Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia cède à la pression
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2013

Au lendemain de l'annonce de la démission d'Ahmed Ouyahia de son poste de secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), les réactions se font conciliantes, discrètes et pondérées, voire prudentes. «Notre unique objectif était que le RND revienne sur les rails qui lui étaient assignés. La direction actuelle était dans l'obligation de revenir à une gestion plus saine et démocratique du parti ou de partir. M. Ouyahia a fait son choix», commente ainsi Tayeb Zitouni, ancien maire d'Alger-Centre et membre de la coordination du mouvement de sauvegarde du RND. Le mot d'ordre dans ce parti au lendemain de cette annonce est «la mobilisation et l'unité» dans les rangs des cadres et militants du RND.
«Cette décision personnelle et souveraine qu'a prise M. Ouyahia vise à renforcer les rangs du RND et réinstaurer la cohésion et la stabilité de cette formation», explique quant à lui Miloud Chorfi, porte-parole du RND. Pourtant, l'incertitude et le flou planent sur l'avenir, immédiat du moins, de la formation politique. Qui prendra la tête du parti ? Et qui le mènera «à bon port» jusqu'à la tenue de son prochain congrès ? Un conseil national avait été convoqué, avant la démission du SG, pour les 17, 18 et 19 janvier. «La prochaine session du bureau national étudiera la désignation d'un secrétaire général intérimaire, qui aura pour tâche de continuer à gérer les affaires du parti jusqu'au congrès qui avait été fixé pour le mois de mai prochain», avance M. Chorfi, citant la lettre de M. Ouyahia aux militants. Et si pour ce dernier le maintien de ces dates pour la tenue du conseil est évident, ce n'est pas le cas pour «l'autre camp». «Il est démissionnaire et ne peut donc pas décider d'une quelconque feuille de route pour le parti. Et personne ne peut affirmer que le conseil se réunira comme prévu», contredit M. Zitouni. Il préconise donc la «concertation».
Quel avenir pour le RND et pour Ouyahia ?
«Il est impératif de redonner la parole aux militants et à la base qui doivent ouvrir le débat afin de décider de l'avenir de notre parti, et ce, dans la stabilité», poursuit-il. Et qui est pressenti pour prendre en main cet «avenir» ? Même si l'on ne s'avance pas trop, la balance pencherait dit-on du côté des «redresseurs». Il est impossible de le dire pour l'heure, mais les «contestataires» sont majoritaires au sein de la base du RND, et nous comptons de nombreuses figures de proue, ministres, cadres compétents. «Personnellement, et de prime abord, je pense qu'éthiquement l'option Yahia Guidoum est la plus probable, tant pour sa personnalité que pour son parcours et apport au RND», affirme M. Zitouni. «Une chose est sûre, après sa victoire aux sénatoriales, le RND sera la première force du pays maintenant débarrassé de cette direction», conclut-il.
M. Ouyahia a-t-il sauvé le RND ? Et si la sauvegarde du parti n'était pas l'unique motivation de ce retrait ? Présenté comme un «présidentiable», le flou plane plus que jamais quant à son avenir politique. Tout comme cela avait été le cas lors de son «éviction» du poste de Premier ministre, l'interrogation demeure. A-t-il été «lâché» et «mis au placard», ou libéré afin de satisfaire une présumée intention présidentielle ? La même question se pose aujourd'hui. Sa démission est-elle vraiment le signe d'une fin de parcours, ou un positionnement dans les starting-blocks de 2014, soulagé de la gestion d'un parti, mais aussi et surtout de la contestation interne que l'on connaît ? Les mois à venir nous le diront…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.