3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints
Publié dans Le Maghreb le 22 - 05 - 2019

Le très attendu plan de paix américain au Moyen-Orient a ravivé la compétition entre l'Arabie Saoudite, le Maroc, et la Turquie sur le contrôle des lieux saints de l'Islam à El Qods occupée, assuré actuellement par la Jordanie.
Les spéculations vont bon train sur la possibilité de transférer le contrôle de la Mosquée El Aqsa, troisième lieu saint de l'Islam, à un autre pays, alors que la Maison Blanche s'apprête à dévoiler la partie économique de son plan lors d'une conférence prévue les 25 et 26 juin à Bahreïn.
Selon des analystes politiques, la plus grande crainte de la Jordanie aujourd'hui est de voir le nouveau plan mettre fin à son contrôle historique des lieux saints au profit d'autres pays comme l'Arabie Saoudite, le Maroc et la Turquie.
Les craintes du royaume hachémite se sont accentuées dernièrement voyant dans le plan américain une conspiration en dépit des assurances de l'émissaire américain pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt.
Les trois pays ne cachent pas leurs ambitions à ce sujet en cherchant à jouer un rôle dans un éventuel accord qui devrait redéfinir le statut de la ville sainte.
Les visions de l'Arabie Saoudite ne datent pas d'aujourd'hui: Ryadh qui a déjà récupéré le contrôle des lieux saints de la Mecque et de Médine de la Jordanie espère devenir gardienne de la Mosquée El Aqsa.
Le Roi Abdallah a implicitement fait référence à ce différend avec Ryadh, lorsqu'il a évoqué en mars " les pressions exercées " par l'Arabie Saoudite pour amener la Jordanie à changer sa position sur El Qods occupée.
Dans le même temps, le Maroc qui préside le Comité d'El Qods est entré en lice en accordant en avril une subvention financière pour la restauration du troisième lieu saint de l'Islam, une première du genre depuis plusieurs années. La Turquie, animée par une revendication historique, ambitionne de retrouver son influence d'antan au Moyen-Orient, multipliant les initiatives financières et humanitaires en faveur de la ville sainte.
En attendant, les détails du plan de paix américain qui seront révélés en juin, la Maison Blanche veut aborder les aspects économiques de l'accord lors de la Conférence de Bahreïn.
La conférence est "une occasion cruciale" pour "discuter de stratégies et galvaniser l'appui en faveur d'investissements et d'initiatives économiques potentiels susceptibles d'être rendus possibles par un accord de paix", a indiqué dimanche la Maison Blanche dans un communiqué conjoint avec le Bahreïn.
L'administration américaine veut tirer profit de la situation économique désastreuse dans les territoires palestiniens pour imposer son plan biaisé au profit d'Israël, et mène à cet effet d'intenses négociations avec les Etats arabes du Golfe pour les inciter à le financer.
L'Autorité palestinienne a dénoncé en mars "une guerre financière" menée par les Etats-Unis et Israël pour forcer les palestiniens à "accepter une proposition de paix inacceptable".
Lundi, Saëb Erakat, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine, a affirmé que les tentatives visant à promouvoir une normalisation économique de l'occupation israélienne de la Palestine seront rejetées".
"Il ne s'agit pas d'améliorer les conditions de vie sous l'occupation, mais d'atteindre le plein potentiel de la Palestine en mettant fin à l'occupation israélienne", a-t-il déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.