ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma-31e Cinémed : Des harraga à Montpellier
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2009

C'est dans les bagages de Merzak Allouache que s'apprêtent à accoster ces émigrés clandestins. La caractéristique d'un bon festival de cinéma est de toujours réserver aux cinéphiles d'agréables surprises et des trouvailles intéressantes.
Ainsi, le Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier, qui débutera demain jusqu'au 1er novembre, déroulera le tapis rouge pour accueillir Merzak Allouache et les acteurs du film Harraga, lors de sa projection le dimanche 25 octobre à 21h 30. Il faut rappeler que ce long métrage a été tourné dans la région de Montpellier et plus précisément entre Frontignan et Sète, la ville du grand chanteur Georges Brassens. L'histoire se déroule, aussi en partie, sur les côtes algériennes, près de Mostaganem où Hassan le passeur promet à des jeunes, tentés par l'aventure en mer, d'atteindre l'Espagne pour un avenir meilleur. Ces derniers vont se rendre compte que les choses ne sont pas aussi simples.
Cette avant-première, en France, drainera à coup sûr les grandes foules et promet une soirée riche en débats sur la problématique de la circulation des personnes entre les deux rives de la Méditerranée. Jean-François Bourgeot, le directeur du festival Cinemed, explique ce choix de programmation en ces termes : « Ce film est dans la thématique du festival qui en est à sa 31e édition et nous voulons que cette mer soit un lien qui unit les peuples et non un obstacle périlleux qui engendre la mort. » En effet, pour cette nouvelle édition, c'est le cinéma turc qui sera mis à l'honneur. Les organisateurs veulent montrer, à travers cette mise en lumière des films venus du détroit du Bosphore et du fin fond de la Tchoukourova, que les réticences des hommes politiques européens sur l'intégration de ce grand pays au sein de la CEE, n'a pas lieu d'être. Une autre présence algérienne dans la compétition officielle est à signaler.
Il s'agit de la sélection du court métrage intitulé Ils se sont tus (Sektou) de Khaled Ben Aïssa. Ce petit film raconte l'histoire de Smaïn qui travaille la nuit et auquel arrive des aventures rocambolesques à Alger, quand il essayera de regagner son domicile. Selon certains observateurs, ce petit film est un bijou susceptible de décrocher une distinction, comme il l'a déjà fait ailleurs, à Ouagadougou et Taghit surtout. Bien que pas très inédits maintenant, d'autres films algériens seront par ailleurs projetés tout au long du festival. Deux films de Nadir Mokhnèche, Viva l'Algérie et Délice Paloma avec Beyouna en haut de l'affiche, vaudront quand même le détour. Sans oublier deux autres films de Rabah Ameur Zaïmeche, intitulés Le dernier maquis et Bled number one qui traite de l'épineux problème de la double peine. Les spectateurs qui attendent avec impatience cet événement pourront voir plus de150 films et pas moins de dix documentaires qui, selon le responsable de cette section, Hubert Corbin, ont été sélectionnés avec une grande rigueur après en avoir visionnés plus de 300 titres. Le Festival s'ouvre, comme chaque année, sur les quartiers à forte population immigrée en projetant des longs et courts métrages qui ravissent des familles entières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.