Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ombre de l'Iran
Conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2019

La Russie, qui a refusé de participer à cette conférence, organise aujourd'hui à Sotchi une rencontre sur la Syrie à laquelle prendront part, entre autres, les présidents iranien et turc.
A l'initiative des Etats-Unis, une soixantaine de pays sont en réunion depuis hier à Varsovie, en Pologne, pour une conférence sur la stabilité au Moyen-Orient. La question de la pression à mettre sur l'Iran prendra la part léonine de cette rencontre de deux jours.
Ainsi, seront encore mis en relief les divergences entre Washington et ses principaux alliés européens, à propos des appels du président américain, Donald Trump, à étrangler l'économie iranienne. Les puissances européennes n'envoient à Varsovie que des représentants de rang inférieur, hormis le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, qui veut aborder la crise humanitaire au Yémen.
L'organisation d'opposants iraniens, les Moujahidine du peuple, sera présente. Retirée en 2008 par la justice européenne de sa liste des organisations terroristes, une démarche imitée par les Etats-Unis en 2012, l'organisation a été créée en 1965 avec pour objectif de renverser le régime du shah, puis le régime islamique. Initialement, la conférence est consacrée à «l'influence déstabilisatrice» de l'Iran au Moyen-Orient.
Mais une telle vision n'a pas suscité l'intérêt escompté. Ce qui a contraint Washington et Varsovie à élargir l'agenda à la stabilité au Moyen-Orient. Pour le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, l'Iran reste le principal sujet.
L'essentiel du programme de la conférence est attendu aujourd'hui avec des interventions prévues des vice-président et secrétaire d'Etat américains, Mike Pence et Mike Pompeo, de Netanyahu ainsi que des groupes de travail. «C'est une coalition internationale bâtie pour assurer l'importante mission de réduire les risques venus du Moyen-Orient depuis bien trop longtemps», a déclaré Mike Pompeo mardi à son arrivée en Pologne.
A part Israël, les pays arabes rivaux de l'Iran et l'administration Trump, tous les autres pays, y compris la Pologne, soutiennent toujours l'accord sur le nucléaire conclu en 2015, prévoyant d'alléger les sanctions contre l'Iran en échange du gel de son programme nucléaire.
«L'Union européenne et les Etats-Unis perçoivent les mêmes menaces au Moyen-Orient, nous différons parfois sur la manière de résoudre ces crises», a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères polonais, Jacek Czaputowicz, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue américain. La Pologne, dont l'Iran a convoqué le chargé d'affaires à Téhéran pour lui signifier son hostilité à cette rencontre, a soutenu que la République islamique n'est pas l'unique sujet de la conférence.
«L'UE n'a pas suffisamment de poids politique pour réellement tenter d'influencer la situation au Moyen-Orient», a aussi indiqué le chef de la diplomatie polonaise, ajoutant que tous «les pays démocratiques» devaient se joindre pour résoudre les questions pendantes de longue date dans cette région.
Ceci dit, la Russie, qui a refusé de participer à cette conférence, organise, aujourd'hui à Sotchi, une rencontre sur la Syrie, d'où Donald Trump prévoit de retirer les soldats américains. A cette occasion, le président russe, Vladimir Poutine, rencontrera ses homologues iranien, Hassan Rohani, et turc, Recep Tayyip Erdogan. Membre de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan), la Turquie a indiqué qu'elle n'enverrait que des membres de son ambassade à la conférence de Varsovie.
Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a estimé hier que la conférence de Varsovie, qui a notamment pour objectif de mettre la pression sur l'Iran, est «mort-née».
«Il s'agit d'une nouvelle tentative des Etats-Unis pour continuer avec leur obsession de l'Iran qui est infondée», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Téhéran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.