GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma-31e Cinémed : Des harraga à Montpellier
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2009

C'est dans les bagages de Merzak Allouache que s'apprêtent à accoster ces émigrés clandestins. La caractéristique d'un bon festival de cinéma est de toujours réserver aux cinéphiles d'agréables surprises et des trouvailles intéressantes.
Ainsi, le Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier, qui débutera demain jusqu'au 1er novembre, déroulera le tapis rouge pour accueillir Merzak Allouache et les acteurs du film Harraga, lors de sa projection le dimanche 25 octobre à 21h 30. Il faut rappeler que ce long métrage a été tourné dans la région de Montpellier et plus précisément entre Frontignan et Sète, la ville du grand chanteur Georges Brassens. L'histoire se déroule, aussi en partie, sur les côtes algériennes, près de Mostaganem où Hassan le passeur promet à des jeunes, tentés par l'aventure en mer, d'atteindre l'Espagne pour un avenir meilleur. Ces derniers vont se rendre compte que les choses ne sont pas aussi simples.
Cette avant-première, en France, drainera à coup sûr les grandes foules et promet une soirée riche en débats sur la problématique de la circulation des personnes entre les deux rives de la Méditerranée. Jean-François Bourgeot, le directeur du festival Cinemed, explique ce choix de programmation en ces termes : « Ce film est dans la thématique du festival qui en est à sa 31e édition et nous voulons que cette mer soit un lien qui unit les peuples et non un obstacle périlleux qui engendre la mort. » En effet, pour cette nouvelle édition, c'est le cinéma turc qui sera mis à l'honneur. Les organisateurs veulent montrer, à travers cette mise en lumière des films venus du détroit du Bosphore et du fin fond de la Tchoukourova, que les réticences des hommes politiques européens sur l'intégration de ce grand pays au sein de la CEE, n'a pas lieu d'être. Une autre présence algérienne dans la compétition officielle est à signaler.
Il s'agit de la sélection du court métrage intitulé Ils se sont tus (Sektou) de Khaled Ben Aïssa. Ce petit film raconte l'histoire de Smaïn qui travaille la nuit et auquel arrive des aventures rocambolesques à Alger, quand il essayera de regagner son domicile. Selon certains observateurs, ce petit film est un bijou susceptible de décrocher une distinction, comme il l'a déjà fait ailleurs, à Ouagadougou et Taghit surtout. Bien que pas très inédits maintenant, d'autres films algériens seront par ailleurs projetés tout au long du festival. Deux films de Nadir Mokhnèche, Viva l'Algérie et Délice Paloma avec Beyouna en haut de l'affiche, vaudront quand même le détour. Sans oublier deux autres films de Rabah Ameur Zaïmeche, intitulés Le dernier maquis et Bled number one qui traite de l'épineux problème de la double peine. Les spectateurs qui attendent avec impatience cet événement pourront voir plus de150 films et pas moins de dix documentaires qui, selon le responsable de cette section, Hubert Corbin, ont été sélectionnés avec une grande rigueur après en avoir visionnés plus de 300 titres. Le Festival s'ouvre, comme chaque année, sur les quartiers à forte population immigrée en projetant des longs et courts métrages qui ravissent des familles entières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.