Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al Qods occupée : Riyad, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux saints
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2019

Les visions de l'Arabie Saoudite ne datent pas d'aujourd'hui : Riyad, qui a déjà récupéré le contrôle des Lieux saints de La Mecque et de Médine qui était assuré par la Jordanie, espère devenir gardienne de la Mosquée Al Aqsa.
Le très attendu plan de paix américain au Moyen-Orient a ravivé la compétition entre l'Arabie Saoudite, le Maroc, et la Turquie sur le contrôle des lieux saints de l'islam à Al Qods occupée, assuré actuellement par la Jordanie. Les spéculations vont bon train sur la possibilité de transférer le contrôle de la Mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l'islam, à un autre pays, alors que la Maison-Blanche s'apprête à dévoiler la partie économique de son plan, lors d'une conférence prévue les 25 et 26 juin à Bahreïn.
Selon des analystes politiques, la plus grande crainte de la Jordanie aujourd'hui est de voir le nouveau plan mettre fin à son contrôle historique des lieux saints au profit d'autres pays comme l'Arabie Saoudite, le Maroc et la Turquie. Les craintes du royaume hachémite se sont accentuées dernièrement, voyant dans le plan américain une conspiration en dépit des assurances de l'émissaire américain pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt.
Les trois pays ne cachent pas leurs ambitions à ce sujet en cherchant à jouer un rôle dans un éventuel accord qui devrait redéfinir le statut de la ville sainte. Les visées de l'Arabie Saoudite ne datent pas d'aujourd'hui : Riyad qui a déjà récupéré le contrôle des Lieux Saints de La Mecque et de Médine, qui était assuré par la Jordanie, espère devenir gardienne de la Mosquée Al Aqsa.
Le Roi Abdallah a implicitement fait référence à ce différend avec Riyad, lorsqu'il a évoqué en mars «les pressions exercées» par l'Arabie Saoudite pour amener la Jordanie à changer sa position sur Al Qods occupée. Dans le même temps, le Maroc, qui préside le Comité d'Al Qods, est entré en lice en accordant, en avril, une subvention financière pour la restauration du troisième lieu saint de l'islam, une première du genre depuis plusieurs années.
La Turquie, animée par une revendication historique, ambitionne de retrouver son influence d'antan au Moyen-Orient, multipliant les initiatives financières et humanitaires en faveur de la ville sainte.
En attendant, les détails du plan de paix américain qui seront révélés en juin, la Maison- Blanche veut aborder les aspects économiques de l'accord lors de la conférence de Bahreïn. La conférence est «une occasion cruciale» pour «discuter de stratégies et galvaniser l'appui en faveur d'investissements et d'initiatives économiques potentiels susceptibles d'être rendus possibles par un accord de paix», a indiqué dimanche la Maison-Blanche dans un communiqué conjoint avec le Bahreïn.
L'administration américaine veut tirer profit de la situation économique désastreuse dans les Territoires palestiniens pour imposer son plan biaisé au profit d'Israël, et mène à cet effet d'intenses négociations avec les Etats arabes du Golfe pour les inciter à le financer.
L'Autorité palestinienne a dénoncé en mars «une guerre financière» menée par les Etats-Unis et Israël pour forcer les Palestiniens à «accepter une proposition de paix inacceptable». Lundi, Saëb Erakat, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine, a affirmé que «les tentatives visant à promouvoir une normalisation économique de l'occupation israélienne de la Palestine seront rejetées». «Il ne s'agit pas d'améliorer les conditions de vie sous l'occupation, mais d'atteindre le plein potentiel de la Palestine en mettant fin à l'occupation israélienne», a-t-il déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.