PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Libye bascule à nouveau dans la guerre civile
Les combats font rage aux portes de Tripoli
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2019

Face à l'escalade militaire, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a lancé hier un «appel urgent» à une «trêve humanitaire» de deux heures dans la banlieue sud de Tripoli, pour permettre l'évacuation des blessés et des civils.
Après avoir pris l'aéroport international de Tripoli, samedi, les troupes de l'ANL poursuivent leur offensive vers le centre de la capitale libyenne, où se trouve le siège du gouvernement d'union nationale (GNA).
L'ONU et les grandes capitales expriment depuis jeudi leur inquiétude d'un embrasement pouvant déboucher sur un bain de sang. Elles ont encore exhorté hier les parties rivales à l'apaisement. Leur appel est cependant resté lettre morte.
Le maréchal Khalifa Haftar, qui n'a jamais reconnu le GNA, est plus que jamais décidé à prendre Tripoli par la force. Signe que la situation a atteint un point de non-retour, l'ANL a affirmé hier avoir mené son premier raid aérien sur la banlieue de la capitale. Cette annonce a été faite sur la page Facebook du «bureau des médias» de l'ANL, alors que de violents combats terrestres ont eu lieu en matinée à une trentaine de kilomètres au sud de Tripoli.
Selon plusieurs médias, ces combats sont intenses et se déroulent en particulier à Wadi Rabi et dans le périmètre de l'aéroport international de Tripoli. Il y aurait déjà eu plusieurs morts dans les deux camps en conflit.
Face à l'escalade militaire, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a lancé hier un «appel urgent» à une «trêve humanitaire» de deux heures dans la banlieue sud de Tripoli pour permettre l'évacuation des blessés et des civils. «La Manul appelle toutes les parties armées se trouvant dans la région de Wadi Rabi, Al Kayekh, Gasr Ben Ghachir et Al Aziziya (au sud de Tripoli) à respecter une trêve humanitaire (…) pour sécuriser l'évacuation des blessés et des civils par les équipes de secours et du Croissant-Rouge libyen», a-t-elle indiqué dans un bref communiqué.
Les troupes progouvernementales ont promis de leur côté de riposter avec «fermeté» à l'attaque de Khalifa Haftar. Le porte-parole des forces armées du Conseil présidentiel libyen, le colonel Mohamed Kanounou, a annoncé hier l'amorce d'une opération militaire baptisée «Volcan de colère» contre l'ANL. «Nous rassurons notre peuple quant à notre capacité et notre volonté de vaincre l'ennemi et de protéger les institutions de l'Etat», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, expliquant que l'opération visait à nettoyer toutes les villes libyennes.
Le colonel Mohamed Kanounou a précisé que Tripoli et un certain nombre de villes libyennes sont attaquées par les forces du maréchal Haftar afin de remettre en cause la «légitimité» des institutions. «Nous ne permettrons à personne de militariser l'Etat», a-t-il martelé. Dans un discours samedi soir, le chef du GNA, Fayez Al Sarraj, avait également mis en garde contre la perspective d'une «guerre sans gagnant». Il a par ailleurs ajouté que les soutiens continuaient d'«affluer dans la capitale, de toutes les régions», pour faire face à l'offensive de l'ANL.
Les forces du GNA ont-elles les moyens de stopper l'armée de Khalifa Haftar qui contrôle l'est de la Libye et une grande partie du Sud ? De nombreux spécialistes en doutent, surtout, disent-ils, que l'ANL bénéficie d'un important soutien militaire russe, égyptien et émirati. Les forces du maréchal Haftar (LNA), mentionnent les mêmes sources, sont par ailleurs «mieux entraînées, disposent d'artillerie et de blindés, d'une flotte et d'une aviation».
A l'inverse, explique-t-on, les unités du GNA bien qu'épaulées par le Qatar et la Turquie, constituées essentiellement de milices hétéroclites qui ne se font pas confiance entre elles, sont désorganisées. L'Italie estime aussi que la France soutient l'homme fort de l'Est libyen. L'accusation est-elle gratuite ? Beaucoup évoquent en tout cas un duel franco-italien à distance sur fond de pétrole et de migrants. Surtout que l'Italie est plus proche du GNA qu'elle ne l'est de Haftar.
– Les états-Unis retirent des militaires de la Libye
L'armée américaine a annoncé, hier, le retrait provisoire de militaires stationnés en Libye, sans en préciser le nombre, à cause des combats qui opposent les troupes progouvernementales aux troupes rebelles du maréchal Khalifa Haftar. «En raison du regain des troubles en Libye, un contingent des forces américaines de soutien au Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (Africom) a temporairement déménagé du pays en réponse à la situation sécuritaire sur le terrain», a indiqué l'Africom, basé à Stuttgart (Allemagne), dans un communiqué.
Ce dernier ne précise pas combien de militaires américains sont concernés par ce retrait. L'Africom se contente de rappeler que la mission américaine en Libye apporte «un soutien militaire aux représentations diplomatiques, aux activités antiterroristes ainsi qu'au renforcement des partenariats et de la sécurité dans toute la région».
Le Commandement américain pour l'Afrique «continuera à suivre l'évolution de la situation sur le terrain et examinera la possibilité d'un retour de la présence militaire américaine quand ce sera approprié», a assuré son chef, le général Thomas D. Waldhauser, dans le communiqué, soulignant que «la réalité de la sécurité sur le terrain est de plus en plus complexe et imprévisible». A. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.