Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ombre de l'Iran
Conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2019

La Russie, qui a refusé de participer à cette conférence, organise aujourd'hui à Sotchi une rencontre sur la Syrie à laquelle prendront part, entre autres, les présidents iranien et turc.
A l'initiative des Etats-Unis, une soixantaine de pays sont en réunion depuis hier à Varsovie, en Pologne, pour une conférence sur la stabilité au Moyen-Orient. La question de la pression à mettre sur l'Iran prendra la part léonine de cette rencontre de deux jours.
Ainsi, seront encore mis en relief les divergences entre Washington et ses principaux alliés européens, à propos des appels du président américain, Donald Trump, à étrangler l'économie iranienne. Les puissances européennes n'envoient à Varsovie que des représentants de rang inférieur, hormis le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, qui veut aborder la crise humanitaire au Yémen.
L'organisation d'opposants iraniens, les Moujahidine du peuple, sera présente. Retirée en 2008 par la justice européenne de sa liste des organisations terroristes, une démarche imitée par les Etats-Unis en 2012, l'organisation a été créée en 1965 avec pour objectif de renverser le régime du shah, puis le régime islamique. Initialement, la conférence est consacrée à «l'influence déstabilisatrice» de l'Iran au Moyen-Orient.
Mais une telle vision n'a pas suscité l'intérêt escompté. Ce qui a contraint Washington et Varsovie à élargir l'agenda à la stabilité au Moyen-Orient. Pour le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, l'Iran reste le principal sujet.
L'essentiel du programme de la conférence est attendu aujourd'hui avec des interventions prévues des vice-président et secrétaire d'Etat américains, Mike Pence et Mike Pompeo, de Netanyahu ainsi que des groupes de travail. «C'est une coalition internationale bâtie pour assurer l'importante mission de réduire les risques venus du Moyen-Orient depuis bien trop longtemps», a déclaré Mike Pompeo mardi à son arrivée en Pologne.
A part Israël, les pays arabes rivaux de l'Iran et l'administration Trump, tous les autres pays, y compris la Pologne, soutiennent toujours l'accord sur le nucléaire conclu en 2015, prévoyant d'alléger les sanctions contre l'Iran en échange du gel de son programme nucléaire.
«L'Union européenne et les Etats-Unis perçoivent les mêmes menaces au Moyen-Orient, nous différons parfois sur la manière de résoudre ces crises», a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères polonais, Jacek Czaputowicz, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue américain. La Pologne, dont l'Iran a convoqué le chargé d'affaires à Téhéran pour lui signifier son hostilité à cette rencontre, a soutenu que la République islamique n'est pas l'unique sujet de la conférence.
«L'UE n'a pas suffisamment de poids politique pour réellement tenter d'influencer la situation au Moyen-Orient», a aussi indiqué le chef de la diplomatie polonaise, ajoutant que tous «les pays démocratiques» devaient se joindre pour résoudre les questions pendantes de longue date dans cette région.
Ceci dit, la Russie, qui a refusé de participer à cette conférence, organise, aujourd'hui à Sotchi, une rencontre sur la Syrie, d'où Donald Trump prévoit de retirer les soldats américains. A cette occasion, le président russe, Vladimir Poutine, rencontrera ses homologues iranien, Hassan Rohani, et turc, Recep Tayyip Erdogan. Membre de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan), la Turquie a indiqué qu'elle n'enverrait que des membres de son ambassade à la conférence de Varsovie.
Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a estimé hier que la conférence de Varsovie, qui a notamment pour objectif de mettre la pression sur l'Iran, est «mort-née».
«Il s'agit d'une nouvelle tentative des Etats-Unis pour continuer avec leur obsession de l'Iran qui est infondée», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Téhéran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.