La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration de la mort de El Mokrani
EL KALAÂ DES BENI ABBÈS
Publié dans Liberté le 30 - 04 - 2006

Le village historique de la kalaâ Nath Abbès, dépendant de la commune d'Ighil Ali, wilaya de Béjaïa, s'apprête à commémorer le 135e anniversaire de la mort au champ de bataille de El Mokrani. C'est, en effet, le 5 mai 1871 que le bachagha El Hadj M'hamed El Mokrani, leader de l'insurrection de 1871 aux côtés de Cheikh Aheddad, est mort, traîtreusement abattu d'une balle dans la gorge, à Oued Soufflat, près de Bouira, au cours dune bataille livrée aux troupes du général Cérez. Depuis, il repose à la kalaâ, au sépulcre familial, dans la cour de la mosquée antique Djamaâ El Kebir, construite par son aïeul Ahmed Amokrane dans la première moitié du XVe siècle. Organisée par l'association Nadi El Mokrani et l'APC d'Ighil Ali, la commémoration de cet événement débutera vendredi prochain, par l'accueil des invités et des visiteurs qui ne manqueront pas de venir des quatre coins du pays et par un recueillement sur la tombe d'El Hadj El Mokrani.
Elle se poursuivra par la visite de la kalaâ, cette magnifique citadelle bâtie sur un plateau rocheux culminant à près de 1 000 mètres d'altitude et qui a symbolisé la résistance, depuis 1510 et bien au-delà, à tous les envahisseurs, qu'ils soient espagnols, turcs ou français. La kalaâ, qui subjugue par la beauté naturelle de son site, recèle encore bien des lieux où l'histoire se lit sur chaque pierre comme sur un livre ouvert. À l'origine poste militaire hammadite faisant partie du grand royaume berbère de la kalaâ des Beni Hammad, elle a émergé dans l'histoire vers 1510, lorsque les princes de Béjaïa, fuyant l'occupation espagnole conduite par Pedro de Navarro, s'y sont réfugiés et en ont fait leur capitale. Depuis, devenue un royaume indépendant sous la férule de l'intrépide Abdelaziz Amokrane, elle s'est opposée à l'hégémonie ottomane en opérant des alliances conjoncturelles avec l'autre royaume kabyle, celui de Koukou des Ath El Qadi. La kalaâ s'est encore distinguée en 1871 en devenant le siège de l'insurrection éponyme, puis durant la guerre de Libération nationale en tant que plaque tournante de la lutte armée et l'un des principaux QG du colonel Amirouche avant d'être rasée presque complètement en 1959, lors de l'opération Pierres précieuses. Pour en revenir à la commémoration elle-même, deux conférences sont prévues dans l'après-midi du 5 mai, après le couscous de l'hospitalité et la prière du vendredi. L'une du professeur Djamel Seddik, historien émérite et enfant de la kalaâ, et l'autre de Younès Adli, chercheur et écrivain. Assurément, elles ne manqueront pas de passionner un auditoire avide d'en savoir un peu plus sur l'histoire de notre pays.
Djamel Alilat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.