Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Libye bascule à nouveau dans la guerre civile
Les combats font rage aux portes de Tripoli
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2019

Face à l'escalade militaire, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a lancé hier un «appel urgent» à une «trêve humanitaire» de deux heures dans la banlieue sud de Tripoli, pour permettre l'évacuation des blessés et des civils.
Après avoir pris l'aéroport international de Tripoli, samedi, les troupes de l'ANL poursuivent leur offensive vers le centre de la capitale libyenne, où se trouve le siège du gouvernement d'union nationale (GNA).
L'ONU et les grandes capitales expriment depuis jeudi leur inquiétude d'un embrasement pouvant déboucher sur un bain de sang. Elles ont encore exhorté hier les parties rivales à l'apaisement. Leur appel est cependant resté lettre morte.
Le maréchal Khalifa Haftar, qui n'a jamais reconnu le GNA, est plus que jamais décidé à prendre Tripoli par la force. Signe que la situation a atteint un point de non-retour, l'ANL a affirmé hier avoir mené son premier raid aérien sur la banlieue de la capitale. Cette annonce a été faite sur la page Facebook du «bureau des médias» de l'ANL, alors que de violents combats terrestres ont eu lieu en matinée à une trentaine de kilomètres au sud de Tripoli.
Selon plusieurs médias, ces combats sont intenses et se déroulent en particulier à Wadi Rabi et dans le périmètre de l'aéroport international de Tripoli. Il y aurait déjà eu plusieurs morts dans les deux camps en conflit.
Face à l'escalade militaire, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a lancé hier un «appel urgent» à une «trêve humanitaire» de deux heures dans la banlieue sud de Tripoli pour permettre l'évacuation des blessés et des civils. «La Manul appelle toutes les parties armées se trouvant dans la région de Wadi Rabi, Al Kayekh, Gasr Ben Ghachir et Al Aziziya (au sud de Tripoli) à respecter une trêve humanitaire (…) pour sécuriser l'évacuation des blessés et des civils par les équipes de secours et du Croissant-Rouge libyen», a-t-elle indiqué dans un bref communiqué.
Les troupes progouvernementales ont promis de leur côté de riposter avec «fermeté» à l'attaque de Khalifa Haftar. Le porte-parole des forces armées du Conseil présidentiel libyen, le colonel Mohamed Kanounou, a annoncé hier l'amorce d'une opération militaire baptisée «Volcan de colère» contre l'ANL. «Nous rassurons notre peuple quant à notre capacité et notre volonté de vaincre l'ennemi et de protéger les institutions de l'Etat», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, expliquant que l'opération visait à nettoyer toutes les villes libyennes.
Le colonel Mohamed Kanounou a précisé que Tripoli et un certain nombre de villes libyennes sont attaquées par les forces du maréchal Haftar afin de remettre en cause la «légitimité» des institutions. «Nous ne permettrons à personne de militariser l'Etat», a-t-il martelé. Dans un discours samedi soir, le chef du GNA, Fayez Al Sarraj, avait également mis en garde contre la perspective d'une «guerre sans gagnant». Il a par ailleurs ajouté que les soutiens continuaient d'«affluer dans la capitale, de toutes les régions», pour faire face à l'offensive de l'ANL.
Les forces du GNA ont-elles les moyens de stopper l'armée de Khalifa Haftar qui contrôle l'est de la Libye et une grande partie du Sud ? De nombreux spécialistes en doutent, surtout, disent-ils, que l'ANL bénéficie d'un important soutien militaire russe, égyptien et émirati. Les forces du maréchal Haftar (LNA), mentionnent les mêmes sources, sont par ailleurs «mieux entraînées, disposent d'artillerie et de blindés, d'une flotte et d'une aviation».
A l'inverse, explique-t-on, les unités du GNA bien qu'épaulées par le Qatar et la Turquie, constituées essentiellement de milices hétéroclites qui ne se font pas confiance entre elles, sont désorganisées. L'Italie estime aussi que la France soutient l'homme fort de l'Est libyen. L'accusation est-elle gratuite ? Beaucoup évoquent en tout cas un duel franco-italien à distance sur fond de pétrole et de migrants. Surtout que l'Italie est plus proche du GNA qu'elle ne l'est de Haftar.
– Les états-Unis retirent des militaires de la Libye
L'armée américaine a annoncé, hier, le retrait provisoire de militaires stationnés en Libye, sans en préciser le nombre, à cause des combats qui opposent les troupes progouvernementales aux troupes rebelles du maréchal Khalifa Haftar. «En raison du regain des troubles en Libye, un contingent des forces américaines de soutien au Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (Africom) a temporairement déménagé du pays en réponse à la situation sécuritaire sur le terrain», a indiqué l'Africom, basé à Stuttgart (Allemagne), dans un communiqué.
Ce dernier ne précise pas combien de militaires américains sont concernés par ce retrait. L'Africom se contente de rappeler que la mission américaine en Libye apporte «un soutien militaire aux représentations diplomatiques, aux activités antiterroristes ainsi qu'au renforcement des partenariats et de la sécurité dans toute la région».
Le Commandement américain pour l'Afrique «continuera à suivre l'évolution de la situation sur le terrain et examinera la possibilité d'un retour de la présence militaire américaine quand ce sera approprié», a assuré son chef, le général Thomas D. Waldhauser, dans le communiqué, soulignant que «la réalité de la sécurité sur le terrain est de plus en plus complexe et imprévisible». A. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.