Le groupe parlementaire du FLN met la pression    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Terres agricoles : Retrait de 50 000 hectares à Ali Haddad    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Ce que votre façon de marcher dit de vous    Real : Zidane saute sur l'occasion pour Mbappé    Tribunal militaire de Blida : Saïd Bouteflika, les généraux Mediène et Tartag et Louisa Hanoune restent en prison    L'OPEP pourrait prolonger son accord en juin prochain : Le pétrole atteint près de 73 dollars le baril    Un sandwich au pain de la galette    Vers l'impasse    Pour récupérer plus de 3 milliards de DA de créances: La SEOR accorde un échéancier aux «mauvais payeurs»    Conservation des forêts: 50 chasseurs en stage pour l'obtention du permis de chasse    L'HUMILITE SOURCE DE CREDIBILITE    Les pénalités de retard    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La vision de Xi sur les civilisations inspire de l'espoir pour l'avenir de l'humanité    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Chine La banque centrale met en garde contre les incertitudes économiques mondiales générées par les frictions commerciales    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ibbou battue en finale par Molinaro    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Qui aura le dernier mot de la saison 2018-2019 ?    Ghoulam et Ounas retenus dans la liste élargie    Les joueurs en grève avant le match de la «survie» face au MCA    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Le mouvement populaire se mêle de tout    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du jamais vu à Oran
Marche contre le 5e mandat et le "système"
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2019

Beaucoup de personnes ont battu le pavé pour la première fois de leur vie, hier à Oran.
Hier, lors de l'acte III de «la révolution joyeuse», les Oranais ont apporté une réponse cinglante à la lettre attribuée à Abdelaziz Bouteflika dimanche dernier, où il était question d'élections anticipées en cas de victoire, auxquelles il ne se présenterait pas : «Non, non et trois fois non !» Ils étaient en effet des centaines de milliers, voire un million de personnes à avoir manifesté dans les rues de la capitale de l'Ouest, en ce vendredi 8 mars 2019, non seulement contre le 5e mandat du président Bouteflika, mais pour le départ de tout le régime en place. Comme à chaque fois, l'ambiance se voulait festive et bon enfant, et on pouvait compter, cette fois-ci, autant de manifestantes que de manifestants.
Beaucoup de personnes, complètement dépolitisées, ont battu le pavé pour la première fois de leur vie, hier à Oran, et ont été ébahies par l'organisation impeccable des manifestants, qui marchaient joyeusement et sereinement, sans aucune violence, ni agression, physique ou verbale. Au contraire, les gens étaient de bonne humeur et s'ingéniaient à trouver des bons mots, des slogans pas piqués des vers à l'encontre des dirigeants dont ils veulent le départ. Il faut admettre que certains slogans étaient à se tordre de rire : «Pouvoir dégage, dir chouia courage, rak kbir f'lâge», «Il n'y a que Chanel pour faire le n°5», «5e mandat ?
Il est fou Ouyahiou il est fou !», «Marre des 5 nuances de Aziz», «FLN, blastek machi hna !», «Soif de pouvoir = fracture de la mâchoire.» Faisant référence à un célèbre slogan qui prévalait en France durant les années 1980 pour lutter contre le racisme, une manifestante arborait fièrement une pancarte où on pouvait voir une main jaune dans laquelle était écrite : «Touche pas à ma mère patrie.» D'autres femmes affichaient fièrement la photo de Djamila Bouhired, alors qu'un jeune homme, la vingtaine à peine, avait une affiche où était écrit : «Nous sommes les dignes filles et fils de Larbi Ben M'hidi, non au 5e mandat.»
Les manifestants se sont donné rendez-vous à la place du 1er Novembre 1954 pour marcher jusqu'à la wilaya, puis vers le siège de l'ENTV, mais vu tant d'engouement de la population, toutes les artères étaient saturées de monde, au point que les manifestants débordaient sur les petites ruelles. Si d'aventure, quelqu'un optait pour un chemin de traverse pour dépasser une vague de manifestants, il trouvait celui-ci bondé. Le cortège ne cessait de grossir et se massifier tout le long de la rue Larbi Ben M'hidi, au point que ceux qui arrivaient au siège à la wilaya croisaient en chemin les autres qui étaient déjà de retour vers la place du 1er Novembre.
«Aujourd'hui, j'ai vu des femmes et des hommes, main dans la main, marcher ensemble, unis pour la nouvelle Algérie. Des gens joyeux et souriants, qui chantaient et dansaient, et plus que jamais déterminés à faire dégager ce pouvoir de corrompus. Si pendant longtemps, j'étais fataliste, complètement blasé et désabusé par le sort du pays, il faut dire qu'aujourd'hui, je renais», nous raconte un manifestant. En un mot, on peut dire que la journée du 8 Mars de l'année 2018 a été historique à plus d'un titre, et gageons qu'elle aura une place de choix dans l'Algérie de demain !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.