L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancé par le chef du GNA.. Un mandat d'arrêt contre Haftar
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 04 - 2019

Le chef du gouvernement de concorde nationale basé à Tripoli, a demandé au procureur militaire, d'émettre un mandat d'arrêt à l'encontre du maréchal Khalifa Haftar, affirme la chaîne Al Arabiya.
Alors que les troupes de l'Armée nationale libyenne se positionnent dans les banlieues de Tripoli, le gouvernement de concorde nationale, GNA, basé dans la capitale, a exigé l'arrestation de son commandant en chef, Khalifa Haftar, rapporte hier Al Arabiya. Selon la chaîne, lors d'une réunion avec le procureur militaire, le chef du GNA, Fayez el-Sarraj, lui a demandé d'émettre un mandat d'arrêt à l'encontre du maréchal. Les troupes de l'ANL ont atteint les banlieues de la capitale, et pris le contrôle de l'aéroport international de Tripoli. Selon les rapports des médias, les deux camps rivaux ont mené des raids aériens contre les positions adverses. La conférence nationale de dialogue inter-libyen, censée se tenir du 14 au 16 avril à Ghadamès, dans le sud du pays, est maintenue «à la date prévue», a déclaré l'envoyé de l'ONU, Ghassan Salamé. Tout en ajoutant: «Sauf si des circonstances majeures nous en empêchent». Car le climat est à nouveau plus à la guerre civile qu'à la réconciliation, dans la Libye déchirée depuis la chute et la mort du colonel Kadhafi en 2011. Les confrontations opposent les forces du maréchal Haftat et celles du premier ministre. Après s'être emparé, cet hiver, des champs pétroliers d'Al-Charara ,dans le sud-ouest du pays et d'Al-Fil dans le sud, le maréchal Haftar contrôlait déjà un tiers de la production globale libyenne. La communauté mondiale a appelé le maréchal Haftar à arrêter l'attaque contre la capitale, qui a affirmé ce 7 avril avoir mené un premier raid aérien en banlieue de cette ville, où siègent ses rivaux du GNA reconnu par la communauté internationale.
Le GNA, dirigé par Fayez el-Sarraj, a annoncé le début d'une «contre-offensive». Ces proclamations, faites à la mi-journée, interviennent alors que de violents combats ont été rapportés en matinée, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale. Le maréchal Haftar et le premier ministre étaient d'accord pour les élections en 2018, mais les confrontations opposant les milices pour le pétrole n'ont pas pêrmis la concrétisation de la réconciliation. L'autre accord pour la tenue des élections en 2019 est empêché jusqu'à maintenant, par l'attaque lancée par le maréchal Haftar contre la capitale. L'attaque a eu lieu au moment où il y a perspective de réconciliation, engageant le maréchal Haftar et le premier ministre. L'ONU dit maintenir la conférence pour la réconciliation en Libye du 14 au 16 avril 2019. Des délégations étrangères ont évacué leurs ressortissants, alors que des bombardements aériens ont eu lieu. L'ONU a demandé une trêve humanitaire, en fin d'après-midi, dans les zones de combats.
La solution ne peut être que politique, a ajouté le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Mais ces appels au calme de la communauté internationale ne semblaient pas être respectés par le maréchal Haftar. L'Algérie, qui s'est toujours attelée à favoriser un dialogue inclusif entre toutes les parties libyennes, sous l'égide de l'ONU et loin de toute interférence étrangère, reste «convaincue que seule une solution politique négociée et acceptée par l'ensemble des protagonistes est à même d'assurer une paix et une stabilité durables, et de préserver les intérêts suprêmes du peuple libyen frère», a ajouté le ministère algérien des Affaires Etrangères. L'appel au calme est lancé par l'Algérie et de nombreux pays, dont la France. Dans un discours samedi soir, le chef du GNA, reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, a dit que les soutiens continuaient d'affluer dans la capitale, de toutes les régions, pour faire face à l'offensive lancée jeudi par l'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée et dirigée par le maréchal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.