AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aokas : Marche contre un projet de célibatorium
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2018

Le mouvement appelé Aokas Collectif, qui renferme des militants associatifs et politiques et des habitants de la région d'Aokas, s'oppose farouchement à la construction d'un célibatorium pour la police localisée près du complexe sportif de proximité d'Aokas.
Pour exprimer leur opposition, une marche pacifique, qui a démarré de la place Katia Bengana, au centre-ville, pour aboutir sur le site du chantier, a été organisée hier. S'appuyant sur un argument juridique (le projet n'a pas obtenu de permis de construire), les opposants dénoncent l'illégalité de la construction. Selon un manifestant, «ce projet a été lancé en chantier sans permis de construction, à une période où l'APC connaissait un blocage de son exécutif en 2015. Les travaux ont démarré en catimini». Le maire de la ville a rendu publique une mise en demeure qu'il a adressée à l'entrepreneur pour arrêter immédiatement les travaux, constatant que l'entreprise continuait «les travaux de construction d'un célibatorium illicitement et illégalement sans permis de construire au POS n°3, cité 215 Lgts, côté CSP Aokas».
Hier, la foule a scandé : «Non aux casernes, oui aux écoles et aux hôpitaux.» Le ton est ainsi donné. Les manifestants réclament l'annulation du projet. «Lorsqu'on demande un équipement public on nous répond qu'il n'y a pas d'argent. Des projets d'utilité publique ont été gelés au grand désarroi de la population, mais pour construire une structure de sûreté, le problème financier ne se pose plus», déplore un manifestant. Arrivés devant le chantier, des pancartes ont été accrochées à sa clôture. On peut lire sur certaines d'entre elles des mots d'ordre hostiles à la présence policière et militaire massive dans la région : «Halte à un Etat policier», «Les casernes, ça suffit !»
Une présence «passive ou presque inutile» veut-on signifier sur une autre pancarte où il est écrit : «Police partout, sécurité nulle part» ou «Police, respectez les lois, ne faites pas la loi !»
Interpellé, le chef du chantier exhibe un ODS de démarrage des travaux, mais sans le permis de construire sur la base duquel est établi l'ODS. Les esprits s'échauffent. Des manifestants menacent même de recourir à la force si le chantier n'est pas désinstallé dans les heures qui suivent.
«La police, censée faire respecter les lois de la République, a foulé au pied la loi en fermant les yeux sur un chantier qui démarre sans permis de construire», lance un animateur qui ajoute : «Dans le périmètre de la bande boisée, on parle d'un projet de centre de repos pour le personnel de la DGSN, et une extension pour la brigade de gendarmerie et de la caserne militaire a pris deux hectares en plein centre-ville.» Après la marche, une réunion a eu lieu dans le but de désigner une délégation qui fera le déplacement à Béjaïa aujourd'hui pour rencontrer le président de l'APW, à la demande de ce dernier, selon les animateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.