12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Serraj fait part de sa volonté de dialoguer avec les forces dirigées par Khalifa Haftar    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Du sens du patriotisme en Algérie    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pillage sans précédent du foncier à Tébessa : Des citoyens décident de déposer une plainte collective
Publié dans El Watan le 05 - 08 - 2019

Le phénomène du squat des biens publics, qui frappe de plein fouet la ville de Tébessa, a pris de l'ampleur ces dernières années, du fait qu'il n'existe encore aucune politique, ni de mesures fermes pour mettre un terme à cette dilapidation. Un pillage prémédité, qui s'est accentué depuis le soulèvement populaire du 22 février dernier.
En l'absence totale des autorités communales, ou même de la police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement qui, par manque de moyens et de personnel, n'arrive pas à stopper cette spoliation sans précédent des biens de l'Etat. Des centaines de parcelles de terrain dans plusieurs quartiers de la ville ont été occupées illégalement par des inconnus, venus pour la plupart des localités voisines pour y ériger des constructions anarchiques.
Ces détournements ont suscité beaucoup de remous parmi les riverains, qui ont décidé d'alerter les pouvoirs publics et de dénoncer cette mafia, en décidant de déposer dans les prochains jours une plainte collective auprès du parquet général de Tébessa.
Ces citoyens accusent surtout des services communaux complices et certains policiers de la brigade de l'urbanisme qui ferment l'œil sur ces transactions scabreuses. «Il s'agit d'une mafia qui s'approprie en toute illégalité des terrains pour y construire des bâtisses illicites, qui menacent l'environnement et portent préjudice au droit du voisinage. Nous avons décidé de déposer plainte et nous avons des preuves tangibles de la complicité de certains élus de l'APC et même de policiers», dira l'un des signataires de la plainte. Selon les mêmes plaignants, certains propriétaires de maisons ou autres ont osé même réaliser des extensions de leur habitation en accaparant illégalement une partie de la voie publique ou une poche foncière. Ils ont même trouvé un stratagème pour détourner l'attention.
Ils commencent par planter des arbres ou ériger une clôture dans une première étape, avant de passer au squat dans une seconde et occuper carrément le terrain. Tout visiteur de la ville de Tébessa peut constater comment des bâtisses ont été complètement défigurées par ces extensions anarchiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.