Griezmann interrogé sur la polémique Benzema/Giroud    Le Président de la République s'entretient par téléphone avec son homologue turc    COVID-19 : Ouverture d'un CCP de solidarité pour les dons    UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D'ALGER : Reprise des cours le 5 avril via une plateforme numérique    COVID-19 EN ALGERIE : 716 cas confirmés et 44 décès    Une décharge doit être signée avant l'application de la chloroquine !    Aïcha Zinaï claque la porte du CNDH    Le wali de Mascara atteint du Coronavirus    Oran: un respect scrupuleux du confinement partiel    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies    Sahara Occidental: 139.000 t de poissons congelés exportés illégalement par le Maroc en 2019    Ligue 1: le joueur a besoin d'au moins trois semaines pour reprendre la compétition    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    Coronavirus: Feghouli fait un don pour un hôpital d'Istanbul    Le report des jeux méditerranéens d'Oran officialisé    Pétrole: le prix du Brent en hausse grâce à la reprise de la demande chinoise    L'infrangible lien…    Déclaration    Vu à l'aéroport international d'Alger    "L'état de santé de Karim Tabbou s'améliore"    Vers une contribution financière et matérielle de la FAF    Le gouvernement parie sur la solidarité    Le Premier ministre ordonne les réquisitions    Les feuilles de l'automne    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Une ode aux victimes de la décennie noire    Un bébé succombe au Covid-19 aux Etats-Unis    Justice brésilienne : Le gouvernement interdit de prôner le non-confinement    L'Italie espère de bonnes nouvelles la semaine prochaine    Tiaret : Plusieurs produits destinés au trafic saisis    Trois individus arrêtés pour cambriolage d'un magasin à Boulanger    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    A L'OMBRE DES MURS    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    La Chine va construire un hôpital de protection en Algérie    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bataille de Tripoli : La Libye au cœur d'une guerre d'influence
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2019

Les deux camps libyens se renvoient les accusations d'intervention étrangère, alors que la bataille de Tripoli entre dans son deuxième mois, amplifiant la souffrance de la population tripolitaine. La bataille est certes engagée, mais les deux camps ne disposent pas de moyens pour l'arrêter rapidement.
Haftar ne s'attendait pas à ce que les milices tripolitaines, jusque-là éparpillées, s'unissent contre lui. Al Sarraj ne dispose pas d'autorité réelle pour imposer aux troupes qui le soutiennent de se tenir à distance des groupes et des individus que le Conseil de sécurité a listés comme étant des groupes terroristes.
C'est donc le chaos, surtout avec les grands enjeux financiers que représente la Libye. En visite à Rome, avant d'aller à Paris, Berlin et, éventuellement, Londres, le président du GNA, Fayez Al Sarraj, a demandé à l'Italie de «faire plus d'efforts en vue de provoquer un changement positif dans les positions hésitantes des pays européens, ce qui accélérerait l'arrêt de l'agression et le retour des forces de l'agresseur d'où elles sont venues».
De son côté, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a réaffirmé la position italienne signifiant qu'il «n'y a pas de solution militaire à la crise libyenne» et qu'il faut impérativement revenir au processus politique.
Conte a dit qu'il rencontrera incessamment le maréchal Haftar, en vue de trouver une issue négociée à la crise libyenne. Al Sarraj compte également se rendre à Paris, que le ministre de l'Intérieur du GNA, Fathi Bech Agha, ne cesse d'accuser de soutenir Haftar, ce que Paris temporise, rappelant que «la France a continûment soutenu le gouvernement d'Al Sarraj… aux Nations unies et sur le plan de la sécurité». Al Sarraj compte également visiter Berlin et, peut-être, Londres pour essayer de changer la position internationale par rapport aux groupes armés soutenant le GNA.
Bataille diplomatique
En parlant de ces groupes armés, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a été très virulent contre eux dans une récente interview au Figaro.
Il a notamment dit que, dans le camp des opposants de Haftar, «on trouve parmi les miliciens des responsables de hold-up, des spécialistes de la prédation et des djihadistes… ; il y a les groupes mafieux de passeurs qui torturent et mettent en esclavage des migrants».
Le Drian a enfoncé le clou en disant qu'ils «ne se battent pas pour Al Sarraj mais pour la protection de leurs activités criminelles». Par contre, concernant Haftar et son armée, le ministre français des AE a souligné que «l'Armée nationale libyenne contrôle une grande partie du territoire».
Le Drian a précisé que «Haftar a lutté contre le terrorisme à Benghazi et dans le sud de la Libye, et cela était dans notre intérêt, celui des pays du Sahel, celui des voisins de la Libye». Il a oublié cependant de dire que ce sont les milices de l'Ouest qui ont libéré Syrte des mains des terroristes de Daech et que Haftar est aussi entouré d'islamistes salafistes qui ont fait des autodafés (de livres) à Benghazi.
Le ministre français a conclu en disant : «Je soutiens tout ce qui sert la sécurité des Français et des pays amis de la France.» Face au risque de retour d'une dictature militaire, Le Drian a dit : «Il (Haftar) m'a toujours fait part de son désir de servir une autorité civile, une fois que des élections auraient eu lieu.» Face à de tels propos, Al Sarraj ne sera vraiment pas à l'aise à Paris. Mais, le GNA n'a pas de choix.
Tiraillements internes
Dans cette crise, Les Tripolitains sont très divisés. «Ils sont unis contre Haftar, pas dans le soutien du GNA», explique le politologue Ezzeddine Aguil.
Par ailleurs, le président du parti démocratique libyen, Ahmed Chibani, confirme cette attitude en accusant les conseillers d'Al Sarraj, Tejeddine Rezagui et Tahar Sunni, de trahison, puisqu'ils communiquent avec le camp de Haftar en vue d'un armistice. «Ce sont les révolutionnaires, combattant l'invasion de Haftar sur le front, qui décideront de la Libye, non Rezagui et Sunni. Al Sarraj doit écarter ces traîtres, avant qu'il ne soit trop tard», a menacé Chibani, traduisant la contestation contre l'entourage d'Al Sarraj.
Pareils propos sont également repris par l'ancien mufti Sadek Ghariani, dont les sympathisants combattent également contre les forces de Haftar. Le camp Al Sarraj n'est donc pas homogène et manque de soutien à l'international, d'où cette décision de visites en Europe.
Par ailleurs, un climat d'insécurité s'installe à Tripoli. Ainsi, le pilote de la compagnie Air Libya, Nouri Latrache, originaire de Benghazi, a été kidnappé par un groupe armé à l'intérieur de l'hôtel Essafi, alors qu'il se reposait avec le reste de l'équipage, avant de s'envoler pour Jeddah.
Les opérations de kidnapping, accompagnées de demandes de rançon, se sont multipliées ces derniers temps à Tripoli. Ce mois de Ramadhan s'annonce très perturbé pour les Tripolitains, quoique le centre de Tripoli soit, jusque-là, épargné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.