contre-pouvoirs aussi forts, un vrai système judiciaire qui ne méprise pas le citoyen et des médias réellement investis du quatrième pouvoir. Il faudra aller vers une Constituante, pour élaborer un texte rassembleur et ambitieux, fondateur de la deuxième République.

-Comment voudriez-vous «engager toutes les forces dans les meilleurs délais» pour ce projet de «réédification nationale» ? N'est-ce pas trop tard maintenant que la machine électorale (dont vous dénoncez le côté mercantiliste) a démarré ?
Le plus tôt, dans le processus de construction de la citoyenneté, serait le mieux ! Parce que nos ambitions sont très grandes pour notre pays. Mais il n'est jamais trop tard ! Nous nous mobilisons sans limite dans le temps. Il faut au plus vite nous inscrire, en tant que nation, dans une véritable dynamique de développement et d'apaisement, pour notre propre bien et pour celui de nos voisins. On ne veut pas, je le répète, subir un agenda imposé par les législatives, parce qu'on se retrouvera ainsi dans les mêmes éléments de langage répétés tous les cinq ans. On ne s'inscrit que dans l'agenda d'une Algérie puissante et qui donne toute la place à tous les Algériens.

-Vous évoquez une «intelligence satanique» qui a encouragé «la médiocrité» dans plusieurs instances de l'Etat ? Peut-on identifier cette entité ?
Certains ont pensé à une personne bien identifiée. Mais le fait est que cette entité n'est pas conjoncturelle, elle émane de l'alliance que j'ai dénoncée : une alliance entre l'opportunisme et la médiocrité à tous les échelons.

-L'Algérie semble, selon vous, à un carrefour décisif de son histoire : défis internes, mais surtout externes (Printemps arabe, vague islamiste, déstabilisation du Sahel et convoitises énergétiques, notamment). Quels seraient concrètement les risques qu'encourt le pays dans l'actuelle conjoncture régionale et mondiale ?
Autour de la région du Hoggar, riche en matières premières, nous avons l'impression que des forces veulent vider cette zone stratégique pour nous imposer des solutions à nos dépens ! L'Algérie ne peut rester muette avec ce qui se passe à nos frontières sud. Notre pays doit avoir une réaction vigoureuse. Déjà, lors de la crise libyenne, Alger aurait dû s'imposer dès les premières manifestations armées à Benghazi comme un acteur important, qui pouvait parler à toutes les parties grâce à son capital diplomatique et symbolique, s'imposer comme une puissance régionale et pas regarder passivement se dérouler les événements. Avoir une position d'un pays fort, qui peut servir d'intermédiaire régional ou, si les belligérants outrepassent leurs engagements, imposer sa force. C'est ce qu'on doit faire au Mali avec les derniers dangereux développements. Ou nous sommes offensifs ou nous sommes perdants !
*«Manifeste national pour la IIe République, une démarche populaire pour un Etat de citoyenneté», contribution publiée dans El Watan le 21 mars dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.