A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le grand gaspillage, selon l'UGCAA
Publié dans El Watan le 07 - 07 - 2014

Pour animer le débat, les organisateurs ont invité Hadj Tahar Boulenouar (porte-parole de l'UGCAA), Mustapha Zebdi (président de l'Association de protection et d'orientation du consommateur et son environnement/ Apoce), Mohamed Medjber (président de la Commission nationale des fruits et légumes et Omar Ameur (président de l'Union des boulangers). Pour Hadj Tahar Boulenouar, «ce sujet est important car il s'agit d'essayer de comprendre pourquoi il y a absence de confiance entre le commerçant et les consommateurs. Le commerçant est, en fait, le lien entre le producteur et le consommateur. Pour baisser les prix, il faut diminuer les étapes entre la commercialisation et la vente (les intermédiaires). Nous remarquons qu'il y a une grande différence entre les prix de gros et de détail des fruits et légumes qui dépassent souvent les 100% ! Notre explication est la suivante : cela est dû au nombre insuffisant d'espaces de vente. Nous avons besoin de 1000 marchés de proximité. Or, certaines communes en sont dépourvues».
20 millions de baguettes de pain dans les poubelles
Selon M. Boulenouar, l'augmentation des prix est due à la perturbation de l'approvisionnement et, dans ce contexte, il préconise «un plan de production. Les chambres froides ne jouent pas leur rôle de régulateur pour garantir une stabilité de l'approvisionnement».
Le gouvernement a, certes, opté pour un réseau national de distribution des fruits et légumes, inscrit dans le cadre du programme du président Bouteflika en 2009, mais ce projet piétine, son taux de réalisation ne dépasse pas 30%, révèle l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Il était prévu la réalisation de 30 marchés de gros, 800 marchés de détail et 1000 marchés de proximité en 2014. Mais pourquoi ces retards ? Le représentant de l'UGCAA n'hésite pas à jeter la pierre «aux APC et à la bureaucratie».
Mohamed Medjber a précisé que «les chambres froides ne peuvent stocker que deux produits : la pomme de terre et les oignons, quand il y a surproduction. Mais la pomme de terre stockée n'est pas vendue au marché de gros. Elle emprunte d'autres circuits de distribution. Il faut revoir la notion de prix et donner, par exemple, un coefficient multiplicateur pour les marchands».
Il a confirmé que les prix sont plus stables après une semaine de Ramadhan. Selon M. Medjber, «2 millions de quintaux de fruits et légumes sont sortis des 43 marchés de gros», un chiffre énorme mais qui ne peut cacher l'existence d'un autre phénomène : le taux de gaspillage qui varie entre 8 et 10%.
Une tendance confirmée par Omar Ameur, qui cite le chiffre de «20 millions de baguettes de pain» qui finissent dans les poubelles ou sur les trottoirs. Ce comportement des consommateurs qui achètent en quantité a des effets néfastes sur l'économie ; il provoque des pénuries comme il influe négativement sur le budget de la famille. Sans oublier l'augmentation du volume des déchets ménagers. Selon l'Office national des statistiques (ONS), si 42% des dépenses des ménages algériens sont consacrés aux besoins alimentaires, ce chiffre augmente de 60% pendant le Ramadhan selon les estimations des conférenciers.
Pour sa part, Mustapha Zebdi a indiqué que le commerçant a «une responsabilité morale» dans la hausse des prix. Il rappelle que le consommateur exige, en général, trois choses : la disponibilité, un produit sain et un juste prix. Il n'a pas mâché ses mots en disant que certains gonflent «leur marge bénéficiaire». Il a signalé aussi l'absence d'affichage des prix avec un taux de 30%, se référant aux statistiques du ministère du Commerce. Une situation qui ne favorise pas la concurrence. Et c'est, bien sûr, le consommateur qui paye le prix de cette carence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.