Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'art de la gravure dans toutes ses expressions
Salah Hioun expose au musée de la miniature
Publié dans El Watan le 29 - 11 - 2009

Après un parcours artistique de plus d'une quarantaine d'années, le ministère de la Culture a tenu à rendre hommage à l'artiste Salah Hioun dont les œuvres convient le spectateur à apprécier une trentaine de compositions qui mettent en valeur un langage graphique et une expression de formes révélant les doux tumultes de l'enfant de Collo.
Utilisant la technique du collage, de la gravure en creux (sèche, manière noire, burin, plomb gravé, gaufrage sur papier) et la gravure en à-plat (sérigraphie et lithographie), l'artiste tient à se réapproprier le patrimoine ancestral, selon une vision qui se veut contemporaine. Evitant l'image d'Epinal et refusant de faire dans le factice, les œuvres présentes transportent le visiteur dans le dédale de la peinture expressionniste, discrète et non moins chargée de mystères. « Je suis, tout le temps, préoccupé par des procédés nouveaux et par la recherche de matériaux diversifiés pour en faire des compositions susceptibles d'ouvrir des perspectives plurielles », dira l'artiste, à l'écart des modes et écoles de son temps et en perpétuelle quête de « sa propre vérité ». Singulièrement charpentée, la silhouette humaine est omniprésente dans nombre de ses tableaux. Le visage de la femme est balayé par une aura monacale, au même titre que d'autres réalisations dont le trait sobre laisse émerger une atmosphère de solennité. Mémoire bâillonnée, Femmes fabuleuses, la Veuve, Détresse, le Nord et le Sud et d'autres esquisses « sans titre » sont autant de peintures en bichromie ou « multichromie », dont l'image métaphorique invite à une halte. Les gravures, monogravures et lithographies déclinent les strates d'un temps difficilement saisissable, sinon la fibre profonde puisée du substrat de l'africanité que l'artiste revendique à l'envi, à l'instar de l'œuvre dédiée au Panaf 2009, manifestation à laquelle les organisateurs n'avaient pas jugé bon de le convier à y participer. On décèle dans son travail quelque symbolique de dévotion, à travers ses œuvres Autel de l'aurore et Epitaphe, dont la technique du plomb gravé déroule un récit pictural labyrinthique qu'il tient à ranger dans L'Entre deux mondes. Il utilise, à ce titre, le procédé du collage qui engonce ses réalisations dans une matière pénétrée d'une triple propension : discrétion, originalité et sagesse. En clair, l'artiste Hioun, dont la vigueur de la touche se veut au service de l'intensité expressive, se résume dans cette symbiose de formes nourries aux sources de la mémoire et pétries dans le moule de la création. Ce qui tient à cœur le plus au remarquable graveur c'est, d'une part, la récupération des machines de lithographie, l'utilisation du support qu'est le zinc grainé disponible qui peut remplacer la pierre d'impression pour réaliser les œuvres, et, d'autre part, la mise en place d'un atelier d'art graphique afin, dit-il, d'initier les jeunes dans une démarche didactique aux notions graphiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.