Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Covid-19 : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de visas à Annaba : Des peines de 2 à 5 ans de prison requises contre les inculpés
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2010

Cinq ans de prison ferme est la peine qu'a requise, hier, le procureur près le tribunal de Annaba à l'encontre de B. Hakima et son frère Mohamed Lamine, les deux principaux accusés dans une affaire de trafic de visas Schengen.
Une peine de 2 ans de prison ferme a été requise contre 18 autres personnes également confondues dans cette affaire. Le verdict sera prononcé le 2 mai prochain. Agés respectivement de 40 et 25 ans, les deux mis en cause avaient été arrêtés et placés en détention préventive le 16 février 2010 par le magistrat instructeur de la 2e chambre près le même tribunal. Ils sont inculpés, selon l'arrêt de renvoi, d'escroquerie, de faux et usage de faux sur des documents d'état civil et bancaires. Quant aux 18 autres, tous placés sous contrôle judiciaire, il leur est reproché la falsification des documents nécessaires au dossier de demande de visa Schengen et sont accusés de complicité.
C'est le consul général de France à Annaba qui a saisi officiellement le procureur général près la cour de Annaba sur ce trafic de documents officiels, que ses services consulaires avaient constaté dans plusieurs dossiers de demande de visa déposés à la chancellerie française. Le représentant du ministère public avait à son tour chargé la brigade de recherche et d'investigation de la Gendarmerie nationale de Annaba d'enquêter sur ce réseau, composé d'une vingtaine de personnes. Il n'a pas fallu plus de 24 heures pour que les enquêteurs mettent hors d'état de nuire ce réseau conduit par une femme et son frère, dont les ramifications s'étendent à plusieurs régions du pays, avant de les présenter à la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.