Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du talent à revendre
La nouvelle scène de la chanson chaâbie au TNA
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Le chaâbi reste un genre musical populaire indémodable, très prisé par les mélomanes, toutes générations confondues.
A l'occasion du mois sacré du Ramadhan 2019, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) a organisé, en partenariat avec le Théâtre national algérien Mahieddine Bachtarzi, du 17 au 19 mai, trois soirées artistiques consacrées à la nouvelle scène de la chanson châabie. Des hommages ont été également rendus à de grands maîtres du chaâbi : Cheikh Amar Ezzahi, Cheikh Amar Lachab et Cheikh H'cen Saïd. La première partie de ces soirées était consacrée à la projection d'un film documentaire sur la vie et l'œuvre de l'artiste, et la seconde est dédiée à l'animation musicale, avec le passage sur scène des artistes de la nouvelle scène chaâbie.
En tout, ce sont pas moins d'une quinzaine d'artistes -originaires d'une huitaine de wilayas- qui se sont succédé sur scène pour présenter un programme de leur choix, ne dépassant pas les 20 minutes. La première soirée s'est caractérisée par de belles prestations signées par les jeunes artistes, Youcef Nassim et Zoheir Mazari, d'Alger, Mohamed Yacine Lounici, de Aïn Defla et Mokhtar Achouri d'El Kseur (Béjaïa), suivi de la vedette Nourreddine Allane, qui n'est plus à présenter tant sa réputation est bien assise.
En dépit d'une assistance clairsemée mais empreinte d'une ambiance de fête, la deuxième soirée -dédiée à Amar Lachab- qui a eu lieu samedi soir, a réuni une brochette d'artistes aux talents époustouflants, entrecoupée par la projection d'un film documentaire de 15 minutes, écrit et réalisé par Abdelkader Bendemaâche sur le parcours de Amar Lachab. Un film documentaire qui a permis de revenir un tant soit peu sur la vie et l'œuvre de cet artiste exilé en France depuis 1975 et qui compte à son actif une trentaine d'enregistrements à la Radio et à la Télévision algériennes, ainsi qu'une soixantaine de disques, tous supports confondus.
Sous la direction du chef d'orchestre, Djamel Thaâlibi, l'orchestre pilote chaâbi de l'AARC -composé de douze instrumentalistes- a donné le la à cinq artistes, dont deux assez connus. Le premier à étrenner la soirée est Tarek Difli qui, rappelons-le, excelle dans le malouf et le chaâbi depuis près de 32 ans, avec des débuts au sein de l'association El Ferganya. D'une voix prenante, il interprète Ana law ch'kit lesma, Zaretni ber'rda ahl en'niami et El gharam afnani. Brahim Hadjadj de Annaba prend brillamment le relais en entamant à son tour de chant par Ach âadani lech em'chit, suivi de Elli moulah aâtalou, dans les modes zidane et maya.
Place ensuite à un moment de lecture poétique avec les poètes Bachir Tehami de Mascara et Chalal Khaled de Mostaghanem. Ces derniers ont déclamé un assortiment de poèmes populaires, dont certains ont été interprétés par des icônes du chaâbi.
La soirée s'est clôturée vers 1h30 avec deux brillantes prestations, celles de Hakim El Ankis et Nacer-Eddine Galiz. Digne fils du regretté Boudjemaâ El Ankis, Hakim El Ankis a égayé la soirée par sa voix rocailleuse en interprétant un florilège de titres célèbres dans le mode zidane, dont Waâlech ya kebdi wlidi, En'Ness t'ghenni aâlik y a qemra, « Khayfane djit aândek kaced, Aman, aman aâl Ez'Zmane, Ahliya et Men hou li blak alalla.
Lui succédant, Nacerddine Galiz a interprété avec succès deux compositions sur des textes de Yacine Ouabed Chkoun fikoum yeketb et El Haq wasmou haq, suivis d'une série de reprises, dont, entre autres, Ma naâref'ch wana s'ghiyer, Aâla w'hida, El Barah, Fe elli fet, Hekmet, Aib Aâlik enti m'hen'ya, Djey ech'chta ou djaw leriyah, A rassoul Allah et Ab'kaw aâla khir. La dernière soirée, dédiée au cheikh Hassen Saïd, a réuni d'autres artistes connus, à l'image de Abbelkader Chaou, Faycel Boukhatache, H'ssinou Fadli- Rachid Guettafa ainsi que Sabah Andalousia.
Pour le directeur de l'AARC, Abdelkader Bendaâmache, le chaâbi a été mis à l'honneur, car il se prête à l'atmosphère du Ramadhan et «pour rappeler aussi que dans cet endroit, on a fait du chaâbi destiné à la jeunesse. Pour créer cette continuité, puisqu'on nous a enlevé le Festival national de la musique chaâbi pour le donner à Riadh El Feth, mais depuis il est mort. Avec les faibles moyens mis à notre disposition, il y a la volonté et le besoin de dire quelque chose et de faire dire quelque chose aux jeunes», explique-t-il. Notre interlocuteur est convaincu que le concept de la nouvelle scène de la chanson chaâbi est plus développé. Les artistes sont encouragés à leur juste valeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.