Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faits historiques : 1er juillet 1956, l'attentat du Casino
Publié dans El Watan le 02 - 07 - 2014

Il faisait chaud en cette journée du dimanche 1er juillet 1956. Au centre-ville de Constantine, les gens cherchaient de la fraîcheur en fin d'après-midi de ce week end particulier. Au Casino municipal situé près de l'ex-avenue du 11 Novembre (actuelle avenue du 20 août 1955), une foule importante a investi aussi bien la terrasse que l'intérieur de la brasserie. L'ambiance est détendue, avec un orchestre qui jouait une musique légère, malgré les craintes d'un attentat qui pouvait survenir à tout moment. Déjà, il y a deux semaines, une catastrophe avait été évitée de justesse. Selon les faits rapportés par la Dépêche de Constantine, trois individus avaient été arrêtés.
L'un d'eux avait été trouvé en possession d'une grenade qu'il avouait avoir l'intention de lancer sur la terrasse du Casino. Depuis, et après les attentats de la rue Caraman (actuelle rue Didouche Mourad), les mesures de sécurité ont été renforcées dans la ville, avec des ruelles barrées de fils de fer et de nombreuses patrouilles. Les abords du Casino, notamment la terrasse et l'entrée de l'avenue du 11 Novembre, sont devenus des lieux hautement surveillés. Malgré tout, à 18h30 de ce dimanche, alors que la brasserie était pleine de monde et toutes les tables occupées, une grenade fut lancée à partir du trottoir situé juste en face.
L'engin qui tomba devant l'entrée de la brasserie explosa aussitôt. La déflagration violente provoqua une panique indescriptible. De nombreuses personnes avaient été atteintes par les éclats de l'engin. Selon le bilan des services de la police, rapporté par la Dépêche de Constantine du lundi 2 juillet 1956, l'attentat avait causé la mort de trois personnes, et une trentaine de blessés, dont trois éléments du CRS. Cet attentat est le plus violent depuis celui commis dans les mêmes lieux le 30 avril 1955.
C'est une action qui a aussi ébranlé l'administration coloniale. Pour preuve, juste après l'attentat, l'inspecteur général de l'administration française, Maurice Papon, s'est déplacé sur les lieux pour s'enquérir de la situation, en compagnie du Général Noiret, commandant la Division et les troupes de l'Est algérien, ainsi le maire de la ville Eugène Valle, et le commissaire central de la police Pinelli. Vers 19h, une importante opération avait été déclenchée par la police dans le quartier de Aouinet El Foul et l'avenue Bienfait à la recherche des auteurs de cet attentat.
L'importance de ce dernier réside dans le fait qu'il est survenu huit mois après l'arrestation des principaux membres de l'organisation du FLN à Constantine, dont Aouati Mostefa, Zaâmouche Amor, Benabbes Saïd, et Mentouri Belkacem, qui seront rejoints par Benmeliek Abderrahmene en mai 1956. Tous ont été condamnés à mort. Mais les actions des groupes de fidayines n'ont jamais cessé à Constantine. La ville, organisée en zone autonome, à l'instar d'Alger, avec Messaoud Boudjeriou comme responsable général, connaîtra encore avec les commandos de choc, une guerre plus longue et plus intense.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.