Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le traitement sécuritaire ne suffit plus
Le sud constitue les trois quarts de la superficie de l'Algérie
Publié dans El Watan le 13 - 01 - 2010

Le traitement sécuritaire, à lui seul, ne suffit plus quand on sait que les trois quarts du territoire de l'Algérie se trouvent constitués par seulement 6 wilayas sur 48 que compte le pays.
Faiblement habitées et se trouvant au sud, Tamanrasset, Adrar, Illizi, Ouargla, Béchar et Tindouf sont toutes des régions frontalières (Mali, Niger, Libye, Mauritanie, Sahara occidental et Maroc). Des wilayas qui ne peuvent alors, au fil des années, que subir les effets directs et indirects des situations éprouvées dans chaque pays voisin. Tout un éventail de préoccupations que les responsables algériens, civils et militaires, doivent bien entretenir, actualiser et jauger. Comment assurer le contrôle ou la sécurité d'une wilaya comme Tamanrasset dont la superficie est plus grande que celle de la France métropolitaine, avec plus de 550 km2 ? Cette interrogation émane d'un ancien wali en poste dans cette ville du pays et qui avait demandé, durant son époque, un hélicoptère pour pouvoir bien accomplir son travail. Elle illustre la difficulté de plus en plus grandissante qu'ont les pouvoirs publics à exercer une autorité grignotée par de multiples facteurs extérieurs. De plus, Tamanrasset est limitrophe du Mali et du Niger sur une longueur de 1200 km. « Ces deux pays sont une source d'instabilité permanente pour l'Algérie avec des groupes rebelles (Touareg), des terroristes, des immigrants, des trafiquants d'armes, de drogue et de véhicules », rappelle un officier de l'ANP.
Une instabilité tantôt amplifiée, tantôt régulée par les Etats-Unis et/ou la France, chacun ayant ses propres calculs et parfois ils se rejoignent. « Au nom du combat contre Al Qaîda, Washington cherche coûte que coûte à avoir une présence dans la région subsaharienne, allant jusqu'à arguer d'entraîner les militaires maliens tout récemment », avance un cadre au ministère algérien de l'Intérieur. Paris, quant à lui, « ne peut se permettre de lâcher son influence dans une région qu'il considère encore sous sa coupe réglée pour des raisons affectives, mais aussi des calculs stratégiques », explique un ancien diplomate algérien qui était en fonction à Bamako. Dans ces conditions, les pouvoirs publics sont peu conscients qu'il y a une grave erreur stratégique de laisser le Grand-Sud presque vide. « Un déséquilibre qui équivaut à un danger menaçant crescendo la stabilité du pays dans le sens où la vie nationale est perçue et vécue rien qu'au Nord, oubliant ainsi le Sud », relève, sous le couvert de l'anonymat, un ancien ministre de l'époque du défunt président Houari Boumediène. Il est temps de se pencher « très sérieusement sur la sécurisation des régions du Sud par des traitements économiques et sociaux, au lieu de se contenter uniquement des casernes militaires et des bases de vie pour travailleurs », juge-t-on du côté des services de sécurité activant dans les zones frontalières. Tamanrasset, par exemple, qui dispose de potentialités très importantes en hydrocarbures (7 champs de gaz naturel au niveau du bassin d'In Salah) et en minerais (uranium, or, étain) devrait attirer plus de citoyens à s'y établir, mais à condition de mettre en avant des mesures incitatives sérieuses et bien étudiées. Pour les puissances étrangères, elles n'avancent vers ces zones — par problèmes provoqués — qu'après être sûres qu'il y a des failles établies que l'Algérie est presque absente sur les trois quarts de son vaste territoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.