AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    La production de la fraise en net recul à Jijel    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Congrès réunificateur libyen de Ghadamès : Haftar et Al Sarraj ont-ils conclu un deal ?
Publié dans El Watan le 25 - 03 - 2019

Les observateurs assurent que la population civile de l'Ouest libyen attend avec impatience l'entrée de l'armée de Haftar. Laquelle population aspire à retrouver la stabilité vécue à l'Est, grâce à l'armée, voire même le regain rapide de quiétude, constatée au Sud, suite à la campagne de l'armée.
Toutefois, cette euphorie citoyenne n'est pas partagée par une partie de la classe politique et des groupes armés, notamment les mouvances proches de l'islam politique. Lesquels groupes expriment également des craintes par rapport au congrès réunificateur de Ghadamès, susceptible de passer un accord intronisant Haftar.
Les notables de Misrata, réunis jeudi 21 mars, veulent être mieux informés concernant les invités du congrès réunificateur de Ghadamès, prévu du 14 au 16 avril par l'envoyé spécial de l'ONU. Ghassen Salamé dit que la position majoritaire sera adoptée par le congrès et appliquée sur le terrain.
Les gens de Misrata ne veulent pas se retrouver minoritaires au congrès réunificateur, de facto, au cas où Salamé aurait déjà invité des profils favorables à un deal entre Khalifa Haftar et Fayez Al Sarraj. Les gens de Misrata expriment, surtout, des craintes par rapport au caractère civil de l'Etat et ne veulent pas que Haftar ait la mainmise sur l'Etat libyen, d'une manière ou d'une autre.
Les mêmes réserves ont été exprimées par le président du Conseil de l'Etat, Khaled Mechri, lors de sa visite à Moscou. Le frère musulman Mechri a demandé à Moscou de garder la structure de l'article 8 de l'accord de Sekhirat de décembre 2015, soulignant que c'est le Conseil de la présidence qui nomme la hiérarchie militaire.
Les craintes de ces parties libyennes sont suscitées par les bruits courant, ici et là, sur un deal passé à Abu Dhabi entre le chef d'état-major de l'Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar, et le président du Conseil de la présidence libyenne, bénéficiant du soutien de la communauté internationale, Fayez Al Sarraj.
Les principaux termes de ce deal consistent en trois points. D'abord, la réduction à trois des membres du Conseil de la présidence : Fayez Al Sarraj et deux vice-présidents de l'Est et du Sud. Ensuite, il y aura une instance supérieure des forces armées, comprenant Al Sarraj ou son représentant, Haftar et un militaire, choisi par Misrata.
Les décisions prises par les deux instances citées, politique et militaire, se prennent à l'unanimité. Enfin, un gouvernement de technocrates, indépendant du Conseil de la présidence, veillera aux affaires courantes du pays. Le Conseil de la présidence est chargé de la transition politique.
L'ombre Haftar
Tout le monde est convaincu en Libye que Haftar est assimilé pour les islamistes au Al Sissi libyen. Les mouvances islamistes, proches des Frères musulmans et de l'axe Doha-Ankara, craignent la montée en puissance de Khalifa Haftar et veulent éloigner ce scénario de la Libye. Toutefois, la réalité du terrain a montré que l'homme fort de l'Est libyen est parvenu à se faire de la sympathie partout dans le pays.
Il s'est même imposé à la communauté internationale, qui était réticente au départ. Haftar est perçu comme l'unique autorité militaire par les puissances étrangères puisque Fayez Al Sarraj n'est pas parvenu à monter une armée régulière, ni à stabiliser l'Ouest libyen.
Le juge Jamel Bennour, ex-chef du Conseil local de Benghazi entre 2012 et 2013, alors qu'elle était la capitale de la révolution, explique la réussite diplomatique et populaire de Haftar par deux raisons.
D'une part, Haftar a fait preuve de la rigueur d'un homme d'Etat dans la question du pétrole ; il n'a pas cherché à créer des problèmes avec la Banque centrale et l'Entreprise nationale du pétrole malgré sa mainmise sur les trois quarts du pétrole libyen. D'autre part, l'Armée nationale libyenne a fait preuve de discipline dans sa campagne du Sud. Il n'y a pas eu d'incidents interlibyens, sauf quelques affrontements à Merzek, vite cernés par l'ANL.
Par ailleurs, la campagne s'est accompagnée de la stabilisation de la région, à travers une réduction notable de l'influence des terroristes et des réseaux criminels, sans oublier l'amélioration de l'approvisionnement de la région en carburant, vivres et cash dans les banques.
«Tout simplement et sans faire trop d'analyses, la population du Sud soutient clairement Haftar puisqu'elle voit son quotidien s'améliorer depuis l'arrivée de l'armée ; la population de l'Ouest attend impatiemment Haftar pour les mêmes raisons de stabilité», conclut le juge. Il est également vrai que les islamistes le craignent parce qu'il s'inspire d'Al Sissi. Mais, attendons de voir avant de tirer des conclusions définitives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.