Le Real privé de Kroos pour les deux prochaines rencontres    Le Président de la République préside une séance de travail dédiée au secteur des Sports    Exposition d'arts plastiques à Khenchela: des œuvres de peintres de 23 pays    Atlético : La piste Edinson Cavani n'a pas été abandonnée    Man Utd n'a pas jeté l'éponge pour Jadon Sancho    Benbouzid: le ministère disposé à consolider les relations avec les associations des cancéreux    Exploitation de l'or: respecter le cahier des charges pour préserver cette richesse minière    FLN : Baadji soutient le projet de révision de la Constitution    Laïb destitué de la présidence de l'USM El Harrach : Un directoire prend les commandes    CR Belouizdad : Saâd s'engage pour 4 ans    CAN-U20 : Les Verts entament un stage à Alger    Boukadoum reçu par le chef du Gouvernement tunisien    Le gouvernement sahraoui condamne "les allégations mensongères" du PM marocain    Des peines de prison pour usurpation de fonction au ministère de la Justice    INVESTIGATIONS LIEES A LA CYBERCRIMINALITE : Des juges algériens prennent part à un atelier international    Organisation d'examens pour les étudiants résidant dans le Sud    STATIONS SERVICES : Vers la suppression de l'essence super avec plomb    L'UNOA boycotte l'activité judiciaire au niveau national    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Amaaaar ! Parloir ! C'est pour la passation de consignes !    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Mandi buteur face au Real    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Les partenaires sociaux pas très convaincus    Visite du président du gouvernement espagnol    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Djelfa: Trois morts dans une collision    La protection civile fait son bilan    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les contaminations continuent de baisser    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du jamais vu à Oran
Marche contre le 5e mandat et le "système"
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2019

Beaucoup de personnes ont battu le pavé pour la première fois de leur vie, hier à Oran.
Hier, lors de l'acte III de «la révolution joyeuse», les Oranais ont apporté une réponse cinglante à la lettre attribuée à Abdelaziz Bouteflika dimanche dernier, où il était question d'élections anticipées en cas de victoire, auxquelles il ne se présenterait pas : «Non, non et trois fois non !» Ils étaient en effet des centaines de milliers, voire un million de personnes à avoir manifesté dans les rues de la capitale de l'Ouest, en ce vendredi 8 mars 2019, non seulement contre le 5e mandat du président Bouteflika, mais pour le départ de tout le régime en place. Comme à chaque fois, l'ambiance se voulait festive et bon enfant, et on pouvait compter, cette fois-ci, autant de manifestantes que de manifestants.
Beaucoup de personnes, complètement dépolitisées, ont battu le pavé pour la première fois de leur vie, hier à Oran, et ont été ébahies par l'organisation impeccable des manifestants, qui marchaient joyeusement et sereinement, sans aucune violence, ni agression, physique ou verbale. Au contraire, les gens étaient de bonne humeur et s'ingéniaient à trouver des bons mots, des slogans pas piqués des vers à l'encontre des dirigeants dont ils veulent le départ. Il faut admettre que certains slogans étaient à se tordre de rire : «Pouvoir dégage, dir chouia courage, rak kbir f'lâge», «Il n'y a que Chanel pour faire le n°5», «5e mandat ?
Il est fou Ouyahiou il est fou !», «Marre des 5 nuances de Aziz», «FLN, blastek machi hna !», «Soif de pouvoir = fracture de la mâchoire.» Faisant référence à un célèbre slogan qui prévalait en France durant les années 1980 pour lutter contre le racisme, une manifestante arborait fièrement une pancarte où on pouvait voir une main jaune dans laquelle était écrite : «Touche pas à ma mère patrie.» D'autres femmes affichaient fièrement la photo de Djamila Bouhired, alors qu'un jeune homme, la vingtaine à peine, avait une affiche où était écrit : «Nous sommes les dignes filles et fils de Larbi Ben M'hidi, non au 5e mandat.»
Les manifestants se sont donné rendez-vous à la place du 1er Novembre 1954 pour marcher jusqu'à la wilaya, puis vers le siège de l'ENTV, mais vu tant d'engouement de la population, toutes les artères étaient saturées de monde, au point que les manifestants débordaient sur les petites ruelles. Si d'aventure, quelqu'un optait pour un chemin de traverse pour dépasser une vague de manifestants, il trouvait celui-ci bondé. Le cortège ne cessait de grossir et se massifier tout le long de la rue Larbi Ben M'hidi, au point que ceux qui arrivaient au siège à la wilaya croisaient en chemin les autres qui étaient déjà de retour vers la place du 1er Novembre.
«Aujourd'hui, j'ai vu des femmes et des hommes, main dans la main, marcher ensemble, unis pour la nouvelle Algérie. Des gens joyeux et souriants, qui chantaient et dansaient, et plus que jamais déterminés à faire dégager ce pouvoir de corrompus. Si pendant longtemps, j'étais fataliste, complètement blasé et désabusé par le sort du pays, il faut dire qu'aujourd'hui, je renais», nous raconte un manifestant. En un mot, on peut dire que la journée du 8 Mars de l'année 2018 a été historique à plus d'un titre, et gageons qu'elle aura une place de choix dans l'Algérie de demain !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.