Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    Lutte contre la mendicité des enfants : Prise en charge de plus de 90 enfants    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    A quand l'ouverture du site pour le retrait des ordres de versement ? Les souscripteurs du programme AADL 2 à Oran s'impatientent    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Equipe nationale: Premier objectif atteint pour Belmadi    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    Entre réforme set continuité    ICG préconise des réformes en urgence: Risque d'une crise économique majeure en Algérie    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    Un proche de Ould-Abbès candidat du FLN    Le temps et la diversion    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    La JSK pour réduire l'écart sur le leader    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Une éclatante résurrection    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    L'ASO Chlef reprend les commandes    Retard dans la création de zones industrielles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les espagnols et les ottomans y ont été tenus en échec : Le royaume indépendant de la Qalaâ n'Ath Abbès fête son 500e anniversaire
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2010

Cette année, la commémoration du 139e anniversaire de la mort, sur le champ de bataille, de El Hadj Mohamed El Mokrani, leader de l'insurrection de 1871, menée avec l'appui de Cheikh Aheddad, coïncide avec la célébration du 500e anniversaire de la naissance du royaume indépendant de la Qalaâ n'Ath Abbès dans les Bibans.
La relation entre ces deux événements vient du fait que El Mokrani a été le descendant direct des Ath Mokrane, fondateurs du royaume des Ath Abbès au XVe siècle. Mokrane, signifiant le chef ou le sultan en berbère, la fonction a donc créé le nom patronymique. Pour rappel, en 1510, après la chute de la ville de Béjaïa entre les mains des Espagnols, les fils du sultan de la cité hafside, une partie de sa cour ainsi que de nombreux artisans, intellectuels, réfugiés andalous ou simples citoyens trouveront asile à la casbah fortifiée de la Qalaâ n'Ath Abbès fondée par Sidi Abderrahmane, ancêtre des Mokrani, vers 1450.
Pedro de Navarro s'étant emparé de Béjaïa, c'est un véritable transfert du pouvoir qui s'opère alors vers l'arrière-pays. Vers ce pic quasiment inaccessible des Bibans et dont la mission militaire a toujours été de garder le passage des portes de fer et l'entrée de la vallée de la Soummam, sous la houlette du brillant stratège Abdelaziz Amokrane, le royaume naissant va prospérer et tenir tête aux Espagnols puis aux Ottomans. La Qalaâ deviendra alors un important centre politique, militaire et économique régnant sur un territoire s'étendant du Djurdjura jusqu'aux portes du désert. Les Turcs organiseront plusieurs expéditions militaires contre la forteresse des Ath Abbès, mais ne parviendront jamais à la faire plier. Pis encore, ils doivent se soumettre à l'impôt et baisser leur étendard au passage des portes de fer gardé par les Ath Abbès. Jusqu'à sa chute en 1624, date à laquelle meurt assassiné son dernier sultan, la Qalaâ jouera un rôle politique majeur dans un Maghreb en proie à de multiples divisions nées du déclin des dynasties hafside, mérinide et abdelwadide.
A titre d'exemple, en 1545, Abdelaziz Amokrane s'allie aux Ottomans pour repousser une invasion des Marocains saâdides alliés aux Espagnols. Cette victoire, obtenue grâce aux troupes de Abdelaziz, jouera un rôle dans la formation de la future Algérie par la mise en place des premiers éléments du traçage des frontières. Même si le prestige de la dynastie des Ath Mokrane ira déclinant, il se maintiendra jusqu'au jour où El Hadj Mohamed El Mokrani décide de déclarer la guerre aux Français en mars 1871. Ce mercredi 5 mai, donc, de très nombreux invités et citoyens se sont retrouvés avec la délégation des autorités officielles de la wilaya de Béjaïa, à la Qalaâ n'Ath Abbès pour commémorer ce double anniversaire en se recueillant sur la tombe du martyr El hadj Mohamed El Mokrani. Une conférence retraçant l'histoire de cette cité forteresse a également été donnée par le professeur Seddik Djamel. Béjaïa, le chef-lieu de wilaya, a également fêté ce double anniversaire par une grande exposition qui s'est tenue au siège du TRB.
Initiée par l'association Gehimab, en partenariat avec le Cnrpah, le ministère de la Culture et l'association Nadi El Mokrani de la Qalaâ, l'exposition avait pour objectif de faire connaître au grand public le rôle joué par le royaume indépendant des Ath Abbès à une époque charnière de l'histoire de l'Algérie. L'exposition avait aussi pour objectif de faire le point sur les divers travaux engagés à la Qalaâ.
Un musée pour la Qalaâ et un mausolée pour les Mokrani
Selon Mourad Nacer, directeur de la culture de la wilaya de Béjaïa, la Qalaâ n'Ath Abbès aura bientôt son musée. Il regroupera un ensemble d'objets et de documents historiques liés à la culture et l'histoire du royaume, qui a défié les Espagnols et les Ottomans et assuré une permanence maghrébine aux XVe et XVIe siècles. L'idée de l'érection d'un mausolée en l'honneur de Mohamed El Mokrani et de son frère Boumezrag a également été retenue par les autorités de la wilaya. Comme pour Cheikh Aheddad et ses deux fils Aziz et M'hand, il est question, en effet, de transférer les ossements des deux chefs des Ath Moqrane, El hadj Mohamed, enterré dans le cimetière familial de Djamaâ El Kebir et Boumezrag, enterré au cimetière de Sidi M'hamed, à Alger, vers un mausolée digne de leur statut de figures historiques nationales. Par ailleurs, nous avons également appris qu'une opération de restauration de la Qalaâ n'Ath Abbès a été inscrite pour l'année 2010, sur proposition du wali de Béjaïa avec l'appui du ministère de la Culture. Cette opération concerne le mausolée du sultan Ahmed Ben Abderrahmane, dit mosquée Ousahnoun, la grande mosquée dite Djamaâ El Kebir, le mausolée de Cheikh El Mokrani, sa maison, la medersa des oulémas musulmans construite en 1934 ainsi que la poudrière souterraine de Mokrani.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.