Le «modèle» économique suivi à ce jour est «arrivé à son terme»    Commerce: Baisse des échanges avec la Zone «euro» et hausse avec la Zone arabe    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    L'Afrique fait l'autruche !    Le refus de soins, de dépistage ou de confinement conduit en prison    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    511 cas contrôlés "positifs" et 31 décès    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg mis sur le marché    PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Les cygnes blancs de 2020    L'ESPRIT ET LE CŒUR    30e nouveau membre de l'Otan    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Omar Farouk Slimani. Avocat : «Les entraves à la liberté de circulation sont illégales»
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2019

Le pouvoir a eu recours aux barrages filtrants en fermant les routes menant à Alger. Des citoyens sont refoulés. Que prévoit la loi en cas d'entrave à la circulation des Algériens ?
La Constitution, dans son article 55, est claire. Il y est précisé dans son alinéa 1 que «tout citoyen jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de choisir librement le lieu de sa résidence et de circuler sur le territoire national».
Dans le dernier alinéa, il est également stipulé que «toute restriction à ces droits ne peut être ordonnée que pour une durée déterminée, par une décision motivée de l'autorité judiciaire». Dans le cas qui nous concerne, il y a un viol évident de la Constitution. Il y a, je le précise également, atteinte aux articles 9, 9 bis, 9 bis 1 et 11 du code pénal. Ces articles énumèrent la liste des peines complémentaires.
Par exemple, en cas d'attroupement, d'outrage à un agent public, une personne peut être condamnée à des peines complémentaires comme l'assignation à résidence, en faisant obligation à un condamné de demeurer dans une circonscription territoriale déterminée par le jugement. Le plus grave dans tout cela, c'est que depuis deux ou trois semaines, des ambulances sont retenues avec, je suppose, des conséquences graves.
Cette dernière situation est prévue dans la section II : «De la responsabilité de l'acte d'autrui» du code civil. L'article 134 dispose : «Le commettant est responsable du dommage causé par le fait dommageable de son préposé, lorsque cet acte a été accompli par celui-ci dans ou pendant l'exercice de ses fonctions ou à l'occasion de celles-ci.
Le lien de préposition existe, même lorsque le commettant n'a pas eu la liberté de choisir son préposé, du moment que celui-ci travaille pour le compte du commettant.» Le recours aux barrages filtrants est un acte archaïque.
Dans le cas qui nous concerne, y a-t-il atteinte à l'ordre public pour justifier le déploiement des forces de l'ordre sur les grands axes routiers ?
Aucunement. Il n'y a aucun risque sur la sécurité des citoyens pour leur imposer tous ces barrages filtrants. Les autorités ont un seul objectif : isoler Alger qui est une ville où se concentrent les médias nationaux et internationaux. Elles ne veulent pas de ces marches dans la capitale pour que les chancelleries ne remarquent rien.
C'est l'opinion internationale qui les dérange. Nous constatons que dans les autres villes du pays, les gens marchent dans la joie, sans qu'aucune autorité ne les entrave : c'est le cas à Tizi Ouzou, Bordj Bou Arréridj, etc., qui nous envoient des images formidables de la cohésion du peuple.
Rien ne peut empêcher les Algériens de venir dans leur capitale. Je connais une amie d'Azzefoun qui a tenu à venir à Alger par tous les moyens. L'armée coloniale a tué 45 000 Algériens parce qu'ils ont osé lever le drapeau algérien pour la première fois un 8 Mai 1945. Et voilà que 74 ans après, dans l'Algérie indépendante, on bloque les voies vers Alger et on saisit les drapeaux algériens. Quelle triste image !
Les personnes qui ont subi un dommage peuvent-elles recourir à la justice ?
Oui, effectivement. Mais, chez nous, nous n'avons malheureusement pas cette culture. Les gens expliquent qu'ils n'ont pas de temps à perdre en lançant de telles procédures. J'aimerais juste dire que les actions menées par les autorités pour entraver la liberté de circulation des Algériens affaiblissent l'Etat.
A l'international, il sera reproché au régime d'entraver la libre circulation de ses concitoyens. Le peuple, qui a senti qu'on veut étouffer sa voix, défie le pouvoir en tentant d'entrer dans Alger de partout, par tous les moyens et parfois les jeudis soir.
Il y a, je l'ai noté, beaucoup de nos émigrés installés en Europe qui viennent pour assister aux marches du vendredi et repartir le lendemain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.