Espaces commerciaux: les directeurs régionaux tenus de durcir le contrôle    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Déchets organiques: l'AND tiendra son troisième webinaire de valorisation mercredi à Alger    Pertes brut    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    La fille des Aurès    Un ancien élu du FIS dissous pour représenter l'Anie    Priorité à la stabilisation du marché    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    Grève générale à Tala Ifacène    Les corps de deux harraga repêchés    Lâcher d'une centaine de faisans à El-Esnam    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Talaie el-Hourriyet appelle à la participation    Un deuxième report au 9 novembre prochain    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Tarte aux pommes, amandes et chocolat    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    Réserves de change, la dégringolade    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    La presse nationale relève une forte mobilisation des partis politiques pour expliquer la nouvelle constitution    Des subventions allouées aux deux équipes de foot à Constantine    Campagne référendaire: le vote en faveur du projet d'amendement constitutionnel permettra l'éclosion des énergies (presse régionale)    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    Vers la reconduction de l'enseignement à distance    Comparution de l'ex-wali zoukh    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«J'exige une commission d'enquête sur la mort du wali»
Publié dans El Watan le 05 - 04 - 2015

Honte à l'Algérie qui a abandonné l'un de ses cadres intègres à la mafia du foncier à Annaba. Oui, l'Algérie s'est tue sur la mort du wali de Annaba et son silence est complice. Cependant, notre parti ne va pas se taire. A partir de cette ville qui a vu sa mort, je réitère mon appel pour dépêcher une commission d'enquête de haut niveau afin de situer les responsabilités.
Cette enquête devra toucher également les barons du foncier et des crédits bancaires», a tonné, hier, Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) depuis Annaba, où elle a animé un meeting populaire au théâtre Azzedine Medjoubi. D'un ton coléreux, l'oratrice a frôlé l'appel à la désobéissance en rappelant, devant un parterre de militants et de citoyens, que la vacance du pouvoir exécutif a encouragé tous les dépassements : «Tous les ingrédients d'une explosion sociale sont réunis à Annaba.
La ville est sur un volcan, car ses habitants sont marginalisés. Ils souffrent du manque de logement, de travail et de la dégradation de l'environnement. L'Etat est absent, ce qui a multiplié les atteintes aux biens publics.» Même le président Bouteflika n'a pas été épargné par Mme Hanoune : elle lui a rappelé ses engagements électoraux toujours pas respectés depuis déjà une année.
«La révision de la Constitution doit passer par les urnes»
«Le président Bouteflika s'est engagé, à la veille de la présidentielle, à procéder à des réformes politiques pour consacrer la démocratie en Algérie. Nous attendons toujours et lui demandons que la révision de la Constitution passe par les urnes. Que cette Constitution renforce la souveraineté nationale de la République et consacre l'amazighité comme deuxième langue officielle. La gratuité des soins doit être assurée pour les 15 millions de pauvres Algériens.
Nous exigeons un changement démocratique réel, qui passe par un pouvoir caméral et non bicaméral. Pour épargner le pouvoir de la justice de celui de l'Exécutif, l'élection des juges doit être indépendante et transparente. Pour une mission plus perspicace et efficace, la Cour des comptes doit être renforcée par des centaines d'autres juges couvrant les secteurs public et privé», a estimé Louisa Hanoune, appelant à des élections locales et législatives anticipées intégrant le nouveau découpage administratif.
Abordant l'aspect économique, la secrétaire générale du PT a rappelé à Bouteflika sa déclaration de 2006, lorsqu'il avait affirmé que le marché informel pèse 3700 milliards et qu'il faut le juguler. «Nous sommes en 2015 et rien n'a été fait. Les 51/49% ne profitent qu'aux amis et même parfois aux multinationales sous des prête-nom», a-t-elle relevé, faisant allusion à la conférence nationale sur le commerce extérieur tenue la semaine dernière à Alger. Préalablement, l'oratrice s'était longuement attardée sur la situation politique internationale dans le monde arabe et en Amérique latine, tirant à chaque fois à boulets rouges sur la Ligue arabe et les USA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.