Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nadia Sebkhi. Romancière et fondatrice du magazine L'IvrEscQ : Une femme qui se bat pour la défense de la littérature
Publié dans El Watan le 21 - 02 - 2015

Cette passionnée de littérature a animé, mercredi dernier, une rencontre sur le thème «Magazine littéraire et écriture» à l'Institut des langues étrangères (ILE) d'Oran.
Organisée par l'unité de recherche sur la culture, la communication, les langues, les lettres et les Arts (UCCLLA-CRASC), la rencontre a été animée par Yamina Zinaï de l'université d'Es-Sénia. Les étudiants (es) ont ainsi rencontré une résistante qui fait de la défense de la littérature son combat au quotidien.
La romancière a évoqué son œuvre littéraire: «Un amour silencieux», un recueil de poésie paru en 2004, «Sous le voile de mon âme» édité en 2006 et son dernier roman «Les sanglots de Césarée» publié en 2012. «Loin d'émarger au registre de l'univers noir, j'écris pour réinventer le printemps. Je veux réinventer la femme et le jeu de séduction entre la femme et l'homme», se confie-t-elle. «Durant sa longue histoire, l'Algérie a connu plusieurs invasions et donc autant de civilisations.
Aujourd'hui, il faut revenir sur ce que nous sommes et sur ce que nous sommes capables de faire», souligne-t-elle. La romancière a, dans la foulée, déploré l'absence de promotion de la littérature en Algérie.
D'où l'idée et surtout le défi de créer un support médiatique totalement dédié à la littérature. Lancé en 2008, l'IvrEscQ est, en effet, une revue spécialisée dans la littérature algérienne et universelle. «Le magazine est ouvert à tous les écrivains sans aucune exclusion. Nous avons ouvert notre espace à tout le monde. La littérature n'a pas de frontières», explique la romancière. «L'IvrEscQ est un énorme défi», martèle la romancière.
Et de poursuivre: «Au début, à la rédaction, nous nous disions que ce magazine ne pouvait pas durer plus de trois numéros. A la sortie de chaque numéro, je me disais que c'était le dernier. Et pourtant, nous continuons et nous continuerons à nous battre pour que vive la littérature».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.