PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de visas à Annaba : Des peines de 2 à 5 ans de prison requises contre les inculpés
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2010

Cinq ans de prison ferme est la peine qu'a requise, hier, le procureur près le tribunal de Annaba à l'encontre de B. Hakima et son frère Mohamed Lamine, les deux principaux accusés dans une affaire de trafic de visas Schengen.
Une peine de 2 ans de prison ferme a été requise contre 18 autres personnes également confondues dans cette affaire. Le verdict sera prononcé le 2 mai prochain. Agés respectivement de 40 et 25 ans, les deux mis en cause avaient été arrêtés et placés en détention préventive le 16 février 2010 par le magistrat instructeur de la 2e chambre près le même tribunal. Ils sont inculpés, selon l'arrêt de renvoi, d'escroquerie, de faux et usage de faux sur des documents d'état civil et bancaires. Quant aux 18 autres, tous placés sous contrôle judiciaire, il leur est reproché la falsification des documents nécessaires au dossier de demande de visa Schengen et sont accusés de complicité.
C'est le consul général de France à Annaba qui a saisi officiellement le procureur général près la cour de Annaba sur ce trafic de documents officiels, que ses services consulaires avaient constaté dans plusieurs dossiers de demande de visa déposés à la chancellerie française. Le représentant du ministère public avait à son tour chargé la brigade de recherche et d'investigation de la Gendarmerie nationale de Annaba d'enquêter sur ce réseau, composé d'une vingtaine de personnes. Il n'a pas fallu plus de 24 heures pour que les enquêteurs mettent hors d'état de nuire ce réseau conduit par une femme et son frère, dont les ramifications s'étendent à plusieurs régions du pays, avant de les présenter à la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.