PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Parachutes dorés
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2016

Surpris mais pas étonné : l'annonce du départ de Miloud Chorfi de la tête de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) et sa nomination en tant que sénateur du tiers présidentiel s'inscrivent en droite ligne de la pratique séculaire de recyclage du personnel politique du sérail par le pouvoir. Les exemples de ministres, d'ambassadeurs, de walis et autres commis de l'Etat qui ont laissé de mauvais souvenirs dans leurs postes respectifs sans être négativement sanctionnés sont légion. L'échec et l'incompétence sont devenus paradoxalement des paramètres valorisants dans les carrières professionnelles des protégés du pouvoir, un profil ardemment recherché.
On a vu comment des ministres, qui n'ont pas particulièrement brillé quand ils étaient en poste, ont survécu à plusieurs remaniements ministériels en se voyant confier d'autres départements, où ils continuent à gérer par la gabegie, le mensonge et les vaines promesses. C'est qu'un ministre protégé n'a de compte à rendre à personne d'autre qu'à l'autorité qui l'a coopté à ce poste. Ni au Parlement ni à la justice, même quand sa responsabilité dans des délits de gestion est dûment établie.
Cette prime à l'échec, cette gestion pour le moins atypique des carrières et des promotions du personnel du pouvoir récompensant l'incurie, l'immobilisme et la contre-performance, fait école. La nomination de Miloud Chorfi au poste de sénateur dans le tiers présidentiel — laissant son poste de président de l'ARAV dans l'état de coquille vide où il l'avait trouvé en rejoignant cette institution — s'inscrit dans la même logique du nivellement par le bas dans l'accès aux hautes fonctions de l'Etat. L'ARAV, censée encadrer le paysage audiovisuel livré à une pollution cathodique délibérée, encouragée par le laxisme des pouvoirs publics, est toujours en friche. Rien de verdoyant n'a poussé sous le règne de Miloud Chorfi. Il sera alors difficile pour Bouteflika et ses conseillers, qui lui ont suggéré ce changement de chaises musicales — qui renvoie à une définition bien étrange de la notion de l'alternance dans le glossaire politique du pouvoir —, d'établir que c'est dans l'interêt supérieur de la nation et rien d'autre que Miloud Chorfi a été exfiltré de l'ARAV vers le Sénat.
Une récompense pour bons et loyaux services de tous ces serviteurs du pouvoir, en poste ou à la retraite, dont certains sont rattrapés aujourd'hui par des scandales de détournement de l'argent public qui commencent à filtrer dans la presse. Le pouvoir leur a aménagés des parachutes dorés. Une sorte de système de défense immunitaire pour les préserver contre toute tentation visant à leur demander des comptes. C'est d'une certaine manière la vocation du tiers présidentiel du Sénat, où l'on retrouve toute une brochette d'anciens ministres recalés dans leurs secteurs respectifs siégeant aux côtés d'autres «personnalités» choisies pour leur allégeance au système.
Depuis l'arrivée de Bouteflika aux affaires, la présidence de la République, autre centre de recyclage du personnel politique du système, a également accueilli de nombreux rescapés des derniers remaniements ministériels qui ont étoffé l'armurerie des conseillers du Président. «L'homme qu'il faut à la place qu'il faut», disait-on sous l'ère Chadli ! On sait l'usage qui avait été fait de cette devise…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.