Tottenham: le PSG confiant pour Alli    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Exportations: l'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Mostaganem: mise en échec de quatre tentatives d'émigration clandestine et arrestation de 51 personnes    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Naceri à la Cour constitutionnelle    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    Les articles de la discorde    Quelle chance pour la paix ?    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    3 morts dans un accident de la route    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Enfin un gouverneur !    Alger tente de reprendre la main au Sahel    Benkhelifa signe pour trois ans    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Espaces verts, hygiène, AEP, vieux bâti ; éclairage public...: Dix cellules de wilaya pour le suivi de la situation de tous les secteurs    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia cède à la pression
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2013

Au lendemain de l'annonce de la démission d'Ahmed Ouyahia de son poste de secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), les réactions se font conciliantes, discrètes et pondérées, voire prudentes. «Notre unique objectif était que le RND revienne sur les rails qui lui étaient assignés. La direction actuelle était dans l'obligation de revenir à une gestion plus saine et démocratique du parti ou de partir. M. Ouyahia a fait son choix», commente ainsi Tayeb Zitouni, ancien maire d'Alger-Centre et membre de la coordination du mouvement de sauvegarde du RND. Le mot d'ordre dans ce parti au lendemain de cette annonce est «la mobilisation et l'unité» dans les rangs des cadres et militants du RND.
«Cette décision personnelle et souveraine qu'a prise M. Ouyahia vise à renforcer les rangs du RND et réinstaurer la cohésion et la stabilité de cette formation», explique quant à lui Miloud Chorfi, porte-parole du RND. Pourtant, l'incertitude et le flou planent sur l'avenir, immédiat du moins, de la formation politique. Qui prendra la tête du parti ? Et qui le mènera «à bon port» jusqu'à la tenue de son prochain congrès ? Un conseil national avait été convoqué, avant la démission du SG, pour les 17, 18 et 19 janvier. «La prochaine session du bureau national étudiera la désignation d'un secrétaire général intérimaire, qui aura pour tâche de continuer à gérer les affaires du parti jusqu'au congrès qui avait été fixé pour le mois de mai prochain», avance M. Chorfi, citant la lettre de M. Ouyahia aux militants. Et si pour ce dernier le maintien de ces dates pour la tenue du conseil est évident, ce n'est pas le cas pour «l'autre camp». «Il est démissionnaire et ne peut donc pas décider d'une quelconque feuille de route pour le parti. Et personne ne peut affirmer que le conseil se réunira comme prévu», contredit M. Zitouni. Il préconise donc la «concertation».
Quel avenir pour le RND et pour Ouyahia ?
«Il est impératif de redonner la parole aux militants et à la base qui doivent ouvrir le débat afin de décider de l'avenir de notre parti, et ce, dans la stabilité», poursuit-il. Et qui est pressenti pour prendre en main cet «avenir» ? Même si l'on ne s'avance pas trop, la balance pencherait dit-on du côté des «redresseurs». Il est impossible de le dire pour l'heure, mais les «contestataires» sont majoritaires au sein de la base du RND, et nous comptons de nombreuses figures de proue, ministres, cadres compétents. «Personnellement, et de prime abord, je pense qu'éthiquement l'option Yahia Guidoum est la plus probable, tant pour sa personnalité que pour son parcours et apport au RND», affirme M. Zitouni. «Une chose est sûre, après sa victoire aux sénatoriales, le RND sera la première force du pays maintenant débarrassé de cette direction», conclut-il.
M. Ouyahia a-t-il sauvé le RND ? Et si la sauvegarde du parti n'était pas l'unique motivation de ce retrait ? Présenté comme un «présidentiable», le flou plane plus que jamais quant à son avenir politique. Tout comme cela avait été le cas lors de son «éviction» du poste de Premier ministre, l'interrogation demeure. A-t-il été «lâché» et «mis au placard», ou libéré afin de satisfaire une présumée intention présidentielle ? La même question se pose aujourd'hui. Sa démission est-elle vraiment le signe d'une fin de parcours, ou un positionnement dans les starting-blocks de 2014, soulagé de la gestion d'un parti, mais aussi et surtout de la contestation interne que l'on connaît ? Les mois à venir nous le diront…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.