POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Offensive de Haftar contre Tripoli : Les Italiens sur la défensive
Publié dans El Watan le 29 - 04 - 2019

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, était sur la défensive sur la question libyenne, vendredi dernier à Pékin, en marge de sa visite en Chine. Il a déclaré que l'Italie n'est «ni avec Haftar ni Al Sarraj», coupant ainsi avec une tradition d'alliance avec l'Ouest libyen, notamment Misrata.
Il est vrai qu'à Pékin, Conte était sur un terrain plus favorable à Haftar. L'Italie et la Grande-Bretagne étaient les rares pays occidentaux à soutenir le gouvernement d'Al Sarraj ; position très controversée après les révélations sur la présence de certains groupes terroristes soutenant le gouvernement de Tripoli.
Ce que dément Tripoli qui accuse à son tour Haftar d'être entouré d'islamistes madkhali. Que Rome dise comprendre «la position de Haftar, soutenu par plusieurs pays, consistant à unifier le territoire libyen, l'armée libyenne et les unités sécuritaires», et qu'elle pourrait s'adosser à des considérations logiques, il s'agit d'un revirement de la position italienne sur la question libyenne.
Conte a également affirmé que son gouvernement «n'a pris position ni pour le maréchal Khalifa Haftar ni pour le gouvernement de (Fayez) Al Sarraj, mais en faveur du peuple libyen», faisant allusion à l'escalade militaire en Libye.
Le chef du gouvernement italien dit soutenir l'arrêt des combats, parce que l'Italie est convaincue que la solution militaire n'est pas la meilleure solution de manière absolue. Il est vrai que les gros intérêts économiques italiens en Libye obligent à la prudence, face à une situation peu confortable pour Fayez Al Sarraj, après le revirement spectaculaire de Trump en faveur de Haftar.
Position inconfortable
Par ailleurs, les Italiens sont très contestés par le camp de l'Est et du Sud libyen, qui les accuse de soutenir l'Ouest. Ainsi, le porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL), Ahmed Mesmari, demande aux Italiens de fermer leur hôpital de Misrata, utilisé pour soigner les blessés de la bataille de Tripoli.
En réponse à cette requête, les Italiens proposent de soigner les blessés de l'armée de Haftar dans un hôpital naviguant au large de l'Est libyen.
Ils disent également contrôler l'identité des blessés, pour ne pas soigner des terroristes. Mais, les critiques faites aux Italiens ne se limitent pas au sanitaire, le membre du Parlement, Zayed Hadiya, avance l'hypothèse que «les forces italiennes seraient, peut-être, les intermédiaires pour la venue de sociétés de mercenaires, combattant aux côtés d'Al Sarraj, puisque ce dernier a bloqué deux milliards de dinars libyens (1,4 milliard de dollars) des revenus du pétrole pour financer l'effort militaire».
Hadiya dit disposer de séquences confirmant la présence de ces mercenaires étrangers, opérationnels à Tripoli, et que des enquêtes sont en cours pour lever le voile sur l'acheminement de ces éléments.
Bombardements aveugles
Les deux belligérants font monter la tension aérienne dans les environs de la capitale libyenne. Ainsi, l'aviation de Fayez Al Sarraj a attaqué la ville de Tarhouna, la banlieue de Kasr Ben Ghachir et le pourtour de l'aéroport international de Tripoli. Des dégâts ont été enregistrés dans des habitations citoyennes à Kasr Ben Ghachir et Tarhouna, ainsi que des dépôts de produits alimentaires à Tarhouna.
Le conseil municipal de Tarhouna a condamné l'attaque, la considérant comme une attaque terroriste. Il a publié des photos d'habitations touchées par les obus. Sur l'autre bord, l'aviation de Haftar a attaqué le camp dit «Mouaskar Al Kaakaa», situé sur la route de Souani, engendrant de grands incendies dans le camp. Le porte-parole de l'ANL, Mesmari, dit que l'attaque a détruit des réserves de munitions des milices. «C'est la raison des grandes explosions entendues dans tout Tripoli», explique-t-il. Laquelle attaque survient au lendemain d'une autre du côté de Janzour, à l'ouest de Tripoli.
Sur le plan politique et diplomatique, la situation ne bouge pas. Personne n'appelle plus à la réconciliation politique entre les Libyens, à part l'Algérie et la Tunisie, voire l'Italie. Les ministres des Affaires étrangères d'Alger et de Tunis ont conclu à l'inévitable issue politique entre les Libyens de l'intérieur. Mais, cet appel ne trouve, semble-t-il, pas d'écho dans l'intérieur libyen, où l'on assiste à une course vers l'alignement.
Ainsi, les directions sécuritaires de Sabratha et des zones entourant Tripoli, Kasr Ben Ghechir, Souk Essebt, Souk El Khemis, Sbiaa et Sidi Sayeh ont exprimé leur dépendance de Haftar et du gouvernement Thenay d'El Baydha. La situation ne s'améliore pas à Tripoli à une semaine du mois de Ramadhan. C'est la population civile qui paie les frais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.