Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    La JSS et le MCA veulent assurer    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Libye bascule à nouveau dans la guerre civile
Les combats font rage aux portes de Tripoli
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2019

Face à l'escalade militaire, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a lancé hier un «appel urgent» à une «trêve humanitaire» de deux heures dans la banlieue sud de Tripoli, pour permettre l'évacuation des blessés et des civils.
Après avoir pris l'aéroport international de Tripoli, samedi, les troupes de l'ANL poursuivent leur offensive vers le centre de la capitale libyenne, où se trouve le siège du gouvernement d'union nationale (GNA).
L'ONU et les grandes capitales expriment depuis jeudi leur inquiétude d'un embrasement pouvant déboucher sur un bain de sang. Elles ont encore exhorté hier les parties rivales à l'apaisement. Leur appel est cependant resté lettre morte.
Le maréchal Khalifa Haftar, qui n'a jamais reconnu le GNA, est plus que jamais décidé à prendre Tripoli par la force. Signe que la situation a atteint un point de non-retour, l'ANL a affirmé hier avoir mené son premier raid aérien sur la banlieue de la capitale. Cette annonce a été faite sur la page Facebook du «bureau des médias» de l'ANL, alors que de violents combats terrestres ont eu lieu en matinée à une trentaine de kilomètres au sud de Tripoli.
Selon plusieurs médias, ces combats sont intenses et se déroulent en particulier à Wadi Rabi et dans le périmètre de l'aéroport international de Tripoli. Il y aurait déjà eu plusieurs morts dans les deux camps en conflit.
Face à l'escalade militaire, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a lancé hier un «appel urgent» à une «trêve humanitaire» de deux heures dans la banlieue sud de Tripoli pour permettre l'évacuation des blessés et des civils. «La Manul appelle toutes les parties armées se trouvant dans la région de Wadi Rabi, Al Kayekh, Gasr Ben Ghachir et Al Aziziya (au sud de Tripoli) à respecter une trêve humanitaire (…) pour sécuriser l'évacuation des blessés et des civils par les équipes de secours et du Croissant-Rouge libyen», a-t-elle indiqué dans un bref communiqué.
Les troupes progouvernementales ont promis de leur côté de riposter avec «fermeté» à l'attaque de Khalifa Haftar. Le porte-parole des forces armées du Conseil présidentiel libyen, le colonel Mohamed Kanounou, a annoncé hier l'amorce d'une opération militaire baptisée «Volcan de colère» contre l'ANL. «Nous rassurons notre peuple quant à notre capacité et notre volonté de vaincre l'ennemi et de protéger les institutions de l'Etat», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, expliquant que l'opération visait à nettoyer toutes les villes libyennes.
Le colonel Mohamed Kanounou a précisé que Tripoli et un certain nombre de villes libyennes sont attaquées par les forces du maréchal Haftar afin de remettre en cause la «légitimité» des institutions. «Nous ne permettrons à personne de militariser l'Etat», a-t-il martelé. Dans un discours samedi soir, le chef du GNA, Fayez Al Sarraj, avait également mis en garde contre la perspective d'une «guerre sans gagnant». Il a par ailleurs ajouté que les soutiens continuaient d'«affluer dans la capitale, de toutes les régions», pour faire face à l'offensive de l'ANL.
Les forces du GNA ont-elles les moyens de stopper l'armée de Khalifa Haftar qui contrôle l'est de la Libye et une grande partie du Sud ? De nombreux spécialistes en doutent, surtout, disent-ils, que l'ANL bénéficie d'un important soutien militaire russe, égyptien et émirati. Les forces du maréchal Haftar (LNA), mentionnent les mêmes sources, sont par ailleurs «mieux entraînées, disposent d'artillerie et de blindés, d'une flotte et d'une aviation».
A l'inverse, explique-t-on, les unités du GNA bien qu'épaulées par le Qatar et la Turquie, constituées essentiellement de milices hétéroclites qui ne se font pas confiance entre elles, sont désorganisées. L'Italie estime aussi que la France soutient l'homme fort de l'Est libyen. L'accusation est-elle gratuite ? Beaucoup évoquent en tout cas un duel franco-italien à distance sur fond de pétrole et de migrants. Surtout que l'Italie est plus proche du GNA qu'elle ne l'est de Haftar.
– Les états-Unis retirent des militaires de la Libye
L'armée américaine a annoncé, hier, le retrait provisoire de militaires stationnés en Libye, sans en préciser le nombre, à cause des combats qui opposent les troupes progouvernementales aux troupes rebelles du maréchal Khalifa Haftar. «En raison du regain des troubles en Libye, un contingent des forces américaines de soutien au Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (Africom) a temporairement déménagé du pays en réponse à la situation sécuritaire sur le terrain», a indiqué l'Africom, basé à Stuttgart (Allemagne), dans un communiqué.
Ce dernier ne précise pas combien de militaires américains sont concernés par ce retrait. L'Africom se contente de rappeler que la mission américaine en Libye apporte «un soutien militaire aux représentations diplomatiques, aux activités antiterroristes ainsi qu'au renforcement des partenariats et de la sécurité dans toute la région».
Le Commandement américain pour l'Afrique «continuera à suivre l'évolution de la situation sur le terrain et examinera la possibilité d'un retour de la présence militaire américaine quand ce sera approprié», a assuré son chef, le général Thomas D. Waldhauser, dans le communiqué, soulignant que «la réalité de la sécurité sur le terrain est de plus en plus complexe et imprévisible». A. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.