Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espaces verts : Oran aura sa palmeraie
Publié dans El Watan le 19 - 09 - 2013

Le palmier connaît à Oran un engouement tout particulier, qui a incité la municipalité à lui dédier tout un jardin. L'aménagement de ce jardin est en fait inspiré de la célèbre palmeraie d'Elche dans la banlieue d'Alicante. Une palmeraie classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, et qui a «subjugué» plus d'un élu local qui s'y était rendu. En vérité, les responsables locaux, pressés par la tutelle pour la réception du site et de passer à la prochaine étape, en l'occurrence la réalisation d'un dream park par un investisseur privé, ont donc décidé de gagner du temps et de planter carrément des sujets adultes.
«Ce qui rend l'opération très onéreuse mais aussi très risquée au regard des conditions climatiques et pédologiques», aux dires d'un paysagiste. Sidi M'Hamed se situe dans le prolongement du front de mer sur le couloir le plus venteux et le plus froid de la ville. Il reçoit de plein fouet le puissant vent d'ouest qui peut souffler sans interruption jusqu'à 15 jours. «Les palmiers risquent d'être secoués comme des cocotiers», nous dira notre paysagiste. Cet avis n'est pas partagé par la directrice d'Oran-Vert en charge de la réalisation du jardin.
«Les palmiers tiendront», nous dira-t-elle, une réponse péremptoire qui trouve toute sa justification dans les dimensions des trous de plantations réalisés, «pas moins de 9 m3», nous dira-t-elle. Le problème c'est que justement le palmier ne développe pas de racines d'ancrage. «Le système racinaire du palmier est un petit chevelu qui part d'un bulbe situé sous le stipe», nous dira un spécialiste de la biologie végétale de l'université d'Oran. «Il n'y avait donc pas nécessité de creuser autant pour l'ancrage de l'arbre», renchérira le paysagiste.
Qu'à cela ne tienne, et à Oran-Vert, on préfère avoir deux précautions plutôt qu'une. «Tous les palmiers seront donc solidement haubanés». Le problème c'est qu'avec des perches et autres mâts, le paysage en «3D» de l'étude de présentation risque fort de n'être qu'une image, certes belle mais virtuelle seulement. Aussi, le haubanage se voudrait le plus discret possible et plutôt que d'avoir une forêt de perche, les responsables du projet ont opté pour des harnais en câbles d'acier, qui viendraient emprisonner les stipes et seront fixés au sol.
Un système inspiré probablement des immenses antennes de télécommunications qui pullulent sur les toits de la ville. Sauf que «l'écorce du palmier est faite de fibres et le risque de cisaillement est bien réel», nous dira-t-on. «De toutes les manières, cela ne fixera pas l'arbre au sol», nous dira notre paysagiste. En fait, pour stabiliser l'arbre au sol, il aurait était plus intéressant d'installer des lanières autour de la motte qui entourait les racines et de les fixer au fond du trou de plantation. Cela est, dit-on, «la méthode la plus économique et la plus efficace, le reste n'est que du bricolage».
A Oran-Vert, on avoue facilement «que l'on apprend». Mais il faut dire que cette phase d'apprentissage coûte un peu trop cher aux contribuables. D'autant plus que, selon quelques indiscrétions, certains de ces palmiers centenaires auraient coûté quelque 300 000 DA pièce. Ce qui peut choquer plus d'un. Il aurait certainement été plus intéressant pour les finances publiques et l'apprentissage d'Oran-Vert de déplanter les palmiers tout aussi centenaires qui encombrent les chaussées d'El Barki et qui seront, de toute façon, rasés un jour ou l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.