Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Aïn Témouchent : démantèlement d'un réseau de trafic de psychotropes    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Un SUV électrique sur les tablettes    Savoir lire les indices d'un pneu    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Zones d'ombre: l'Etat déterminé à concrétiser les projets dans les meilleurs délais    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    Prorogation des promotions au 30 septembre    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Les souscripteurs AADL protestent    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Les non-dits    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Chlef: Mener les projets à bon port    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : Le Hezbollah, une régionalisation sous contrainte
Publié dans El Watan le 27 - 11 - 2017

En dépit des dissonances internes qui ont caractérisé la gestion américaine des crises au Moyen-Orient, un consensus stratégique se dessine sur la nécessité de contenir l'expansion de l'Iran en concentrant les opérations de déstabilisation sur le Hezbollah libanais perçu comme son principal levier d'influence. En effet, la configuration géopolitique introduite par l'internationalisation de la crise syrienne a amené le Hezbollah à élever son action au rang régional en s'imposant comme un acteur indispensable dans le dispositif de défense de l'axe Téhéran-Damas.
Le succès militaire d'Al-Boukamal et en filigrane, le spectre de la réunification du territoire syrien par Damas et ses alliés, renforce l'urgence d'une action des acteurs régionaux hostiles à l'Iran. L'affaire Hariri et les développements politiques qui l'entourent tendent à montrer que les tenants du rapport de force régional se jouent à présent au Liban dans le cadre d'une convergence stratégique entre Washington, Riyad et Tel Aviv pour affaiblir le Hezbollah. La complémentarité d'intérêts entre Saoudiens et Israéliens est telle qu'elle conduit l'ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Daniel B. Shapiro, à se demander dans une tribune (« Is Saudi Arabia Pushing Israel Into War With Hezbollah and Iran? ») publiée le 7 novembre dernier par le quotidien israélien Haaretz, si Tel Aviv n'était pas sur le point d'adopter l'agenda belliqueux de Riyad en s'engageant dans un conflit avec le Hezbollah au Liban.
L'hypothèse de l'imminence d'une guerre israélienne largement évoquée dans la presse internationale a été finalement écartée par les déclarations du chef d'État-major israélien Gadi Eizenkot qui confirme qu'Israël n'a aucune « intention d'engager un conflit avec le Hezbollah au Liban » tout en indiquant clairement qu'il ne tolérerait aucune menace stratégique. Il a, à cette occasion, proposé à l'Arabie une coopération visant à « partager les expériences et renseignements avec les pays arabes modérés pour confronter l'Iran ». Dans cette logique régionale visant à contenir l'Iran, le terrain libanais occupe donc à nouveau une place centrale, l'enjeu se cristallise autour du Hezbollah dont la stratégie de régionalisation a été dictée par les contraintes stratégiques.
Née dans le sillage de la révolution iranienne, l'organisation chiite a d'abord été partie intégrante de la stratégie panislamiste impulsée par Téhéran pour résister à l'hégémonie américaine régionale. L'Iran a, dans ce contexte, appuyé la structuration et l'organisation de forces engagées dans le combat contre l' « ennemi » israélien et avec lesquelles elle entretient un lien idéologique puissant. Mais la fin de la guerre civile libanaise amène le Hezbollah à s'inscrire progressivement dans une stratégie de nationalisation qui culmine avec sa participation au système politique à partir de 1992. Face à Israël, allié organique des États-Unis qui occupe le sud Liban, le Hezbollah consolide ses alliances avec l'Iran pourvoyeur de fond et de matériel, et la Syrie dont le role est primordial pour l'approvisionnement de son arsenal et le renforcement de ses capacités militaires. La légitimité de la résistance renforce son enracinement au sein de la société libanaise. La victoire historique que représente le retrait israélien en 2000 illustre aussi bien la montée en puissance du système de défense de la branche militaire de l'organisation que l'efficacité de ses modes opératoires. Le Hezbollah s'affirme au cours des années qui suivent comme un acteur majeur sur la scène politique locale résistant aux répercussions déstabilisantes qu'entraine l'application de la doctrine Bush, reposant sur les guerres préventives pour prévenir l'émergence d'une nouvelle puissance rivale et diffuser les valeurs libérales dont l'effet domino provoquerait a terme une vague de démocratisation régionale. Le point d'orgue du projet néoconservateur du Nouveau Moyen Orient est la guerre des 33 jours en 2006 dont l'objectif déclaré l'éradication du Hezbollah présenté comme levier de la stratégie régionale de Téhéran. En réaction, à la stratégie américaine d'endiguement de l'Iran et d'isolement de la Syrie, Damas et Téhéran renforcent leur alliance pour combler leur différentiel de puissance face à Washington et Tel Aviv et améliorent leurs capacités de dissuasion. Dans la foulée de la modernisation de son appareil militaire, l'Iran appuie l'ascension des forces politiques chiites sur l'échiquier irakien, qui cristallise l'affrontement américano-iranien, et favorise la constitution de groupes armés aptes aux combats asymétriques.
