La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du jamais vu à Oran
Marche contre le 5e mandat et le "système"
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2019

Beaucoup de personnes ont battu le pavé pour la première fois de leur vie, hier à Oran.
Hier, lors de l'acte III de «la révolution joyeuse», les Oranais ont apporté une réponse cinglante à la lettre attribuée à Abdelaziz Bouteflika dimanche dernier, où il était question d'élections anticipées en cas de victoire, auxquelles il ne se présenterait pas : «Non, non et trois fois non !» Ils étaient en effet des centaines de milliers, voire un million de personnes à avoir manifesté dans les rues de la capitale de l'Ouest, en ce vendredi 8 mars 2019, non seulement contre le 5e mandat du président Bouteflika, mais pour le départ de tout le régime en place. Comme à chaque fois, l'ambiance se voulait festive et bon enfant, et on pouvait compter, cette fois-ci, autant de manifestantes que de manifestants.
Beaucoup de personnes, complètement dépolitisées, ont battu le pavé pour la première fois de leur vie, hier à Oran, et ont été ébahies par l'organisation impeccable des manifestants, qui marchaient joyeusement et sereinement, sans aucune violence, ni agression, physique ou verbale. Au contraire, les gens étaient de bonne humeur et s'ingéniaient à trouver des bons mots, des slogans pas piqués des vers à l'encontre des dirigeants dont ils veulent le départ. Il faut admettre que certains slogans étaient à se tordre de rire : «Pouvoir dégage, dir chouia courage, rak kbir f'lâge», «Il n'y a que Chanel pour faire le n°5», «5e mandat ?
Il est fou Ouyahiou il est fou !», «Marre des 5 nuances de Aziz», «FLN, blastek machi hna !», «Soif de pouvoir = fracture de la mâchoire.» Faisant référence à un célèbre slogan qui prévalait en France durant les années 1980 pour lutter contre le racisme, une manifestante arborait fièrement une pancarte où on pouvait voir une main jaune dans laquelle était écrite : «Touche pas à ma mère patrie.» D'autres femmes affichaient fièrement la photo de Djamila Bouhired, alors qu'un jeune homme, la vingtaine à peine, avait une affiche où était écrit : «Nous sommes les dignes filles et fils de Larbi Ben M'hidi, non au 5e mandat.»
Les manifestants se sont donné rendez-vous à la place du 1er Novembre 1954 pour marcher jusqu'à la wilaya, puis vers le siège de l'ENTV, mais vu tant d'engouement de la population, toutes les artères étaient saturées de monde, au point que les manifestants débordaient sur les petites ruelles. Si d'aventure, quelqu'un optait pour un chemin de traverse pour dépasser une vague de manifestants, il trouvait celui-ci bondé. Le cortège ne cessait de grossir et se massifier tout le long de la rue Larbi Ben M'hidi, au point que ceux qui arrivaient au siège à la wilaya croisaient en chemin les autres qui étaient déjà de retour vers la place du 1er Novembre.
«Aujourd'hui, j'ai vu des femmes et des hommes, main dans la main, marcher ensemble, unis pour la nouvelle Algérie. Des gens joyeux et souriants, qui chantaient et dansaient, et plus que jamais déterminés à faire dégager ce pouvoir de corrompus. Si pendant longtemps, j'étais fataliste, complètement blasé et désabusé par le sort du pays, il faut dire qu'aujourd'hui, je renais», nous raconte un manifestant. En un mot, on peut dire que la journée du 8 Mars de l'année 2018 a été historique à plus d'un titre, et gageons qu'elle aura une place de choix dans l'Algérie de demain !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.