Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faits historiques : 1er juillet 1956, l'attentat du Casino
Publié dans El Watan le 02 - 07 - 2014

Il faisait chaud en cette journée du dimanche 1er juillet 1956. Au centre-ville de Constantine, les gens cherchaient de la fraîcheur en fin d'après-midi de ce week end particulier. Au Casino municipal situé près de l'ex-avenue du 11 Novembre (actuelle avenue du 20 août 1955), une foule importante a investi aussi bien la terrasse que l'intérieur de la brasserie. L'ambiance est détendue, avec un orchestre qui jouait une musique légère, malgré les craintes d'un attentat qui pouvait survenir à tout moment. Déjà, il y a deux semaines, une catastrophe avait été évitée de justesse. Selon les faits rapportés par la Dépêche de Constantine, trois individus avaient été arrêtés.
L'un d'eux avait été trouvé en possession d'une grenade qu'il avouait avoir l'intention de lancer sur la terrasse du Casino. Depuis, et après les attentats de la rue Caraman (actuelle rue Didouche Mourad), les mesures de sécurité ont été renforcées dans la ville, avec des ruelles barrées de fils de fer et de nombreuses patrouilles. Les abords du Casino, notamment la terrasse et l'entrée de l'avenue du 11 Novembre, sont devenus des lieux hautement surveillés. Malgré tout, à 18h30 de ce dimanche, alors que la brasserie était pleine de monde et toutes les tables occupées, une grenade fut lancée à partir du trottoir situé juste en face.
L'engin qui tomba devant l'entrée de la brasserie explosa aussitôt. La déflagration violente provoqua une panique indescriptible. De nombreuses personnes avaient été atteintes par les éclats de l'engin. Selon le bilan des services de la police, rapporté par la Dépêche de Constantine du lundi 2 juillet 1956, l'attentat avait causé la mort de trois personnes, et une trentaine de blessés, dont trois éléments du CRS. Cet attentat est le plus violent depuis celui commis dans les mêmes lieux le 30 avril 1955.
C'est une action qui a aussi ébranlé l'administration coloniale. Pour preuve, juste après l'attentat, l'inspecteur général de l'administration française, Maurice Papon, s'est déplacé sur les lieux pour s'enquérir de la situation, en compagnie du Général Noiret, commandant la Division et les troupes de l'Est algérien, ainsi le maire de la ville Eugène Valle, et le commissaire central de la police Pinelli. Vers 19h, une importante opération avait été déclenchée par la police dans le quartier de Aouinet El Foul et l'avenue Bienfait à la recherche des auteurs de cet attentat.
L'importance de ce dernier réside dans le fait qu'il est survenu huit mois après l'arrestation des principaux membres de l'organisation du FLN à Constantine, dont Aouati Mostefa, Zaâmouche Amor, Benabbes Saïd, et Mentouri Belkacem, qui seront rejoints par Benmeliek Abderrahmene en mai 1956. Tous ont été condamnés à mort. Mais les actions des groupes de fidayines n'ont jamais cessé à Constantine. La ville, organisée en zone autonome, à l'instar d'Alger, avec Messaoud Boudjeriou comme responsable général, connaîtra encore avec les commandos de choc, une guerre plus longue et plus intense.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.