De son côté, la Syrie assure le transfert de matériels militaires au Hezbollah et la coordination entre les différentes bases d'opérations. Ce système d'alliance dont la solidité s'est vérifiée à l'épreuve de la guerre de 2006 permet aux acteurs de surmonter les tentatives de déstabilisation régionale, le rôle de liaison du régime syrien assurant la pérennité du soutien logistique et militaire iranien au Hezbollah. A la veille de l'entrée en scène des mouvements de contestations dans le monde arabe, l'organisation politico-militaire libanaise est dotée d'un système d'armes sophistiquées et a perfectionné son savoir-faire tactique, cette transformation qualitative revalorise sa position au sein de l'axe stratégique Téhéran Bagdad Damas Beyrouth. Mais l'internationalisation de la crise syrienne dès l'été 2012 et la tentative de renversement du régime syrien menace le maintien corridor stratégique reliant l'Iran à la méditerranée.
Le Hezbollah est alors contraint de s'adapter aux nécessités imposées par la nouvelle donne et intervenir directement en Syrie devenue le théâtre d'affrontement d'un âpre rapport de force entre l'axe de Téhéran, et les adversaires régionaux et internationaux de l'État syrien. L'effondrement du régime de Damas aurait pour corollaire l'enclavement du Hezbollah qui se retrouverait privé de profondeur stratégique en Syrie. L'organisation est amenée à maintenir une mobilisation soutenue sur le terrain en Syrie en dépit d'un coût humain et logistique élevé. Par ailleurs, elle s'engage également en Irak pour encadrer et entrainer les groupes armés chiites alliés de Téhéran dans un contexte où la crise syrienne sert de prétexte au retour triomphant des États-Unis sous couvert de lutte contre le terrorisme. La rencontre d'intérêts objectifs entre le groupe État Islamique et les Américains explique la complaisance et l'appui offerts par Washington aux jihadistes dans le cadre des affrontements qui les oppose aux forces irakiennes alliées de l'Iran. Mais le déclenchement des hostilités entre l'EI et les forces kurdes, bras opérationnel de Washington entraine un revirement et la mise en place d'une coalition internationale sous commandement américain pour combattre le groupe. En dépit, des tentatives d'affaiblissement du régime iranien, en Irak et en Syrie, celui-ci conserve ses atouts stratégiques dans le rapport de force avec les États-Unis, l'Arabie Saoudite et Israël.
En Syrie, la défaite d'al-Tanf et l'établissement de la jonction entre l'armée syrienne et les forces irakiennes portent un coup sévère à la stratégie de partition du territoire, la reconquête de Deir Ez-Zor rétablit la continuité stratégique entre l'Iran et la Syrie. Sur le terrain yéménite, l'Iran apparait comme le principal fournisseur d'armes et de matériels de la rébellion Houthi qui conserve ses capacités de nuisance après deux et demi d'intervention militaire saoudienne. Parallèlement, ni les efforts déployés par l'administration Trump pour affaiblir le Hezbollah, à travers les sanctions économiques drastiques adoptées dans le cadre du «Hizballah International Financing Prevention Act» du 18 décembre 2015, ni la décision du CCG d'inscrire, en mars 2016, le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes n'ont eu l'effet escompté. Or, il apparait clairement aujourd'hui que les manœuvres saoudiennes appuyées par l'administration Trump pour accélérer la déliquescence de la scène politique libanaise et raviver les antagonismes internes constituent la première frappe d'une série d'opérations à venir dans le but de fragiliser le Hezbollah et l'isoler davantage. Car si le rôle régional de l'organisation s'est amplifié dans l'engrenage de la crise syrienne, il a renforcé à la fois ses atouts et ses vulnérabilités.
D'un côté, le Hezbollah a procédé à un saut à la fois qualitatif et quantitatif, renforçant sa force de frappe balistique et sa capacité à mener des opérations offensives. La bataille du Jurd Ersal en juillet dernier a sur ce point livré un aperçu du potentiel combatif et de l'innovation tactique dans la posture offensive des combattants du Hezbollah. Sur un autre plan, la régionalisation a eu un coût médiatique et politique élevé. La popularité du Hezbollah a connu un déclin relatif. Perçu en 2006 comme la figure de proue d'un panarabisme ressuscité, Nasrallah semblait au sommet de sa gloire. Aujourd'hui, le Hezbollah ne fait pas l'unanimité, ayant perdu de sa popularité au sein de la majorité sunnite dans le monde arabe. La régionalisation a néanmoins permis à cette organisation de survivre aux mutations radicales du contexte géopolitique.

(*) Journaliste et universitaire à Beyrouth


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.