Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    Gaïd Salah persiste et signe    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Louisa Hanoune maintenue en prison    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    130 comprimés psychotropes saisis par la police    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nadia Sebkhi. Romancière et fondatrice du magazine L'IvrEscQ : Une femme qui se bat pour la défense de la littérature
Publié dans El Watan le 21 - 02 - 2015

Cette passionnée de littérature a animé, mercredi dernier, une rencontre sur le thème «Magazine littéraire et écriture» à l'Institut des langues étrangères (ILE) d'Oran.
Organisée par l'unité de recherche sur la culture, la communication, les langues, les lettres et les Arts (UCCLLA-CRASC), la rencontre a été animée par Yamina Zinaï de l'université d'Es-Sénia. Les étudiants (es) ont ainsi rencontré une résistante qui fait de la défense de la littérature son combat au quotidien.
La romancière a évoqué son œuvre littéraire: «Un amour silencieux», un recueil de poésie paru en 2004, «Sous le voile de mon âme» édité en 2006 et son dernier roman «Les sanglots de Césarée» publié en 2012. «Loin d'émarger au registre de l'univers noir, j'écris pour réinventer le printemps. Je veux réinventer la femme et le jeu de séduction entre la femme et l'homme», se confie-t-elle. «Durant sa longue histoire, l'Algérie a connu plusieurs invasions et donc autant de civilisations.
Aujourd'hui, il faut revenir sur ce que nous sommes et sur ce que nous sommes capables de faire», souligne-t-elle. La romancière a, dans la foulée, déploré l'absence de promotion de la littérature en Algérie.
D'où l'idée et surtout le défi de créer un support médiatique totalement dédié à la littérature. Lancé en 2008, l'IvrEscQ est, en effet, une revue spécialisée dans la littérature algérienne et universelle. «Le magazine est ouvert à tous les écrivains sans aucune exclusion. Nous avons ouvert notre espace à tout le monde. La littérature n'a pas de frontières», explique la romancière. «L'IvrEscQ est un énorme défi», martèle la romancière.
Et de poursuivre: «Au début, à la rédaction, nous nous disions que ce magazine ne pouvait pas durer plus de trois numéros. A la sortie de chaque numéro, je me disais que c'était le dernier. Et pourtant, nous continuons et nous continuerons à nous battre pour que vive la littérature».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.