Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Libye, sept ans après
Publié dans El Watan le 21 - 02 - 2018

Ainsi des festivités grandioses ont été organisées à Tripoli, Misrata, Derna… Les populations de ces villes continuent à célébrer le nouveau pouvoir comme au premier jour. «Les gens parlent ici de la révolution et des défis sans aucun brin d'hésitation», constate le juge Jamel Bennour, membre du premier Conseil de transition à Benghazi en 2011.
Par contre, pour d'autres villes, notamment à l'Est, comme Benghazi, Al Baydha ou Tobrouk, il n'y avait pas grand-chose à célébrer dans un pays où l'insécurité règne toujours et les services de base (eau, électricité, monnaie, etc.) ne sont pas revenus à la normale. Pis encore, poursuit le juge, au regard de la tension existant entre les différents bords de la crise libyenne, le pays pourrait toujours sombrer dans une nouvelle guerre civile, si l'on en juge par les armes en circulation et les intérêts opposés sur le terrain.
Tout le monde avait crié victoire, le 17 décembre 2015 à Skhirat, au Maroc, lorsque les belligérants libyens ont signé l'accord de réconciliation qui a donné naissance au Conseil de la présidence de Fayez Al Sarraj.
Tout le monde parlait déjà d'une Libye unie avec des élections au bout d'une année. Néanmoins, plus de deux ans après cet accord, le gouvernement d'Al Sarraj n'a pas encore été reconnu par le Parlement de Tobrouk, condition sine qua non pour l'application des autres parties dudit accord. Pire, Al Sarraj et son gouvernement n'ont pas de véritable pouvoir sur le terrain, dominé par les milices en tout genre dans l'Ouest libyen, notamment à Tripoli.
Tâtonnements
Cet échec a poussé le nouvel envoyé spécial de l'ONU, Ghassen Salamé, nommé en juin dernier, à concevoir une feuille de route basée sur l'amendement de l'accord de Skhirat. Le Libanais a conçu un projet qui semblait, à première vue, acceptable par tous. Le projet, validé en octobre dernier par le Conseil de sécurité, s'articule autour de trois points focaux. Il s'agit, d'abord, de réduire à trois membres la composition du Conseil de la présidence. Il y a ensuite, la séparation entre un Conseil de la présidence, chargé de la transition politique, et un gouvernement de technocrates, chargé d'améliorer le vécu des citoyens.
Enfin, le Parlement et l'Est refusent l'autorité du Conseil de la présidence dans la nomination du commandement général de l'armée. Il s'agit donc d'abroger l'article 8 de l'accord de Skhirat. Salamé croyait que ces amendements pouvaient passer facilement. Mais, quatre mois après l'adoption de cette feuille de route, rien n'a encore été fait pour son application.

Blocages
La Libye a connu quatre élections durant les trois premières années après la chute d'El Gueddafi. Il y a eu, d'abord, les élections du Congrès national général en juillet 2012. Il y a eu, ensuite, les élections des 60 membres de la Constituante en 2013. Puis les élections municipales, et enfin, en juin 2014, les Libyens ont choisi leur Parlement.
Toutefois, la Libye ne s'est pas stabilisée, loin de là. Plusieurs guerres locales ont eu lieu pour la domination de certaines zones et l'élimination de concurrents politiques. Ainsi, la guerre de l'aéroport à Tripoli a permis, en 2014, de dégager les combattants de Zentane de la capitale libyenne, au profit des gens de Misrata, plutôt révolutionnaires et Frères musulmans.
Les gens de Zentane appartenaient à l'armée d'El Gueddafi. Dans la bataille de Benghazi, qui a duré de 2014 jusqu'en 2016, les troupes de Haftar, des anciens de l'armée et de la Garde nationale, sont parvenus à dégager Daech et ses alliés. Tout l'Est libyen, notamment les gisements et les ports pétroliers, est désormais sous l'autorité de Haftar, équivalente à un Etat. Quant à la bataille de Syrte, de mai à décembre 2016, elle a permis aux troupes de Misrata de chasser Daech de cette ville. Les quatre élections ont consacré des défaites de l'islam politique dans les urnes.
trois guerres ont consacré la domination de l'islam politique sur la capitale libyenne et le gouvernement. Par contre, Haftar et l'Est libyen sont parvenus à chasser les mêmes islamistes du pouvoir.
La difficulté en Libye, selon le politologue Ezzeddine Aguil, c'est d'intégrer toutes ces tendances dans les mêmes structures, malgré les intérêts contradictoires. «Avec de tels enjeux, ce n'est pas du tout facile de trouver une solution, surtout avec les grandes réserves de pétrole et de gaz qui se trouvent en Libye», conclut le politologue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.