«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2019

Cour d'Alger. Un mercredi ordinaire sous les auspices de la dictature militaire réhabilitée. Face à la tour de la cour de justice d'Alger, boulevard des Fusillés, quelques dizaines d'irréductibles observent, sous le grand cagnard, le sit-in hebdomadaire pour la libération des détenus d'opinion. Députés, avocats, étudiants, militantes et militants de l'Algérie Nouvelle bravent et la lassitude et la pression policière d'un régime pris de raidissement autoritaire.
«Libérez les détenus d'opinion», «Justice indépendante», «Y en a marre des généraux», «Etat civil..» et… autres slogans réputés écorcheurs d'oreille (des puissants) déversés comme tout mercredi, jour de comparution expéditive, sous les balcons des magistrats de sa majesté. Il est plus de 10h, le collectif des avocats des détenus (16 en nombre) annonçait le boycott des plaidoiries devant la chambre d'accusation.
Stratégie de la rupture avec le simulacre de justice. A l'œuvre. «Comment se fait-il que les quatre enfants de Hamel soient libérés alors que les détenus d'opinion soient toujours sous mandat de dépôt ?» Lila Hadj Arab, députée RCD, avocate, enrage. Bien sûr, elle rapporte l'absurde des poursuites et les nouvelles qui parviennent des parloirs de la prison d'El Harrach. Mêlés aux prisonniers de droit commun, les détenus d'opinion – pour certains d'entre eux – côtoient les rejetons du système, «ouled el issaba», poursuivis pour des faits de corruption. Ironie bien carcérale.
Pour Lila Hadj Arab, dans toute cette affaire des détenus d'opinion, il n'y pas une once de justice : tout est arbitraire et «crime imaginaire». «L'article 1er du code pénal dit : – il n'y a pas d'infraction, ni de peine ou mesures de sûreté sans loi -. Les détenus sont poursuivis sur la base de l'article 79, soit pour atteinte à l'unité nationale… un crime qu'il est difficile de prouver, matériellement, l'existence.»
Les lois, le code pénal, rappelle-t-elle, ne comportent aucune disposition explicite pouvant associer le port d'un quelconque emblème à un quelconque crime contre l'unité nationale. C'est que la «justice à Gaïd se comporte comme la chamelle du Prophète. Da3ouha inaha M-amoura . Laissez-là (chamelle), elle est inspirée». Par une volonté en toute puissance.
«Pourquoi les détenus des autres régions du pays sont libérés (après condamnation à des peines avec sursis) alors que ceux détenus à Alger le demeurent encore ?» Mohamed Aït Mimoun, du collectif des avocats, y voit la marque d'une «décision politique». «Stigmatiser la Kabylie, l'isoler, pour ainsi mieux diviser le mouvement populaire», résume-t-il. L'avocat pointe quelques-unes des violations de procédure qui entachent les dossiers. «Les détenus sont censés tous avoir été arrêtés en flagrant délit de port du drapeau amazigh et nombre d'entre eux ont reconnu les faits qui leur sont imputés. Ils sont libérés après condamnation dans les autres régions d'Algérie et maintenus, par décision politique, à Alger
Elu RCD à l'Assemblée de la wilaya de Tizi Ouzou, Mohand Acherfouche dit s'attendre à une répression plus importante. «Il ne faut pas se faire d'illusion, ça sera à plus grande échelle.» Son frère, Amar, 48 ans, croupit, depuis le 19e vendredi, à la Bastille sur Oued El Harrach. «Je ne l'ai vu qu'une fois au parloir et nous avions évoqué les conditions de son arrestation parce qu'il m' a été difficile de le localiser, ballotté entre plusieurs commissariats.
Arrêté rue Didouche, il est conduit en début de soirée au commissariat de Baraki qui n'en voulait pas, puis Eucalyptus, pareil, puis au commissariat du Champ de manœuvres… bref, il n'était pas dans la liste consolidée de la police… ce n'est que le lendemain que j'ai eu des nouvelles.» Des nouvelles du porteur du drapeau maudit jeté dans la même fosse que les bandes de maffieux qu'il dénonce… Pour Fetta Sadat, avocate, députée RCD, «les juges, c'est clair, sont aux ordres de cercles occultes»…
Un autre mercredi donc de mobilisation non-stop pour la libération des détenus d'opinion dont les prisons regorgent d'illustres inconnus. La militante n'exclut pas l'existence d'un archipel de goulags disséminé sur la carte du régime autoritaire. Des prisonniers d'«opinion» par fournées généreuses. «C'est pour ça que nous demandons une commission ‘‘justice et vérité'' pour que ce genre d'affaires remontent à la surface.»
A quelques mètres d'elle, une dizaine de mères éplorées, pancartes vissées à la poitrine, réclament, «justice». Un collectif de parents de détenus dans des affaires de trafic de drogue, venus de la lointaine Maghnia. Qui pour demander un procès (inespéré) après des années d'oubli et de mandat de dépôt, qui pour demander «clémence», un «rapprochement du lieu de détention», etc.
Youcef, animateur du collectif, est catégorique : «Je peux vous assurer qu'il y a au moins 16 000 prisonniers qui croupissent actuellement en prison rien que parce que la loi antidrogue, l'article 17, permet au juge de placer quelqu'un sous mandat de dépôt parce que son nom est apparu lors d'un interrogatoire (…).»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.