Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vaccin contre le sida : espoir et réalité

Un essai clinique concernant un vaccin à visée curative contre le virus (VIH) du sida vient d'être annoncé pour la fin mars, par l'équipe du Dr Erwann Loret de l'hôpital La Conception de Marseille. Il concernera, dans un premier temps, 48 volontaires porteurs du VIH et traités avec la multithérapie et dont la charge virale est indétectable. Le but est de substituerune vaccination comme traitement unique et définitif permettant de contrôler à moyen terme la propagation du virus et, ensuite, à plus long terme, l'éliminer, à la multithérapie (traitement à vie). Il s'agit certes d'une bonne nouvelle dans le progrès en matière de lutte contre le sida mais, néanmoins, il serait sage d'en relativiser la portée, car plusieurs essais de vaccins à visée thérapeutique ont été menés dans le monde avec un succès relatif.
La difficulté redondante réside dans le fait que le VIH est, d'une part, doué d'une grande capacité de muter et de donner des variantes échappant ainsi au contrôle par l'immunité, et d'autre part que ce virus s'attaque au système immunitaire qui est censé le contrôler et l'éliminer. Quant au vaccin lui-même, il cible une protéine produite par le VIH au cours de sa multiplication dans les cellules infectées. Il s'agit d'une protéine dénommée TAT (transactivating factor) qui, lorsque le VIH est intégré dans l'ADN de la cellule infectée, va lui donner le signal de s'activer et de produire du VIH à grande vitesse. Le facteur TAT est donc un élément positif pour le développement du virus dans l'organisme du malade.
Aussi, il existe un autre facteur appelé NEF (negative factor) produit par le VIH qui, lorsqu'il est sécrété, va freiner la multiplication du virus et le mettre en «repos». Travailler sur TAT en inhibant sa production ou au contraire travailler sur NEF en favorisant sa production sont deux pistes intéressantes dans un projet de vaccin contre le virus du sida. La première piste (TAT) a été développée par Erwann Loret à Marseille, l'autre piste (NEF) est développée par Luc Montagnier à New York. Le candidat vaccin TAT (qui va être expérimenté à Marseille) repose donc sur l'injection au patient de la protéine TAT du VIH. Il va s'ensuivre après rappel une production d'anticorps neutralisants TAT produit par les cellules infectées et une production de cellules tueuses spécifiques (lymphocytes T cytotoxiques) des cellules infectées.
Ainsi, l'action concomitante des anticorps neutralisants et des lymphocytes T cytotoxiques aboutira, à terme, à une éradication des cellules infectées par le VIH et aboutir à une guérison de l'infection. Tel est le principe et la réalité des défenses anti-infectieuses. Mais de l'espoir à la réalité, la voie est encore incertaine. En effet, dans cet essai, il ne s'agit aujourd'hui que d'une première étape dite phase 1, qui consiste à mesurer si le candidat vaccin est bien toléré par le patient sans préjuger de son efficacité. Ce sera la deuxième étape, dite phase 2, qui permettra d'évaluer les réponses immunitaires spécifiques à ce virus et donc de la capacité du vaccin à éliminer définitivement le virus de l'organisme du malade et aboutir à une guérison du sida.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.