Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



700 logements à Ali Mendjeli : « Rendez-nous nos logements, monsieur le ministre »
Publié dans El Watan le 31 - 10 - 2009

Noureddine Moussa, ministre de l'Habitat, aujourd'hui à Constantine pour une visite de travail et d'inspection, sera confronté à la colère des 700 souscripteurs fédérés dans une association pour défendre leurs intérêts.
Ils comptent, dans une ultime réaction, organiser un sit-in pour pousser les responsables à dénouer le contentieux né, disent-ils, « par la faute de l'entêtement d'un promoteur qui enfreint, au su et vu de tous les responsables, les règles du marché pour la réalisation du projet pour lequel il s'est pleinement engagé et les clauses du contrat qu'il a pourtant dûment signé. » Au cours des années 2003 et 2004, le syndicat des travailleurs de l'éducation, en coordination avec le ministère de l'Education et celui de l'Habitat, ont, d'un commun accord, lancé un programme de construction de 700 logements participatifs à la nouvelle ville Ali Mendjeli (UV1 et UV9), financé par l'Etat et les œuvres sociales de l'éducation. La réalisation du projet a été confiée par convention à un entrepreneur-promoteur. Le coût du logement a été estimé à l'époque à 1 640 000 DA. Les souscripteurs devaient s'acquitter de la somme de 26 millions de centimes payables en trois tranches, les œuvres sociales consentaient un prêt de 31 millions de centimes payables sur 20 ans et sans intérêts. La cession des logements de type F3 de 70 m2 a été concédée aux bénéficiaires à désigner par tirage au sort dans la formule vente sur plan. Pour leur part, le FNOPS et la CNL participent, en débloquant 25 et 50 millions de centimes. A ce moment, tout semblait bien se dérouler.
Initialement, le délai de réalisation ne devait pas dépasser les 30 mois, sauf que deux années plus tard, les souscripteurs ne voient rien venir. Leur inquiétude allant grandissante, ils tentent vainement d'alerter le promoteur, et face à son désistement, ils informent les services de la DLEP, ainsi que le wali. « Toutes les parties sur lesquelles nous avons fondé notre espoir sont aujourd'hui revenues sur leurs engagements », déclare Gana Ahmed, président de l'association. Face à cette impasse, ils n'ont d'autre choix pour exprimer leur désarroi que d'organiser des sit-in, obligeant ainsi le promoteur à se réunir avec eux, sous la coupe de la DLEP. Et qu'elle n'a pas été grande leur surprise, quand ce dernier les informera que le coût du logement subira une importante révision, tout en refusant de communiquer les nouveaux prix dont il a seul décidé du montant. Il refusera par là même de fixer une date pour la réception des logements achevés à 100%, de procéder au tirage au sort pour désigner les bénéficiaires, mais encore, d'informer à temps les souscripteurs des nouvelles formalités du dossier du FNOPS. Ces derniers demandent au ministre « rendez-nous nos logements monsieur le ministre ». Les changements procéduraux et des formalités, induits unilatéralement par le promoteur et qui n'ont d'ailleurs pas obtenu l'aval des services de la DLEP et du wali, font de ce contentieux une affaire pour le moins inextricable. Que deviennent ces familles privées de leur droit légitime au logement, alors même qu'elles ont consenti d'importants prélèvements sur leurs budgets pour pouvoir jouir un jour d'un toit ? Le ministre de l'Habitat, signataire de l'accord pour la réalisation des 700 logements, se désistera-t-il à son tour ? Ou alors saura-t-il aller de l'avant et régler définitivement ce litige ? Nous avons vainement tenté de joindre par téléphone le promoteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.