Conditions du dialogue contre termes du débat    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Affaire ASO – WAT : La commission de recours déboute Tlemcen    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    La deuxième phase entamée hier    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Report du procès de Ali Haddad    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Le tableau des demi-finales connu    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Des partis réagissent    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sétif : L'URBAS «ignore» une décision de justice
Publié dans El Watan le 17 - 03 - 2019

Prononcé en avril 2018, le licenciement abusif de huit cadres et d'un agent d'exécution (chauffeur), du centre d'études et de réalisation en urbanisme (URBA) de Sétif, a été annulé par la chambre sociale du tribunal de Sétif.
Dans son jugement définitif du 3 décembre 2018, la justice somme la direction de l'Urbas à procéder à la réintégration des «congédiés», confortés par l'appareil judiciaire et la préservation de tous les acquis des plaignants, se trouvant dans l'expectative. Puisque la décision de la justice bute contre une fin de non-recevoir de l'Urbas tournant clairement le dos au verdict. Pour preuve, l'exécution du jugement confié le 18/12/2018 à un huissier de justice n'a pas obtenu le résultat escompté.
Devant le refus de la direction de l'Urbas, l'auxiliaire de justice établit le 6 janvier 2019, un procès-verbal mentionnant le refus catégorique de l'Urbas à réintégrer les licenciés, en possession pourtant d'une décision de justice.
Faisant dans les deux poids, deux mesures, l'administration de l'Urbas accepte le payement des frais d'exécution du jugement, mais appose un niet catégorique à la réintégration des «exclus», ne réclamant ni plus ni moins que l'application des lois de la République ignorées une nouvelle fois par des responsables ne mesurant pas l'ampleur des préjudices financiers causés à leur institution. «En tournant carrément le dos à la décision de justice, la direction de l'Urbas accentue la déprime de huit familles.
Face à l'obstination de notre employeur, nous sommes dans l'obligation, une fois de plus, d'étaler notre calvaire sur la voie publique. Nous interpellons le wali de Sétif, ainsi que les responsables de la cour et du tribunal de Sétif pour qu'ils mettent un terme à cette injustice et nous rétablissent dans nos droits», ont souligné les concernés. Pour rappel, les plaignants ont été mis à la porte pour avoir pris part, l'année dernière, à une grève, à l'instar de 36 autres travailleurs de l'Urbas, épinglée par la justice pour avoir procédé à un licenciement abusif en contradiction avec son règlement intérieur. Ne pouvant se placer au-dessus des lois, la direction de l'Urbas va-t-elle revoir sa copie ? La question est posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.