Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Nice : Gouiri fait aussi bien que Benzema    Législature : tardive dissolution et scrutin sans changements perceptibles !    Une obligation, pas un choix    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Boughadou tient son AGO aujourd'hui    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Première mission pour Boughazi    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Bof !    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Le Béninois Jacques Bessan bloque le MOB    "Le MCA a ses points forts et ses points faibles"    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Béni Amrane : Détournement à la Cnas    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Célébration de la Journée internationale de la langue maternelle    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait de Nadia Batata : La spécialiste de la prothèse capillaire
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2009

Si partout, dans le monde, il existe différents centres spécialisés dans des modèles de prothèses capillaires ou perruques, en Algérie ce genre de centre est inexistant.
C'est à la suite de l'absence totale de ce genre de structure en Algérie que la fondatrice algéro-française du centre Hélène Chevalier, Nadia Batata, caresse le rêve d'ouvrir, dans un premier temps, un centre au niveau de la capitale avant de cibler les autres wilayas. Nadia Batata tient à préciser avant tout que Hélène Chevalier est le leader incontesté du cheveu. La création, la fabrication et la commercialisation de perruques haut de gamme permettent non seulement aux femmes, mais également aux hommes de préserver leur identité corporelle en retrouvant exactement leur chevelure initiale. « Ces prothèses, explique Nadia, sont également destinées à celles et ceux qui veulent tout simplement changer de look, pour des raisons purement esthétiques. Forte de son expérience, Hélène Chevalier possède un savoir-faire qui a fait ses preuves. C'est pour toutes ses raisons que je voudrais ouvrir certains centres de correction capillaires en Algérie ».
Outre Paris, cette spécialiste du cuir chevelu a déjà plusieurs franchises, notamment à Lille, à Bruxelles et en Guadeloupe. Il s'agira de proposer en Algérie une prévention de la correction capillaire. « Ce sont des traitements pour stopper la chute des cheveux et remédier à la repousse en posant sur le cuir chevelu des prothèses capillaires, faites sur mesure pour des personnes qui sont atteintes de pelades ou encore ceux ayant subi un traitement de chimiothérapie », explique-t-elle. Mis à part cet intérêt certain pour les femmes qui perdent leurs cheveux, cette ex-coiffeuse voudrait également soutenir et aider à sa façon les enfants algériens atteints d'une maladie lourde en leur proposant des prothèses gratuites. Avant de se lancer dans la franchise, Nadia Batata a auparavant travaillé pour un groupe australien en Australie où elle a appris le métier en qualité de prothésiste capillaire.
« Un métier, dit-elle, qui est assez développé dans les pays anglo-saxons ». Après son retour en France, elle a développé le centre Hélène Chevalier en rajoutant une touche française. Elle s'est adaptée, par la suite, à une forte clientèle. Expérience oblige, elle a créé la dermacide : une crème qui permet de fixer de façon permanente toute perruque sur la surface du crâne. Toute perruque est personnalisée. En effet, après une minutieuse consultation où la spécialiste adapte la perruque à la physionnomie de l'interessé, toutes les données sont transmises au laboratoire. La durée de vie de ces prothèses sont de deux mois à deux ans. La personne peut faire son shampooing sans se soucier du vent.
C'est quelque chose de sûr. Si les tarifs en France sont l'ordre de 1200 euros, Nadia Batata reconnaît que les prix seront revus à la baisse en Algérie, en choisissant une autre qualité de cheveux. Cette idée de proposer de telles prestations en Algérie, est perçue, selon elle, comme un retour aux sources, ajouté à cela la crise économique qui sévit notamment en Europe. « Je pense qu'il y a une sérieuse et forte demande en Algérie. Je compte développer ce projet à travers des franchises. » A la question de savoir quel est son regard sur la coiffure algérienne, elle répondra d'une voix passionnée que les femmes sont très belles, émancipées et ouvertes. « On n'a rien à leur apprendre. Elles ont un glamour particulier. J'ai remarqué que les produits disponibles sont de très bonne qualité. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.