Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concert-Alif Naaba à Alger : Le prince de Konkistenga
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2009

Ce soir, au Mougar, le chanteur burkinabé qui bénéficie désormais d'une belle audience africaine.
Selon l'un des plus grands sites internet de son pays, « le concert d'Alger devrait permettre au prodige de la musique burkinabè de démontrer son talent et de confirmer tout le bien que l'on pense de lui », ajoutant que sans nul doute « le prince de Konkistenga saura trouver les bonnes notes pour séduire le public algérois ». Pour cela, il dispose de sérieux atouts, notamment auprès des mélomanes amoureux des rencontres entre les musiques originelles et les musiques modernes. Et, même s'il demeure généralement peu connu ici, sa démarche, qualifiée de « son métis aux pulsions jazz et folk » a en effet de nombreux adeptes en Algérie.
Elevé par une mère chanteuse traditionnelle, Alif Naaba a très tôt baigné dans la matrice musicale africaine. Il s'imprègne à la source des mélodies et rythmes traditionnels avant de découvrir, dans son adolescence, toute la panoplie des genres contemporains (jazz, reggae, blues, rock, world music…) qui influenceront ses premiers essais. En avril 2009, il déclarait au journal L'intelligent d'Abidjan : « J'ai pour habitude de dire que je suis de toutes les cultures. Je suis né à partir de mille neuf cent…. Nous sommes nés et avons trouvé des choses que nous avons touchées, senties et qui, forcément, reflètent notre travail. Ne voulant pas trahir ces choses, je me mets au carrefour ; là où mes pieds sont posés sur la culture, la musique traditionnelle de chez moi. Et mes ailes caressent et touchent toutes les musiques qui viennent d'ailleurs et que j'essaie d'ajouter à ma musique pour donner ce son, cette pulsion de jazz-folk. En même temps, ce son est moi : métis dans ma vision de voir et de sentir les choses. »
De tâtonnements en recherches, il finit par trouver sa voie créative et, avec son premier album, Regards métis (2004), il est aussitôt remarqué. En 2005, il sort Foo, qui confirme son premier succès. Et dès l'année suivante, il engrange plusieurs distinctions africaines : le Kundé du public, le Meilleur album de la diaspora, le Clip d'or et, avec le titre Enfin ce soir, le Prix de la meilleure chanson francophone. Une véritable moisson qui marque l'engouement du public pour lui et correspond à l'apparition de tous les « titres » qui lui sont attribués : « Prince de Konkistenga, prince aux pieds nus… », mais toujours prince ! Il a vécu en Côte d'Ivoire jusqu'en 2003. C'est d'ailleurs à Abidjan que son premier album, Regards métis, est né, bien que ce soit dans son pays qu'il a connu les premières vagues de la réussite.
Vivant aujourd'hui à Ouagadougou, il se rend régulièrement à Abidjan, où il est maintenant très demandé, et dans d'autres pays du continent, en accord avec ses passions panafricaines. Il a ainsi participé aux galas d'ouverture et de clôture du dernier Festival du cinéma africain de Ouagadougou et, récemment, il était au Rwanda pour une création musicale sur les 15 ans du génocide. Il s'affirme souvent en promoteur de la musique du Burkina Faso. Il a ainsi déclaré : « Elle était en train de chercher ses marques. Depuis deux à trois ans, il y a, je peux l'avouer, une prise de conscience. Il y a une professionnalisation du métier par la formation des managers, des administrateurs. Des artistes reçoivent des formations soit en composition musicale soit en gestion de carrière. Ce qui est frappant au Burkina Faso, c'est de voir, dans un paysage, des talents qui se développent, chacun ayant sa spécificité.
Je pense que la musique burkinabè est une musique d'avenir. Je le dis en pesant très bien mes mots. C'est une musique qui, d'ici quatre à cinq ans, va détonner fort dans le climat musical en Afrique. » En tout cas, il œuvre fort pour que cet espoir se réalise. Et son dernier album, Wakat (l'envol), lui en donne quelques bonnes raisons.
Ce soir, à 19h, Salle Mougar, Alger. Spectacle organisé par le CCF d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.