Covid-19: le bilan dépasse un million de morts dans le monde    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Real : Absence courte durée pour Toni Kroos    Naples : Revirement de situation pour Koulibaly ?    Arrestation d'un usurpateur de fonction de cadre auprès de la présidence de la République    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    48 directeurs d'annexes Ansej limogés    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    Visite du président du gouvernement espagnol    Trump exige un contrôle antidopage de Biden en vue de leur débat    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    La fille des Aurès    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    Le soutien sans réserve du FLN    Les avocats maintiennent la pression    Les commerçants de boissons alcoolisées reviennent à la charge    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bataille de Tripoli : La Libye au cœur d'une guerre d'influence
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2019

Les deux camps libyens se renvoient les accusations d'intervention étrangère, alors que la bataille de Tripoli entre dans son deuxième mois, amplifiant la souffrance de la population tripolitaine. La bataille est certes engagée, mais les deux camps ne disposent pas de moyens pour l'arrêter rapidement.
Haftar ne s'attendait pas à ce que les milices tripolitaines, jusque-là éparpillées, s'unissent contre lui. Al Sarraj ne dispose pas d'autorité réelle pour imposer aux troupes qui le soutiennent de se tenir à distance des groupes et des individus que le Conseil de sécurité a listés comme étant des groupes terroristes.
C'est donc le chaos, surtout avec les grands enjeux financiers que représente la Libye. En visite à Rome, avant d'aller à Paris, Berlin et, éventuellement, Londres, le président du GNA, Fayez Al Sarraj, a demandé à l'Italie de «faire plus d'efforts en vue de provoquer un changement positif dans les positions hésitantes des pays européens, ce qui accélérerait l'arrêt de l'agression et le retour des forces de l'agresseur d'où elles sont venues».
De son côté, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a réaffirmé la position italienne signifiant qu'il «n'y a pas de solution militaire à la crise libyenne» et qu'il faut impérativement revenir au processus politique.
Conte a dit qu'il rencontrera incessamment le maréchal Haftar, en vue de trouver une issue négociée à la crise libyenne. Al Sarraj compte également se rendre à Paris, que le ministre de l'Intérieur du GNA, Fathi Bech Agha, ne cesse d'accuser de soutenir Haftar, ce que Paris temporise, rappelant que «la France a continûment soutenu le gouvernement d'Al Sarraj… aux Nations unies et sur le plan de la sécurité». Al Sarraj compte également visiter Berlin et, peut-être, Londres pour essayer de changer la position internationale par rapport aux groupes armés soutenant le GNA.
Bataille diplomatique
En parlant de ces groupes armés, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a été très virulent contre eux dans une récente interview au Figaro.
Il a notamment dit que, dans le camp des opposants de Haftar, «on trouve parmi les miliciens des responsables de hold-up, des spécialistes de la prédation et des djihadistes… ; il y a les groupes mafieux de passeurs qui torturent et mettent en esclavage des migrants».
Le Drian a enfoncé le clou en disant qu'ils «ne se battent pas pour Al Sarraj mais pour la protection de leurs activités criminelles». Par contre, concernant Haftar et son armée, le ministre français des AE a souligné que «l'Armée nationale libyenne contrôle une grande partie du territoire».
Le Drian a précisé que «Haftar a lutté contre le terrorisme à Benghazi et dans le sud de la Libye, et cela était dans notre intérêt, celui des pays du Sahel, celui des voisins de la Libye». Il a oublié cependant de dire que ce sont les milices de l'Ouest qui ont libéré Syrte des mains des terroristes de Daech et que Haftar est aussi entouré d'islamistes salafistes qui ont fait des autodafés (de livres) à Benghazi.
Le ministre français a conclu en disant : «Je soutiens tout ce qui sert la sécurité des Français et des pays amis de la France.» Face au risque de retour d'une dictature militaire, Le Drian a dit : «Il (Haftar) m'a toujours fait part de son désir de servir une autorité civile, une fois que des élections auraient eu lieu.» Face à de tels propos, Al Sarraj ne sera vraiment pas à l'aise à Paris. Mais, le GNA n'a pas de choix.
Tiraillements internes
Dans cette crise, Les Tripolitains sont très divisés. «Ils sont unis contre Haftar, pas dans le soutien du GNA», explique le politologue Ezzeddine Aguil.
Par ailleurs, le président du parti démocratique libyen, Ahmed Chibani, confirme cette attitude en accusant les conseillers d'Al Sarraj, Tejeddine Rezagui et Tahar Sunni, de trahison, puisqu'ils communiquent avec le camp de Haftar en vue d'un armistice. «Ce sont les révolutionnaires, combattant l'invasion de Haftar sur le front, qui décideront de la Libye, non Rezagui et Sunni. Al Sarraj doit écarter ces traîtres, avant qu'il ne soit trop tard», a menacé Chibani, traduisant la contestation contre l'entourage d'Al Sarraj.
Pareils propos sont également repris par l'ancien mufti Sadek Ghariani, dont les sympathisants combattent également contre les forces de Haftar. Le camp Al Sarraj n'est donc pas homogène et manque de soutien à l'international, d'où cette décision de visites en Europe.
Par ailleurs, un climat d'insécurité s'installe à Tripoli. Ainsi, le pilote de la compagnie Air Libya, Nouri Latrache, originaire de Benghazi, a été kidnappé par un groupe armé à l'intérieur de l'hôtel Essafi, alors qu'il se reposait avec le reste de l'équipage, avant de s'envoler pour Jeddah.
Les opérations de kidnapping, accompagnées de demandes de rançon, se sont multipliées ces derniers temps à Tripoli. Ce mois de Ramadhan s'annonce très perturbé pour les Tripolitains, quoique le centre de Tripoli soit, jusque-là, épargné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.