Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vaccin contre le sida : espoir et réalité
Santé : les autres articles

Un essai clinique concernant un vaccin à visée curative contre le virus (VIH) du sida vient d'être annoncé pour la fin mars, par l'équipe du Dr Erwann Loret de l'hôpital La Conception de Marseille. Il concernera, dans un premier temps, 48 volontaires porteurs du VIH et traités avec la multithérapie et dont la charge virale est indétectable. Le but est de substituerune vaccination comme traitement unique et définitif permettant de contrôler à moyen terme la propagation du virus et, ensuite, à plus long terme, l'éliminer, à la multithérapie (traitement à vie). Il s'agit certes d'une bonne nouvelle dans le progrès en matière de lutte contre le sida mais, néanmoins, il serait sage d'en relativiser la portée, car plusieurs essais de vaccins à visée thérapeutique ont été menés dans le monde avec un succès relatif.
La difficulté redondante réside dans le fait que le VIH est, d'une part, doué d'une grande capacité de muter et de donner des variantes échappant ainsi au contrôle par l'immunité, et d'autre part que ce virus s'attaque au système immunitaire qui est censé le contrôler et l'éliminer. Quant au vaccin lui-même, il cible une protéine produite par le VIH au cours de sa multiplication dans les cellules infectées. Il s'agit d'une protéine dénommée TAT (transactivating factor) qui, lorsque le VIH est intégré dans l'ADN de la cellule infectée, va lui donner le signal de s'activer et de produire du VIH à grande vitesse. Le facteur TAT est donc un élément positif pour le développement du virus dans l'organisme du malade.
Aussi, il existe un autre facteur appelé NEF (negative factor) produit par le VIH qui, lorsqu'il est sécrété, va freiner la multiplication du virus et le mettre en «repos». Travailler sur TAT en inhibant sa production ou au contraire travailler sur NEF en favorisant sa production sont deux pistes intéressantes dans un projet de vaccin contre le virus du sida. La première piste (TAT) a été développée par Erwann Loret à Marseille, l'autre piste (NEF) est développée par Luc Montagnier à New York. Le candidat vaccin TAT (qui va être expérimenté à Marseille) repose donc sur l'injection au patient de la protéine TAT du VIH. Il va s'ensuivre après rappel une production d'anticorps neutralisants TAT produit par les cellules infectées et une production de cellules tueuses spécifiques (lymphocytes T cytotoxiques) des cellules infectées.
Ainsi, l'action concomitante des anticorps neutralisants et des lymphocytes T cytotoxiques aboutira, à terme, à une éradication des cellules infectées par le VIH et aboutir à une guérison de l'infection. Tel est le principe et la réalité des défenses anti-infectieuses. Mais de l'espoir à la réalité, la voie est encore incertaine. En effet, dans cet essai, il ne s'agit aujourd'hui que d'une première étape dite phase 1, qui consiste à mesurer si le candidat vaccin est bien toléré par le patient sans préjuger de son efficacité. Ce sera la deuxième étape, dite phase 2, qui permettra d'évaluer les réponses immunitaires spécifiques à ce virus et donc de la capacité du vaccin à éliminer définitivement le virus de l'organisme du malade et aboutir à une guérison du sida.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.