Real Madrid-Valence : Les compositions d'équipes    LA FRANCE COINCEE PAR LE NOUVEAU PRESIDENT ALGERIEN : Les temps de Papon sont révolus !    La préservation du mausolée royal Imedghassèn, responsabilité de tous    «Aucune violence contre les manifestants du hirak à Oran»    Liban : consultations parlementaires lundi pour choisir un nouveau Premier ministre    Saisie de 7.215 comprimés psychotropes    SIRAT (MOSTAGANEM) : Une unité de transformation de plastique ravagée par le feu    LA WILAYA A ECHAPPE A UNE FORTE PRESSION DURANT L'ETE GRACE AU MAO : Gaspillage d'eau potable à Mascara    SOVAC dément avoir été suspendu par Volkswagen    LOGEMENTS LPA A ORAN : La longue attente des souscripteurs    SIDI BEL ABBES : 942 infractions et retrait de 492 permis de conduire    GAID SALAH AFFIRME : Tebboune est apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Tunisie: difficulté à former un nouveau gouvernement, les partis divisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Quel sort pour le FLN ?    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aokas : Le bras de fer autour du projet de célibatorium continue
Publié dans El Watan le 23 - 04 - 2019

Depuis le 23 mars dernier, au moins sept militants issus du mouvement associatif d'Aokas ont été entendus par la police au sujet de l'opposition de la population au projet de réalisation d'un célibatorium au chef-lieu communal.
Selon l'un d'eux, Lyes Touati, un des membres de Aokas collectif, «officiellement, c'est l'entrepreneur qui a déposé plainte contre les représentants du collectif pour avoir empêché la reprise des travaux sur le chantier».
Pour lui les pouvoirs publics «tiennent absolument à ce projet dans une ville pourtant dépourvue d'équipements publics d'intérêt général pour sa population de plus de 16 000 habitants».
Aujourd'hui, les sept convoqués se préparent, disent-ils, à affronter, dans les tribunaux, l'administration, même si l'auteur de la plainte est l'entrepreneur.
Ce bras de fer va inévitablement être matérialisé sur le terrain par une marche populaire à Aokas pour dénoncer ce que les opposants considèrent comme une «manœuvre» ainsi que le bradage du foncier. Selon notre interlocuteur, «une action de rue qui doit intervenir au moment opportun est en préparation pour réitérer le rejet de ce projet par la population».
En octobre 2018, le mouvement associatif a signé un PV avec les responsables de l'APC qui s'apparente à un pacte où le collectif a rappelé le «rejet de la construction du célibatorium de police en invitant le maire à ne pas délivrer le permis de construire, à la remise en l'état du terrain et à l'engagement d'une procédure légale pour sa récupération». La réponse de l'exécutif de l'APC était sans détour : «Accord pour l'ensemble de cette revendication.»
Pour rappel, le maire de la ville a rendu publique la même année une mise en demeure qu'il a adressée à l'entrepreneur pour arrêter immédiatement les travaux, constatant que l'entreprise continuait «les travaux de construction d'un célibatorium illicitement et illégalement, sans permis de construire au POS n°3, cité 215 Lgts, à côté du CSP Aokas».
Bien avant la survenue de ce conflit, le mouvement associatif d'Aokas s'est retrouvé obligé de se battre sur plusieurs fronts car le célibatorium n'est pas le seul projet contesté.
D'autres assiettes de terrain sont déclassées pour recevoir des projets qui n'ont pas d'intérêt aux yeux de la population, qui y voit un bradage intensif du foncier de la localité.
A ce propos, le collectif cite «l'affaire Gouraya» qui «consiste en l'achat d'un lot de terrain par des militaires par l'intermédiaire d'une agence immobilière locale dans le but de réaliser des logements au profit des militaires.
Face à l'opposition de la population, les militaires ont revendu le lot à des particuliers après l'avoir parceller», dénonce Lyes Touati qui voit, avec ses camarades, une tentative de militariser la région.
A Aokas, explique-t-il, «il existe déjà une caserne militaire, une grande unité de la gendarmerie qui occupe un terrain immense au centre ville et une base pour une unité républicaine de sécurité (CRS)».
Il a ajouté que «dans le périmètre de la bande boisée, on parle d'un projet de centre de repos pour le personnel de la DGSN, et une extension pour la brigade de gendarmerie». Aujourd'hui, le collectif demande à l'APC la récupération de ce lot d'environ 5 hectares.
Un autre dossier chaud a défrayé la chronique, celui de l'affaire de la bande boisée d'Aokas, convoitée par des investisseurs ayant déposé des dossiers dans le cadre du Calpiref.
Pour les opposants, la réalisation d'hôtels et d'infrastructures touristiques nuirait à cet environnement fragile et défigurerait une partie du littoral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.