L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constitution 1, 2, 3, et encore…
Publié dans El Watan le 15 - 02 - 2019


– 1963
Proposée par Ahmed Ben Bella, la Constitution de l'Algérie a été adoptée par référendum le 8 septembre 1963, après l'indépendance. Celle-ci fut approuvée par les délégués du bureau politique, mais connaîtra une forte opposition par le courant révolutionnaire du FLN, notamment Mohamed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed et Krim Belkacem, et poussa Ferhat Abbas à démissionner de son poste de président de l'Assemblée constituante, considérant que c'était le rôle de son Assemblée de voter la Constitution et non pas à un bureau politique.
– 1976
Adoptée par référendum le 19 novembre 1976, elle régit le pays jusqu'en 1989. Elle vient «conforter» le pouvoir de Houari Boumediène en instaurant un régime nettement présidentiel dans le cadre d'un parti unique, le Front de libération nationale (FLN).
Révision n°1
En 1979, après le décès de Houari Boumediène, Chadli Bendjedid engage rapidement une révision constitutionnelle, qui restreint quelque peu le caractère présidentiel du régime. La durée du mandat du Président de la République revient à cinq ans. La nomination d'un Premier ministre devient une obligation et la Constitution précise son rôle. Elle laisse la possibilité au président de la République de nommer plusieurs vice-présidents. En cas de décès ou d'incapacité du Président à assurer sa fonction, un intérim est prévu.
Révision n°2
En 1988, la Constitution est révisée et le poste de Premier ministre est remplacé par celui de chef du gouvernement.
– 1989
Elle est adoptée par référendum le 23 février 1989, après les événements du 5 Octobre 1988. Cette Constitution garantit les droits fondamentaux des citoyens comme la liberté d'expression, d'opinion, d'association, la liberté religieuse, la liberté de la presse. Elle instaure un régime parlementaire avec un Parlement monocaméral, l'Assemblée populaire nationale. La Constitution reconnaît l'indépendance du pouvoir judiciaire et la propriété privée.
– 1996
Adoptée par référendum. Un nouveau président et une nouvelle Constitution. La plupart des articles de l'ancienne Constitution de 1989 sont cependant repris dans celle de 1996. Et les révisions arrivent : la première en 2002, puis une autre en 2008 et une troisième en 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.