Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïd El Adha : Cherté des moutons et hésitation des acheteurs
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2019

Poussant comme des champignons à l'approche de l'Aïd El Adha, les points de vente de moutons à Alger proposent des prix oscillant entre 35 000 et 90 000 DA à une clientèle encore hésitante, préférant attendre une éventuelle baisse à l'approche de la fête.
Selon l'APS, plusieurs vendeurs expliquent cette hausse des prix, notamment de l'agneau, par la cherté des aliments et le coût du transport du bétail, et ce, malgré la disponibilité de l'offre qui caractérise le marché cette année. Occupé à séparer les moutons vendus de ceux en attente de preneurs en les marquant avec de la peinture rouge sur la toison, Omar a choisi d'exposer son cheptel au bord de l'axe routier reliant Ouled Fayet à Baba Hassen, dans l'ouest de la capitale.
Plusieurs autres enclos y sont aussi installés. Employé dans une imprimerie le reste de l'année, Omar se transforme, depuis quelques années, à l'approche de l'Aïd El Adha, en vendeur de moutons : «Nous avons ramené nos moutons de la wilaya de Tiaret, dans les alentours de la commune de Sougueur.» Selon ce trentenaire, le transport du bétail de Tiaret vers la capitale s'est déroulé «sans problèmes», contrairement aux années précédentes, où les camions étaient régulièrement stoppés au niveau des barrages de la Gendarmerie nationale pour contrôler les certificats des vétérinaires. «Normalement, il y a une autorisation préalable pour le transport du bétail d'une wilaya à une autre, mais j'ai réussi à établir un certificat chez un vétérinaire privé pour 500 DA», a-t-il confié.
Il a cependant relevé la cherté du transport du cheptel. Il dit avoir payé plus de 20 000 DA pour acheminer seulement une vingtaine de moutons de Sougueur à Alger, faisant savoir que cette opération devrait se répéter à plusieurs reprises d'ici le premier jour de l'Aïd, notamment si les commandes sont au rendez-vous. Selon Omar, cela a impacté «considérablement» les prix de vente finaux de ses bêtes, reconnaissant qu'ils sont inaccessibles aux petites bourses.
Jusqu'à 120 000 DA pour les plus costauds aux longues cornes !
A Alger-Centre et plus précisément au quartier de Bab El Oued, Hamou, un autre vendeur d'occasion, a indiqué que ses déplacements, ces dernières semaines, dans plusieurs wilayas des Hauts-Plateaux, connues pour leur vocation pastorale, lui ont permis de constater la «disponibilité importante» de moutons cette année. Cependant, ce retraité des chemins de fer n'arrive pas à s'expliquer leur cherté chez les éleveurs au prix de gros, malgré que l'offre soit plus élevée que la demande. Au détail, Hamou propose un agneau d'environ sept mois à partir de 32 000 DA, alors que ses moutons, âgés de plus de trois ans et bien engraissés atteignent jusqu'à 100 000 DA. «Nous essayons de pratiquer de bons prix à l'approche de l'Aïd», a-t-il expliqué, en soufflant un chiffre à l'oreille d'une de ses connaissances, intéressée par un «fhal», un bélier géniteur. «Celui-là est à 90 000 DA.
C'est un pur Ouled Djellal (une race algérienne)», a-t-il précisé. Pour justifier ses prix, Hamou a expliqué que la botte de paille coûte actuellement entre 600 et 1200 DA, alors que l'orge est passé de 2500 DA le quintal à 4000 DA. Le prix du son d'orge a doublé, il est passé de 1600 DA, dans un passé récent, à 3000 DA, actuellement. A Chéraga, au milieu de ses moutons acheminés de Birine (wilaya de Djelfa), Bachir, un éleveur de père en fils, a affirmé que la peste des petits ruminants, ayant achevé des centaines d'agneaux cette année, a généré une flambée des prix. Bachir s'est plaint, cependant, de la «faiblesse de l'affluence» des clients qui, selon lui, attendent les derniers jours pour acheter leurs moutons.
Affairé à négocier les prix de l'un de ses plus volumineux moutons, aux longues cornes impressionnantes, le vendeur a refusé l'offre de le céder à 110 000 DA, fixant le prix à 120 000 DA, face à un client hésitant. «Une moitié du bétail que nous proposons provient de notre ferme familiale à Birine, alors que l'autre moitié a été achetée auprès d'autres éleveurs», a-t-il expliqué.
Pour rappel, les services de la wilaya d'Alger avaient arrêté une liste de 128 sites autorisés à la vente de moutons au titre de l'Aïd El Adha 2019, distribués sur 42 communes de la capitale, avec près de 150 médecins vétérinaires mobilisés pour superviser l'abattage et s'assurer de l'innocuité de la viande.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.