Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Wilaya de Boumerdès : L'environnement constamment agressé
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2010

En l'absence de décharges contrôlées, des tonnes d'ordures s'amoncellent tout près des habitations l Les projets de centres d'enfouissement annoncés depuis des années ne sont pas entamés.
L'environnement subit une dégradation sans précédent dans la wilaya de Boumerdès. Le milieu naturel et le cadre de vie y sont vraiment menacés et agressés par l'homme. Les services devant mettre un terme aux atteintes proférées contre Dame nature et la santé publique dans cette région semblent largement dépassés par l'ampleur du phénomène et la réalité du terrain. Une réalité amère qui se caractérise par la prolifération effrénée des décharges sauvages et la gestion irrationnelle des déchets ménagers. Cette wilaya qui englobe 32 communes ne dispose d'aucune décharge contrôlée et d'aucun centre d'enfouissement technique (CET).
Les projets annoncés par les responsables de la wilaya dans cette optique, n'ont pas encore vu le jour. Ce qui laisse penser que l'élimination des décharges sauvages qui « empoisonnent » la vie des milliers d'habitants de cette région n'est pas pour demain. Aujourd'hui, le problème de la gestion des déchets ménagers constitue un véritable casse-tête pour la majorité des assemblées élues. Les réclamations quasi-quotidiennes des habitants riverains de ces sources de pollution ne trouvent aucun écho auprès des responsables. Lesquels relèvent une foultitude d'obstacles les empêchant de répondre aux doléances de leurs administrés, citant le manque d'assiettes de terrain, le déficit en moyens matériels, la défaillance du système de collecte d'ordures et le non-lancement des projets affectés à cette effet par l'Etat.
Aujourd'hui des milliers d'habitants de différentes localités souffrent le martyre à cause des désagréments, voire parfois de maladies générées par les tonnes d'ordures jetées anarchiquement à proximité de leurs cités. Dans la commune de Khemis El Khechna, des dizaines de tonnes d'ordures et de résidus toxiques, ramassés journellement par les services de l'APC, finissent par être abandonnés à quelques mètres seulement da la cité des 220 Logements, sise non loin du fameux bidonville de Haouch Riacha. Cette décharge qui s'étend sur une surface de 3 ha est devenue source d'une grande pollution et constitue une sérieuse menace pour la santé des riverains. Le projet portant réalisation d'une décharge répondant aux normes, avec une dotation financière de 80 millions de dinars n'est pas encore lancé, au grand dam de la population locale.
« Les responsables locaux y ont envoyé à maintes reprises des engins pour pousser les ordures de l'autre côté de la rivière, mais cela s'est avéré inutile », déplorent les habitants ajoutant avoir toujours réclamé son éradication. La même réclamation a été exprimée également par les habitants des villages Tizroutine, Tala Oubrid Les Zidi et Tizi N'Ali n'Slimane, qui se disent durement pénalisés par les odeurs nauséabondes qui se dégagent de la décharge sauvage de Vachi. Il est à rappeler que cette dernière est considérée comme la plus importante source de pollution dans toute la région.
Aujourd'hui, cet état de fait semble n'épargner aucune commune de la wilaya. À Naciria, ce sont surtout les habitants du site des chalets qui subissent les désagrégements générés par la décharge implantée à proximité d'un important verger d'oliviers, à 200 mètres de leurs habitations. À Boudouaou, des dizaines de tonnes d'ordures sont jetées à même l'oued traversant le centre-ville. A cela, s'ajoute le retard enregistré dans le lancement des projets de réalisation de centres d'enfouissement techniques (CET) de Zemmouri et Corso annoncés depuis plus de 5 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.